06/07/2010

Le chat s'est effacé ce matin, en silence il s'est éteint !

Minet s'est éteint ce matin,

Comme une âme de peau de chagrin,

Son blog malin n'y survivra,

Sous un autre nom il revivra,

Car demain c'est l'infini,

Et sûrement mieux qu'aujourd'hui,

* * *

Minet s'est éteint ce matin,

Sans jamais se retourner sur demain,

Ses écrits on les relira,

Ses mots on se souviendra,

Car fuir n'est pas sa répartie,

Sur ses pas il est reparti,

* * *

Minet s'est éteint ce matin,

Heureusement il est arrivé à ses fins,

La liberté il retrouvera,

Sous un autre site il l'ouvrira,

Car ceux qui croyaient qu'il était fini,

Devront encore patienter quelques nuits.

* * *

Le chat n'est pas mort ce matin,

Sous Walter SCHLECHTEN, Minet libre-penseur est son destin,

En deux blogs il n'en a plus qu'un,

En deux mots il n'en devient quelqu'un,

Et n'en déplaise à certains,

Il demeure ainsi le plus serein.

Minet.

 

"Un grand merci aux nombreux lecteurs qui m'ont suivi, un grand merci à mes détracteurs qui m'ont nourri."

 

 

31/03/2010

Mon premier livre, enfin !

Bonne nouvelle reçue par voie postale, mon premier livre va être publié, une édition confidentielle à 2200 exemplaires, mais c'est un heureux début.

Sortie fin mai, sous le titre "Comment ne pas abandonner son âme dans le métier de Flic sans penser au suicide d'une profession", aux éditions Requin Blanc (Lyon).

Bonne lecture à vous !

 

05/12/2009

Pourquoi Minet comme sobriquet ?

Bien souvent l'on me pose la question, pourquoi Minet comme sobriquet, d'où vient-il ?

L'histoire est assez simple, la longévité de celle-ci un peu moins !

Il y a vingt ans, alors que je me trouvais en patrouille de nuit avec Monsieur Eric, un flic à l'ancienne avec une grande, que dis je, une énorme gouaille portée par une voix forte et un rire encore plus puissant, nous nous sommes retrouvés à contrôler la fermeture d'un bar. 

La patronne, du haut de son comptoir, engagea la conversation. Elle remarqua aussi la présence du jeune argoulet que j'étais.

- "Un p'tit nouveau, il est tout beau tout propre celui-là".

- "Eh oui, c'est notre Minet de Rive, il vient d'arriver" s'exclama dans un rire presque forcé Monsieur Eric.

- "Minet ? - Remarque cela lui va bien, il a des yeux de chat".

- "Miaou Miaou" surenchérit Monsieur Eric dans une esclaffade générale, où moi seul souriais par politesse.  

En quittant cet estaminet ;) j'ai simplement demandé à mon chef pour quelle raison Minet lui était venu en tête. Il m'a répondu que j'étais tout le temps très soigné, dans ma tenue, dans ma coiffure, et qu'il était vrai que j'avais des yeux de chat.

La nuit s'est déroulée comme toutes les autres qui suivront, avec leurs lots de bagarres, de bruits, d'accidents, de disputes familiales, d'ivresses au volant, tout en restant en attente d'un éventuel coup du bélier vers cinq heure du matin, voire d'une course poursuite avec une voiture volée. Le chat n'est-il pas un chasseur nocturne ?

Par la suite, cette histoire c'est répandue dans le groupe, dans le poste, dans la lettre où nous travaillions, ainsi est né Minet. Néanmoins, ce sobriquet n'aurait pas survécu si je ne l'avais pas entretenu. J'avais deux bonnes raisons à cela.

Premièrement, nous étions trois à avoir le même nom de famille dans la corporation, des confusions étaient possibles.

Deuxièmement, mon nom de famille est difficilement compréhensible sur les onde, lors d'appel radio. Le syndrome de prononciation de mes professeurs d'antan était visiblement contagieux. Pas simple à articuler, donc pas simple à comprendre ce nom de dix lettres qui ne comporte que deux voyelles.

Ainsi est né Minet. Depuis il me suit, il m'accompagne, et à ce jour, il y a même des citoyens, des collègues, des commerçants, des petits trafiquants ou voleurs qui ne connaissent pas mon véritable nom, juste ce sobriquet.

Pour quelle raison me direz vous je vous raconte tout ça. Eh bien, c'est que hier je suis tomber sur un article qui parlait des minets, des chats et qui brisait certains mythes. Et comme ma foi il indique que ces félins ne son pas d'éternelles marmottes, j'aime à le partager avec vous !

Il démontre leur sens de l'observation, de la communication, qu'ils savent prendre de la hauteur, être actifs, attentifs aux médias. En fait, ils passent que très peu de temps sous les tables, à jouer ou à dormir. 

Je vous laisse donc lire cet article, tout en espérant que ceux qui me voyaient comme un vilain matou auront découvert une autre facette de ce Minet.

* * *

(réf; 20Minutes)

Chat alors!
Que font les chats en l'absence de leurs maîtres?
Il y avait un moyen simple de le savoir: des «caméras de chat». Un dispositif prenant des photos toutes les 15 minutes a été installé sur le collier de 15 matous. Il écorne certaines théories de l'homme sur le côté marmotte des félins...
Selon les photos, les chats passent environ 22% de leur temps à regarder par la fenêtre, 12% à communiquer avec les autres animaux domestiques de la famille et 8% à grimper sur des chaises ou des arbres à chat. Ils consacrent seulement 6% de leur journée à dormir.

«Ce qui m'a surpris, c'est à quel point les chats sont actifs. Je pensais que mes trois chats dormaient pendant la journée», a confié Jill Villarreal, une experte du comportement animal qui a recueilli ces données pour la marque Friskies.

Les 777 photos prises montrent que les chats regardent la télévision, l'ordinateur, des DVD ou d'autre médias 6% de leur temps. Ils passent aussi 6% de leur journée sous les tables. Enfin, ils s'amusent avec des jouets 5% de leur temps et mangent ou regardent la nourriture les 4% restants.

02/12/2009

La véritable recette de la patate chaude genevoise !

LA PATATE CHAUDE GENEVOISE

(La véritable recette de nos anciens)

 

Illustre dans l’histoire genevoise, on la retrouve dans la marmite de la Mère Royaume ou comme accompagnement de notre longeole. Elle est très courue à la rue de l’Hôtel-de-Ville, cher le père Glozu 1er, mais est assez indigeste à la Tour Baudet.

Le Discours de Saint-Pierre approchant, à grands coups de cardons d’invitations, je me devais de replacer la patate chaude dans son juste plat, au centre de la table.

Pour sept personnes, il vous faut ;

-          Une bonne grosse, une énorme patate chaude, bien heurtée, aux formes irrégulières, fumée à la pipe ou au fumoir de la Treille.

-          Une dizaine d’oignons du café de la Presse, des Alliaceae dont les bulbes dégagent diverses saveurs à la Tribune ou au petit Matin.  

-          Une centaine de grammes de fromage, labellisé ou élu, à pâte molle, venant du fromager du coin, de gauche ou de droite.

-          Un quarteron de factieux poulets grillés.

-          Quelques graines de Curabilis.

-          Une marmite en fusion.

 

Après c’est assez simple.

Faire revenir un jeudi soir les oignons, le quarteron et les graines de Curabilis dans du beurre du pays.

Faire cuire rapidement en quelques semaines l’énorme patate chaude dans la marmite en fusion.

Morceler ladite patate, mais ne pas en faire une purée, pas encore.

Déposez sans heurter  les morceaux de pomme de terre dans un plat à gratin, car le plat se devra d’être bien gratiné.

Là-dessus, dispersez dans l’ordre, les oignons, le quarteron et les graines de Curabilis et recouvrez le tout avec le fromage, député le soigneusement sur tout le plat.

Placer le tout au four pour une législature, et après, si vos sept invités sont toujours volontaires pour y goûter, servez à grande louche.

Sauvons la patate chaude genevoise, elle doit survivre à toutes manifestations hostiles culinaires.

Minet le maître queux de l'humour !

24/11/2009

On attend tous le Menu du Conseil d'Etat !

 

Diner 0000 diner00.jpg

(humour) 

M E N U

 

* * *

Apéro

 

Petit Muller croquant au Ceva

Et des Vérines Kunzler aux fruits et légumes verts

 

* * *

Entrée

 

Filet de Rochat sauce blanche des Trois-Communes

Et les saladines de Monuitot

 

* * *

Plat

 

Beer en croûte et son jus Cramer Grand-Cru 2005,

Accompagné de légumes farcis Longchamp

 

* * *

Dessert

 

Mousse Teddy Hiler et sa crème double d’Unger

 

20/11/2009

Moi je dis oui au CEVA, sans réserve, enfin un nouveau projet pour Genève !

 

 

Un jour peut-être verrons nous les résultats d'un tel projet, mais il devrait enfin améliorer la sécurité des genevois, je m’explique.

 

Depuis quelques années, la situation s’est sécuritairement dégradée à Genève. Je trouve même que nous pouvons parler de l’avant et de l’après G8 de 2003.

 

Cette année là, malgré un dispositif très important, un déploiement massif de forces de polices et un engagement sans retenue des gendarmes, Genève a été mise à sac par les émeutiers, professionnels ou opportunistes. Les responsabilités politiques n’ont jamais été établies pour ces graves événements, même si le lynchage de Micheline Spoerri a donné un blanc-seing aux autres comme décharge.

 

Cette manifestation a malheureusement donné un signe fort à certains voyous, Genève était devenue vulnérable. Depuis, la criminalité n’a fait qu’augmenter, alors que nos effectifs ont stagné. Aujourd’hui, tout le monde le reconnaît, il manque des policiers. On ne voit plus les gendarmes dans nos rues, ou si peu. Les débats politiques qui viennent de se terminer pour les élections n’ont apporté aucune solution, ils ont juste permis de mettre à jour ces véritables problèmes de sécurité publique. Il nous faut donc un projet comme le CEVA pour l’avenir de Genève. Il se décline ainsi :

 

C comme Communiquer ; notre police doit améliorer sa communication, à travers son service de presse, le recrutement et surtout la police de proximité qui doit redevenir l’apanage de tous les agents.

 

E comme Écouter ; notre police et nos politiques doivent être encore plus à l’écoute, des commerçants, des citoyens, de associations de quartier, des élu communaux.

 

V comme Vivifier ; notre police doit devenir plus tonique, plus présente, plus participative, plus impliquée auprès de la population, la relation de confiance doit devenir le fer de lance de notre travail.

 

A comme Agir ; c’est avec ces trois éléments précités que nous pourrons agir sur les véritables problèmes, rapidement, par la prévention, l’intervention, la répression.

 

Ainsi nous retrouverons une sécurité publique pour une ville qui ne mérite pas de devenir une zone de non droit. L’attrait du métier en sera aussi le grand vainqueur, et la police genevoise redeviendra aussi attractive qu’elle le fut le siècle passé.

 

Donc, moi je dis oui au CEVA, un projet qui ne coûtera pas trop cher, car ce sont les moyens humains que nous avons à disposition, avec tous nos partenaires, que nous pourrons employer pour y arriver, tout en bénéficiant de l'augmentation des effectifs attendue.

15/11/2009

Les sept sages élus, et maintenant ?

C'est fait, nos sept sages ont été élu-e-s :

Petit plagiat : Communique de presse du 29 novembre 2009

Répartition des départements du Conseil d’Etat élu

Le Conseil d’Etat élu le 15 novembre 2009 a arrêté la répartition des départements de la manière suivante :
  • Département des finances (DF) :
    Monsieur David Hiler (suppléant : Monsieur Longchamp) ;
  • Département de l’instruction publique (DIP) :
    Monsieur Charles Beer (suppléant : Madame Künzler) ;
  • Département de justice, police et de la sécurité (DJPS) :
    Madame Isabel Rochat (suppléant : Monsieur Beer) ;
  • Département des constructions et des technologies de l'information (DCTI) :
    Monsieur Mark Muller (suppléant Monsieur Hiler) ;
  • Département du territoire et du développement durable (DTDD) :
    Monsieur Pierre-François Unger (suppléant : Monsieur Muller) ;
  • Département de l’économie et de la santé (DES) :
    Madame Michèle Künzler (suppléant : Monsieur Unger) ;
  • Département de la solidarité et de l’emploi (DSE) :
    Monsieur François Longchamp (suppléant : Madame Rochat) ;

La nouvelle composition des départements reflète la volonté du Conseil d'Etat d'une efficience nouvelle et du prolongement des politiques menées avec une certaine réussite.

L'ancien Département des institutions (DI) est renommé Département de justice, police et de la sécurité (DJPS). La promotion de l'égalité et des droits de la personne dans le but d'assurer la dignité et la sécurité des personnes demeure rattachée à cette institution.

Le Département du territoire (DT) est renommé Département du territoire et du développement durable (DTDD). Il permettra de réunir en un seul département l'ensemble des processus d'aménagement incluant les transports et l'environnement, ceci dans une perspective de développer l'agglomération et la région en adéquation avec les défis écologiques.

Le Département de l'instruction publique (DIP), le Département des finances (DF), le Département des constructions et des technologies de l'information (DCTI), le Département de la solidarité et de l'emploi (DSE), le Département de l'économie et de la santé (DSE) demeurent pour l'essentiel inchangés.

post.jpg

"Carpe Diem"

07/10/2009

Candidat virtuel, le programme de Walter Schlechten.

Si j’étais candidat à l’élection de dimanche, vous pourriez vous attendre à lire ceci sur mon blog virtuel : Schlechten-Elections.blog.tdg.ch

 

Mesdames, Messieurs, chers concitoyens,

 

Je veux par ces quelques lignes, vous donner la possibilité de vous faire une idée sur les choix qui sont les miens et ceux de notre liste virtuelle, « Genève autrement  ». Sans entrer dans le débat, voici donc une liste non exhaustive de nos idées :

 

1 ) Le chômage :

 

L’aide à la formation doit être poursuivie pour les personnes touchées par le chômage, elles doivent pouvoir bénéficier de cours, de stages, et surtout d’une orientation professionnelle adéquate. Le principe de la réinsertion professionnelle doit devenir une primauté afin d’éviter l’exclusion.

 

Pour les jeunes, l’apprentissage doit redevenir une voie d’orientation professionnelle, mais pour cela il faut encourager les PME, en simplifiant les procédures d’engagement, trop lourdes administrativement.

 

Enfin, afin d’éviter une croissance du chômage, les licenciements annoncés doivent subir un contrôle de l’Etat, qui ne doit pas se contenter d’être la roue de secours ou le mécène, mais  aussi le garde-fou de l’exclusion.  

 

2 ) Les logement, la construction :

 

Il devient évident qu’1 % de la zone agricole doit être déclassé pour que la construction de logements puisse se mettre en route. Même la région Franco-Valdo-Genevoise est engorgée, il nous faut donc construire sur nos terres. Les bâtiments au label Minergie doivent être privilégiés dans les concours d’architectes, tout comme les logements sociaux et les coopératives qui restent insuffisants dans notre canton.

 

Avant de construire le projet Praille-Acacias-Vernets, une étude des besoins, en locaux administratifs, doit être réalisée. Genève dispose d’un parc immobilier important en locaux administratifs, son état des lieux doit être effectué pour déterminer les besoins, et lutter ainsi contre la spéculation tout en privilégiant le logement.

 

3 ) L’insécurité :

 

Dans un premier temps, il faut un message politique fort, pour une doctrine claire et ferme sur Genève, afin d’endiguer le flot croissant du tourisme criminel. Ensuite, il faut, avec tous les acteurs de la sécurité et de la prévention, déterminer le cahier des charges de chacun, leurs fonctions, leurs objectifs, afin d’éviter la dispersion des moyens et l’incohérence dans l’occupation du terrain.

 

Dans le cadre de Justice 2011, il nous faut profiter de cet énorme changement législatif pour restructurer les cahiers des charges des personnels administratifs de la police, libérant ainsi partiellement de cette mission les policiers. La police unique n’est pas une nécessité à Genève, nous pouvons très bien fonctionner comme Zürich, qui dispose de trois corps distincts mais complémentaires. Genève, avec ses gendarmes, ses inspecteurs, ses agent de la police internationale et les agents de polices municipales a tous les éléments en main pour reprendre possession du terrain, à travers la présence en rue, la dissuasion, la répression, l’îlotage, la sécurité publique.  

 

Le pouvoir judiciaire doit aussi obtenir les moyens utiles à son bon fonctionnement, pour Justice 2011 et pour qu’enfin les procédures soient traitée dans des délais adéquats. Les durées de détentions préventives seraient ainsi raccourcies et le « turnover des détenus » possible à Champ-Dollon et dans ses annexes prévues lors de cette législature.

 

4 ) Les transports : 

 

 

CEVA, tram, bus, vélo, moto ou voiture, avant de faire un choix écologique et économique, il faut effectuer une étude des besoins. Et là on se rend compte rapidement que l'on ne propose pas une solution aux usagers, mais des doublons illogiques.

 

Dans toutes les grandes villes, les réseaux sont simples à lire, logiques et surtout il n'y a pas de doublon sur le même tracé. Avec un tram ou un métro l'on arrive souvent en un point A, où depuis l'on peut emprunter des diagonales pour continuer sa route, soit en bus, soit en tram. Les distances entres les arrêts sont souvent plus grandes, sans pour autant porter atteinte aux usagers, avec un flèchage clair et des plans d'utilisateurs simple à lire. C'est donc la politique globale des transports qui est à revoir, tous les trams et les bus n'arrivent pas à la gare ou au centre-ville ailleurs. Une grande et une petite ceinture TPG seraient aussi souhaitables. 

 

Notre idée, ne plus faire traverser les ponts du Mont-Blanc, de l'Ile et de la Coulouvrenière par les Bus TPG. Le Tram fait le lien entre les rives droite et gauche, et les extérieurs. Les Bus eux, au moyen de lignes en V déservent la rive sur laquelle se trouve la ligne. Les deux ceintures précitées permettent, tout comme l'autoroute de contournement actuellement pour les automobilistes, d'éviter le centre-ville, en passant par le pont Butin pour la petite ceinture et l'autoroute de contournement pour la grande ceinture.

 

Au centre ville, place aux vélo et à la mobilité douce.

 

 

5 ) La Constituante :

 

Nous craignons que le travail de la Constituante n’aboutisse pas sur de grandes réformes, trop d’intérêts partisans y sont représentés. Pourtant, une vision politique nouvelle pour Genève est nécessaire. Ville-canton, un seul parlement doit y siéger et nos communes doivent être politiquement et sectoriellement réunies en cinq ou six diocèses.

 

Six diocèses avec six Maires - Un Parlement de 120 députés - Un Conseil d’Etat de 8 élus. La question d’un Gouverneur reste posée, mais la nécessité absolue n’est pas avérée.

 

Avec une simplification du fonctionnement de l’Etat, cantonal et communal, un gain de temps précieux serait effectué et les doublons évités. La représentativité populaire serait assurée au sein des diocèses, avec une répercussion immédiate sur le Parlement. C’est en passant par cette restructuration de l’Etat que nous pourrons sortir d’un système sclérosé ou le report des charges entre le canton et la ville, entre la ville et les communes, n’est qu’un serpent qui se mord la queux.

 

urne.jpg

 

Voilà mes 5 sujets prioritaires pour la législature à venir. D’autres thèmes doivent encore être abordés, mais comme je ne suis qu’un candidat virtuel, je vais attendre les réactions des lecteurs, futurs électeurs, pour continuer ma démarche.

 

Si vous avez apprécié mes écrits, votez virtuellement pour notre liste « Genève autrement », candidat Walter Schlechten.

 

Sinon, dimanche votez, votez pour qui vous voudrez mais  votez !!!

23/08/2009

Elections du Grand Conseil : liste no 10 : Citoyens-Policiers

Election au Grand Conseil du 11 octobre 2009

 

Liste no 10 Citoyens-Policiers

 

urne.jpg

Depuis de nombreuses années, la politique est sclérosée par le manque d’imagination de nos élus, représentants du peuple qui n’ont plus de vision d’avenir et qui visiblement n’apprendront jamais à faire de la politique autrement. Dans la volonté de changements, l’important c’est d’avoir une idée, de la faire connaître, de susciter l’intérêt des autres et ouvrir le débat avant de convaincre. Au final, c’est l’aboutissement de cette idée qui devrait faire progresser les choses, pour autant que tous les partis se retrouvent autour d’une même doctrine, à savoir le bien de notre société et de nos citoyens.

 

Il y a donc quelques semaines, le 17 juillet précisément, suite à ce fameux orage nocturne qui a troublé plus d’un esprit de par sa force, une idée m’est venue, celle de provoquer le débat en annonçant le futur dépôt d’une liste Citoyens-Policiers avant le 24 août à midi, dans le cadre de l’élection du Grand Conseil du 11 octobre 2009.

 

http://minet.blog.tdg.ch/archive/2009/07/17/droits-democratiques.html

 

Cette annonce a résonné comme un coup de tonnerre supplémentaire dans la torpeur des journées genevoises. Et le but recherché a été entièrement atteint. Elle a suscité l’intérêt de nombreuses personnes, du politique aux journalistes, du collègue de travail aux citoyens. Le débat a été ouvert sur quelques blogs, alors que votre serviteur ne s’est pas épanché sur le sujet. Il a laissé le doute s’instaurer, en y ajoutant une pincée de sel provocante et un tour du moulin de suspense. Il y a eu peu de critiques négatives sur ce projet, juste quelque avis qui trouvait cette initiative loufoque.

 

Pourtant, plus la date limite de dépôt des listes officielles approchait, plus la question cruciale se retrouvait sur toutes les langues de mes lecteurs.

 

Alors, allez-vous déposer cette liste de Citoyens-Policiers ?

 

La réponse était attendue pour demain à 1159, soit une minute avant la clôture des dépôts de listes, la voilà en primauté.

 

Cette idée avait été émise sur le ton de la provocation, mais sur les bases d’une probabilité plausible. De nombreux messages de sympathie et d’encouragement nous sont parvenus. De ce fait l’idée orageuse a germé et elle est devenue une alternative évidente aux maux genevois, à l’indécision des électeurs et à la perte d’identité des partis traditionnels. Le message très clair qui résulte de cette expérience est que le peuple genevois est prêt à entendre de nouvelles voix et cherche à se reconnaître à travers un élan nouveau. A ne pas douter qu’à travers les valeurs défendues par les policiers, l’honneur, la justice des hommes, la fraternité, la mutualité, la servitude pour son prochain,  le respect, la famille, l’éducation, la loi, les règlements, le sens de la vie, tout en étant des représentants de la classe moyenne genevoise, ces policiers-citoyens auraient trouvé écho à leur doctrine.

 

Néanmoins, il n’y aura pas de liste no 10 Citoyens-Policiers.

 

Les raisons principales sont les suivantes :

 

1)      On n’improvise pas une telle liste, elle doit demander une structure, des bases administratives, humaines, morales, financières.

2)      Les initiateurs de cette idée ne peuvent pas se permettre de se disperser, sachant que leur profession fait l’objet d’une réorganisation très importante et qu’ils demeurent des partenaires incontournables dans les débats.

3)      A quelques heures de la date buttoir, nous constatons aussi que les citoyens-policiers sont déjà très bien représentés dans les candidats annoncés. Au moment de cet écrit, nous ne comptons pas moins de 11 postulants dans 6 partis différents. Au-delà des personnalités très diverses et des idées des partis qui seront représentées, nos valeurs inhérentes à l’exercice de notre profession seront omniprésentes (voir photos).

4)      En adoptant cette position, nous nous donnons aussi le droit de rester dans un partenariat, voire une opposition, neutre et totalement indépendant de toute alliance politique. A travers ce statut, nous gardons notre force, notre crédibilité et la porte ouverte aux débats d’idées. Nous serons probablement plus écoutés, et entendus, en nous démarquant de la vie politique genevoise.

 

Ce qui est certain, c’est que l’idée d’une alternative avec un groupe de Citoyens-Policiers va faire du chemin. Les résultats de la prochaine législature pourraient faire que la concrétisation de ce mouvement se produise dans 4 ans. D’ici là, nous aurons réglé les problèmes liés aux Institutions. Nous pourrons aussi préparer et organiser cette alternative, afin de proposer un projet concret, avec un programme et des objectifs ciblés représentatifs de nos valeurs.

 

Si la liste no 10 Citoyens-Policiers n’a pas vu le jour, une idée forte d’alternative à la politique usuelle est née. Dans l’attente, nous vus invitons à vous rendre aux urnes pour le 11 octobre, pour voter.

 

Votez pour qui vous voudrez, mais votez car l’abstentionnisme est le pire ennemi de la démocratie.

 

post.jpg

 

Pour conclure, à titre d’information, veuillez trouver la liste des gens issus du corps de police en qui nous pouvons retrouver certaines de nos valeurs (en espérant n’avoir oublié personne, n’ayant pas accès à toutes les listes déposées d’ici demain). 

 

 

BORLOZ Marcel                    LIBERAUX

4040Borloz.jpg

CERUTTI Thierry                   MCG

Thierry_Cerutti_tm.jpg

CIVINO Giovanni                   RADICAUX
civino.jpg

DUCROT Jean-Claude           PDC

DUCROT%20Jean-Claude.jpg

GELY David                           RADICAUX

gely.jpg

GOLAY Roger                       MCG

Roger_Golay_tm.jpg

LAURENT Pierre-Alain         DEFENSE DES AINES, DES LOCATAIRES, DE L'EMPLOI & DU SOCIAL

 

 Laurent.png

PISTIS Sandro                        MCG

Sandro_Pistis_tm.jpg

PYTHON André                     MCG

Andre_Python_tm.jpg

VOUMARD Jean-Marie         MCG

Jean-Marie_Voumard_tm.jpg

 

et

 

FALQUET Marc                       UDC

 

(pas de photo) 

 

 

 

07/08/2009

Dépôt d'une nouvelle liste, le temps passe ...

Tic - Tac - Tic - Tac - Tic - Tac

 

Élections au Grand Conseil, plus que 17 jours pour déposer une liste au service des votations et élections, 25 route des Acacias. Le 24 août 2009, à midi, soit il sera trop tard, soit certains auront fait le choix d'attendre 4 ans.

 

Votations.jpg

Au-delà du choix citoyen de s'engager en politique, au service de la collectivité publique, de la population genevoise et de la République, il y a aussi un choix moral, étique et issu de convictions profondes.

 

La famille, l'emploi, l'éducation, l'accès aux soins, une politique sociale et culturelle proche des citoyens, le développement durable, ainsi qu'une sécurité retrouvée dans nos rues, sur notre canton, sont les objectifs logiques qui se dessinent pour nous.

 

C'est un peu court me direz.-vous, on dirait un programme communal, qui manque d'envergure pour le canton, pour la région, pour la Genève internationale. 

pan_0004.jpg

Mais la question que je me pose est celle-ci.

 

N'est-il pas le moment de privilégier les habitants de la République, le développement de ses terres et de notre cadre de vie ?

 

Depuis des années, la Genève internationale est une priorité, en investissements, en infrastructures, en image. Cette fameuse image que l'on veut préserver aux yeux du monde a un prix, au risque de voir certaines grandes organisations quitter notre canton. De grandes villes européennes n'attendent que ça pour offrir leurs services. Mais quelle est la limite que nous pouvons accorder à cette surenchère constante. L'agrandissement de l'OMC en est un bon exemple, les réactions d'opposition aussi.

 

home01.jpgCe qu'il ne faut pas perdre de vue, et qui doit redevenir une priorité politique, c'est que le monde international implanté sur notre canton n'est rien si Genève, sa ville, ses communes, sa région, ne sont pas capables d'offrir logo_lang.gifun qualité de vie qui correspond aux attentes des délégués de ces institution, ainsi qu'à celles de la population.

 

Il y a aussi le pari économique, celui de faire de notre canton un pôle d'excellence dans le milieu de la recherche, des technologies nouvelles et du développement durable. Si l'on veut que les ténors de ces branches s'installent sur nos terres, au-delà des infrastructure, il faudra aussi garantir une qualité de vie, et une sécurité publique incontournable, pour convaincre ces investisseurs potentiels, qui c'est certain représentent l'avenir de notre canton, économiquement parlant et au sens de l'image.     

Genève..jpg

 

Redonnons nous le temps d'une législature pour procéder à ce grand lifting urbain, social, sécuritaire, pour mieux convaincre sur le long terme et redonner une image nouvelle à la Genève internationale. Vos policiers sont aussi en attente de ces résultats. Quatre ans c'est long, mais c'est aussi le temps du renouveau.

 

Post.jpg