17/05/2010

BOB, la rubrique de la TDG, a lu le dernier bulletin de l'UPCP, vous aussi maintenant mais sans travestir nos propos !

«  Le dernier mot » du Président.

 

 

Au moment où vous lirez ce texte, un nouveau Président aura pris ses fonctions, et il en est heureux ainsi. Le temps du renouveau, du changement de caractère dans nos relations avec les autres, d’un élan vivifiant pour notre association était nécessaire. Le comité en place avait aussi besoin de retrouver une forte personnalité à sa tête, afin de poursuivre les travaux en cours et orienter ceux-ci sur un avenir meilleur.

 

Je quitte mon poste confiant, car la devise de notre union restera la voix à suivre pour arriver aux buts que nous voulons nous fixer, Camaraderie et Mutualité.

 

À travers ce dernier mot, sous ce titre, je tenais à remercier les personnes qui m’ont accompagné durant ces quatre dernières années dans mes fonctions.

 

A mon arrivée, j’ai été mis en présence d’un comité en place qui a su m’ouvrir ses portes sincèrement en m’offrant ainsi la possibilité d’apprendre très vite les rouages d’un fonctionnement syndical qui était pour moi une véritable inconnue. Que ces comitards, anciens et nouveaux soient vivement remerciés, car sans eux l’UPCP n’est rien.

 

A ma nomination en qualité de Président, je me suis entouré d’amis, de personnes pour lesquelles j’avais une confiance avérée, nourrie par une grande amitié qui avait elle pris forme professionnellement. Ces gens m’ont suivi, m’ont donné leur confiance en se lançant dans le grand bain. À travers mon amitié indéfectible, qu’ils en soient vivement remerciés.

 

Durant ce parcours, certaines personnalités ont été mes guides, mes maîtres de stage si j’ose dire, et sans dénigrer les qualités des autres ni les blesser, je me dois de les nommer, sachant que leur charisme est reconnu.

 

Alain Devegney, dit Dede. Mon prédécesseur, une personnalité hors normes, d’une très grande intelligence, dotées d’un sens de l’analyse impressionnant,  trempé dans un caractère de bison, mais avec un cœur humaniste incommensurable. A ses côtés j’ai beaucoup appris et je crois qu’une grande partie de la confiance qui est la mienne aujourd’hui lui est due.    

 

Jean-Marc Widmer, dit la Bible. Un ancien Président, un être entier totalement dévoué à la cause de l’UPCP, de l’USPRO, de la FSFP et de leurs membres. Rarement j’ai rencontré une personne aussi investie dans une société, dans une association. Il apporte souvent l’historique nécessaire à la réflexion, mais également le point de vue qui nourrit une vision d’avenir. Humainement bien plus réservé, il a néanmoins su être là aux bons moments pour soutenir votre serviteur. Une amitié basée sur un très grand respect des qualités de l’autre est née de cette relation. Le futur Président trouvera en cet homme les références humaines et techniques nécessaires qui permettront à notre union d’avancer. 

 

Roger Golay, dit le Rédacteur. A son retour au sein du comité, j’ai vu en lui un ancien Président à qui j’avais accordé ma confiance, car j’aimais le style du personnage. Ami du football, il n’était pas un inconnu pour moi. La richesse, qu’il a su me faire partager, au-delà des idées, est d’avoir su me faire découvrir le monde politique, relation nécessaire à une présidence d’un syndicat. À travers son accompagnement, cet homme d’engagement m’a apporté une lumière certaine sur la qualité des gens, qui se doit bien souvent de dépasser celle des idées, tous partis confondus. Ces liens tissés, bien que souvent éphémères, ont néanmoins été précieux ces deux dernières années. Il m’a ainsi donné goût à la politique, monde qui lui ne m’a pas encore séduit à ce jour.    

 

Ces trois personnes n’ont pas été Présidents de l’UPCP pour rien, ils avaient tous cette petite chose en plus qui font que certain hommes, même s’ils ne sont pas d’exception, demeurent des leaders incontournables dans notre société, voire des exemples.

 

Après avoir remercié les membres ayant siégé au comité, après avoir rendu un petit hommage au trois hommes précités, je me dois encore de vous transmettre, chers membres, toute ma gratitude,et bien plus encore. Durant trois ans, vous avez été mon sang, mes battements de cœur, mon énergie et surtout la raison d’être de mes motivations principales. Sans vous je n’aurai jamais trouvé les forces qui ont été miennes pour me battre, pour débattre, pour convaincre, pour démontrer, pour prouver, pour défendre nos professions.

 

De l’OCAN à la Prison, en passant par ma corporation de cœur,  j’ai rencontré des gens formidables, extraordinaires parfois, mais humainement généreux toujours. Je tiens donc à vous remercier du fond du cœur pour la confiance que vous m’avez bien souvent témoignée, tout en espérant que celle-ci aura été à la hauteur des défis que nous avons rencontrés.

 

Longue vie à l’UPCP et bonne route au comité et à son Président à qui j’accorde déjà toute ma confiance.

 

                                                                                              Walter SCHECHTEN

                                                                                                     Dit « Minet »

Commentaires

Sans intérêt et en plus Bob n'avait pas déformé vos propos, juste mis un peu d'humour. Que cherchez-vous à travers ce copié-collé ?

Écrit par : candole | 17/05/2010

Candole,

Sans aucun intérêt effectivement, pour les 1898 lecteurs du bulletin de l'UPCP. Par contre pour les 153'000 lecteurs de la TDG de samedi dernier, un soupçon d'information suite à l'humour à BOB, et quel humour !

Minet.

Écrit par : Minet | 17/05/2010

Franchement Minet, arrêtez de vous gargariser avec des détails, alors que l'essentiel nous a explosé à la gueule!

Lorsque j'ai commencé à la police, il y avait deux thèmes syndicaux pour lesquels il n'y avait aucune transigeance possible; les horaires et la retraite!

Nous nous plaisions à croire, à l'époque, que le jour où quelqu'un viendrait toucher à l'un ou à l'autre de ces acquis, il y aurait un mouvement de contestation général sans précédent! Une révolte disaient certains…

Or, que constate-t-on aujourd'hui? Que l’un et l’autre, les horaires et la retraite, peuvent être attaqués, sans qu’il n’y ait finalement une véritable opposition…

On est descendu dans la rue pour moins que ça... par le passé!

Que s’est-il passé entretemps… ?

Peut-être avez-vous été trop consensuels…
Peut-être à trop vouloir s’entretenir avec le pouvoir politique, ils ont réussi à vous endormir…
Peut-être sommes-nous finalement voués à nous faire danser sur le ventre…
Serviteurs de l’Etat…
Loyaux jusqu’à la mort…

"1898 lecteurs du bulletin de l'UPCP"… HOURRA!!! Quelle belle victoire!!!

Wax911

Écrit par : Wax911 | 17/05/2010

Wax911,

On vous attend au comité, avec grand plaisir, dans la famille "Y a qu'à" je demande Wax911.

Votre assurance maladie est sauvée.
Votre inconvénient de service n'a pas disparu, il sera probablement incorporé dans votre salaire en 2013.
Si vous êtes au BUS vous allez toucher une indemnité débours.
Vous allez retrouver un horaire adéquat, c'est certain si vous êtes en rotation.
Si vous avez moins de 11 ans d'ancienneté votre salaire a augmenté.
Si vous avez 200 ou 300 heures supplémentaires elles vont être payées.
Vous ne porter pas un nom ou un matricule sur la poitrine.
Votre plan de carrière est momentanément sauvé car la fusion avec la PSI n'est plus d'actualité.
Le recrutement va mieux.

Et pour la retraite, c'est encore une bombe à retardement, nos députés le savent, le Conseil d'Etat aussi, mais les travaux avancent, la balle est dans le camp de nos élus.

Mais vous pouvez trouver que nous nous sommes endormis sur nos lauriers, vous pouvez !

Minet.

PS : Wax, je vous donne rdv demain mardi à 1300 au Pub L'Arbalète pour discuter de tout ça. Walter S.

Écrit par : Minet | 18/05/2010

@ Minet

Je n'ai pas dit que vous n'avez rien fait. J’ai juste mis en évidence une réalité. Par ailleurs, lorsque vous évoquez la liste des victoires, il ne s'agit quasiment que de fric!

L’argent est important, mais la santé l’est plus encore.

Or, lorsque l’on fait le constat que notre employeur se moque éperdument de notre santé en revenant à un horaire à 40 heures par semaine pour les travailleurs de nuit, c’est INTOLERABLE!

Maintenant, lorsque vous dites que le personnel en rotation va retrouver "un horaire adéquat", je me plais à espérer qu’il s’agit d’un horaire inspiré par les dispositions de la Loi sur le travail. Parce que si retrouver "un horaire adéquat" c’est revenir à la pratique du TT1 en S1, c’est juste du foutage de gueule intégral.

Mais il est encore trop tôt pour en informer le personnel, vu que le changement d’horaire est prévu pour le 1er juin……………………………

Ma famille apprécie beaucoup.

Wax911

Écrit par : Wax911 | 18/05/2010

Il n'y a aucune victoire dans cette liste, juste le maintien de certains acquis, sous une forme ou une autre.

Pour le reste, autant j'aime lire votre blog, qui est sans nul doute bien plus syndical que le mien, autant vos commentaires sont usant.

Je vous ai attendu pour le café à 13 heure, mais je suppose que vous étiez en famille. Dommage, nous reparlerons donc de tout ça dans un mois, car d'ici là, ce qui est certain, c'est que tous les dossiers chauds se devront d'être terminés.

Minet.

Écrit par : Minet | 18/05/2010

Oups! Désolé pour le rdv manqué. Mais la prochaine fois (s'il y en a une), je préférerais une autre ville que Genève. Franchement Minet, quelle faute de goût. Il y a Annecy par exemple, qui, avec l'arrivée des beaux jours, a de très agréables terrasses.

Wax911

Écrit par : Wax911 | 18/05/2010

Minet, ma révérence et mes remerciement de citoyen pour vos compétences et votre dévouement.
Le policier est indispensable, néanmoins, afin de ne pas avoir à lui rendre les honneurs qui lui sont dû, bon nombre de notables, le considère de façon hautaine et quelque peu dédaigneuse.
Et bien sachez, Cher Minet, que je me suis battu contre vos propos avec les remarques que vous connaissez, mais je ne vous ait pas traité, ni votre profession avec condescendance, même si l'éloquence des échanges faisait trembler les vitres !
Donc, félicitation pour les causes que vous avez défendues, vous n'aurez jamais à le regretter.
Salutations chaleureuses

M. J.

Écrit par : Corto | 18/05/2010

Les commentaires sont fermés.