11/04/2010

L’insécurité, les véritables questions qu’il faut encore se poser ?

J’aime  le sujet de l’insécurité, car il est d’actualité, il représente une crainte profonde de la population, de notre société et l’aborder c’est vouloir y trouver des solutions pour apporter des réponses aux attentes de nos concitoyens.

 

J’aime le sujet de la sécurité, car il doit devenir une véritable actualité, il représente l’avenir de notre population, de nos enfants, de notre société à travers les solutions qui seront proposées.

 

Ce qui a changé à Genève depuis septembre 2009, c’est que le thème de l’insécurité n’est plus seulement évoqué comme un sentiment, mais bien comme une réalité. Si les dernières élections municipales avaient effleuré le sujet, notamment pas Pierre Maudet, le renouvellement du Grand Conseil, puis du Conseil d’Etat genevois a clairement donné forme à cette insécurité. Il était temps, l’on ne pouvait pas rester plus longtemps dans le déni. 

 

Lucidité ou courage politique, l’on ne saura jamais ?

 

Par contre, après avoir réussi à franchir ce pas, nos politiques doivent encore avancer, franchir un cap nouveau et poser les questions qui demeurent en veille.

 

Le devoir de réserve ne m’autorise pas à répondre ici aux interrogations déposées ci-dessous et qui m’ont été rapportées par mes amis, mais libre à vous de nourrir ce débat. Elles ne sont pas exhaustives, mais elles ont le mérite d’approfondir le thème choisi. 

Bonne réflexion à vous tous avec ce texte que vous devriez aussi retrouver sur le blog collectif, qui est une merveilleuse idée

http://billetcollectif.blog.tdg.ch/archive/2010/04/11/l-i...

 

La sécurité qui doit vaincre l’insécurité :

 

1)      A défaut de moyens en personnels policiers suffisants, ce qui est reconnu, ne faut-il pas un message politique global beaucoup plus fort, qui se devrait d’aller bien au-delà d’une opération de terrain ciblée et restrictive ?

2)      Quelles sont les  véritables priorités cantonales dans la politique choisie par nos élus et les hiérarchies ?

3)      Les cambriolages, les vols à la tire, les délits et crimes avec violence ne doivent-ils pas aussi devenir des thèmes principaux pour restaurer la confiance de nos citoyens ?

4)      Au delà de la prévention et des actions policières, qui ne seront jamais la solution entière aux problèmes existants car trop dépendantes d’une doctrine judiciaire insuffisamment déterminante actuellement, la sécurité globale ne doit-elle pas devenir un sujet prioritaire et parlementaire à la Berne fédérale ?

5)      L’éducation et l’enseignement ne doivent-ils pas reprendre une place prépondérante dans la diffusion de nos valeurs historiques auprès d’une jeunesse déjà perdue dans une violence banalisée, voire normalisée par les médias et autres vecteurs, à travers le respect de l’humain, de la vie, du droit d’exister, de vivre en sécurité, en dénonçant à travers l’analyse et la compréhension les comportements illicites et répréhensibles ?

6)      La première des solutions n’est-elle pas d’offrir une très grande visibilité policière et cantonale, sans parler de répression mais bien de prévention, comme il en avait été le cas à Genève lors des engagements policiers au déclenchement de la guerre du Golf (1990),  puis durant l’Euro08, avec une présence policière générale en nos rues ?

7)      L’îlotage individuel tel qu’il est conceptualisé depuis 2003 n’est-il pas un échec qui n’a fait qu’éloigner les policiers de base de la rue, du citoyen, de la population, des commerçants, du rapport humain ?

 

Manque d’effectifs :

 

1)      A travers les modifications législatives apportées, soit une augmentation de la classe d’engagement des policiers, êtes-vous certains que les autres modifications apportées ne portent pas atteinte à un métier hiérarchisé organisationnellement dans l’ordre du commandement, comme par exemple la mise en application de la grille salariale étatique et son système rétrograde de promotion qui ne sert qu’à couler ce métier dans la fonction publique, elle-même sans grandes ambitions ? 

2)      Le manque d’effectifs à la police genevoise est-il une raison suffisante pour limiter le champ d’action de nos pandores au seul centre-ville ?

3)      Est-ce un choix politique que de ne cibler que la ville de Genève à travers l’opération Figaro ?

4)      A quand une véritable redistribution des tâches avec les personnels à disposition et les partenaires liés à la sécurité, ce qui en toute logique est le premier pas vers l’optimisation des moyens humains ?

 

Et après :

 

1)      Ne doit-on pas réfléchir aujourd’hui, pour ne pas prendre une nouvelle fois dix ans de retard, sur la politique qui doit être menée à l’avenir, à travers un véritable programme d’éducation, de prévention, de responsabilisation civique ?

2)      Ne doit-on pas réfléchir aujourd’hui, pour ne pas prendre une nouvelle fois dix ans de retard, sur la politique qui doit être menée pour l’avenir, à travers une véritable volonté de maîtriser, d’anticiper l’éclosion de violences nouvelles, de délits sectoriels liés aux déplacements économiques des peuples, dans une société globalisante qui prône une ouverture des frontières, portes également ouvertes à l’arrivée de valeurs et de comportements aggravants qui ne doivent pas devenir les nôtres ? 

3)      Ne doit-on pas réfléchir aujourd’hui, pour ne pas rester sur le quai une fois de plus, dans quelle société de demain nous voulons vivre, sécuritairement, environnementallement, économiquement, civiquement, humainement ?

 

Autant de questions pour lesquelles j'espère vous aurez quelques réponses.

 

Minet

Commentaires

Habitant entre la gare et le parc Saint jean, je n'aime pas du tout le "Sujet de l'insécurité" surtout parce que rien ne sera fait pour le régler!

La Suisse est à plat ventre devant les mafias et ce n'est pas quelques gesticulations policières qui vont faire peurs aux délinquants et aux dealers.


Les mots "Stratégies" et "Effets de surprises" sont aussi abstraits pour la direction de la police genevoise, que les mots "Réinsertions et "Salaires équitables" le sont pour longchamp.

Les agences de transfères d'argent ne sont pas encore en faillite dans cette ville, et c'est bien dommage!

Écrit par : dominiquedegoumois | 12/04/2010

La police financière devrait s'intéresser à ces agences de transfert d'argent qui poussent comme des champignons dans la ville. A qui sont-elles destinées ? A des personnes qui ne peuvent ouvrir un compte ? qui sont ces personnes: des illégaux, des dealers, des personnes étrangères de passage en Suisse ? Ces versements instantanés répondent à une besoin de rapidité des flux d'argent, certainement limités par jour mais qui leur donnent l'autorisation d'ouvrir, qui les contrôlent ? Comment se fait-il que l'on nous parle d'insécurité réelle sur le territoire et de la venue de dealers étrangers et qu'au même moment, de genre d'officines ouvrent ? n'y-a-t'il une corrélation entre ces deux ?

Écrit par : demain | 12/04/2010

Vous avez raison sur le fond mais que faire lorsqu’on se retrouve seul face à des malfaiteurs ?
Ce cas s’est présenté sur une aire de repos d’autoroute. Menacé par un malfrat j’ai réussi à le mettre en fuite en utilisant mon pistolet. Quelques bastos tirés devant ses pieds et le voilà qui a pris la fuite sans demander son reste.

Écrit par : Hypolithe | 12/04/2010

Ah, la police nous parle d'insécurité, c'est un peu là que le bas blesse !
Je vous l'ai déjà dit, en tant que représentant syndical-policier, Minet, vous ne pouvez pas tout faire ! Vous touchez la sphère politique, ça fait un peu trop sous la même casquette ! ! !
Les discours sécuritaires pro-udc, ne doivent pas polluer vos propos, svp, arrêtez, je ne me sens pas très bien face à ces amalgames, faites le, en tant que personne physique, dans un autre blog, c'est déjà assez le bordel dans cette dans cette bourgade sans que vous y rajoutiez de la confusion des genres !
Merci

Écrit par : Sabourjian | 12/04/2010

Un peu de retenue dans vos commentaires svp.

W.S.

Écrit par : Minet | 12/04/2010

Désolé Dominique mais ces officines permettent simplement aux personnes étrangères d'envoyer de l'argent à leurs familles dans leurs pays respectifs. Alors d'accord les dealers doivent aussi en profiter mais 95% sont d'honnêtes gens qui travaillent et veulent simplement en faire profiter leurs familles. Il n'y a donc aucune, mais vraiment aucune, co-rélation entre les deux. Ensuite le commentaire ci dessus écris par "demain" est vraiment navrant. En effet pour moi il n'y a pas de différences entre un malfaiteur et un homme qui se balade en voiture avec un pistolet...d'ailleurs vous avez sûrement du avoir beaucoup de chance que lui n'en ai pas. Et pour finir, il fait quand même bon vivre à Genève, on peut se promener en ville à nimporte quelle heure. Alors après, évidemment qu'il y a peut être certains endroits à éviter mais comme dans toutes les grandes villes du monde. On est quand même en sécurité ici à Genève et la Police est présente et visible. En tout cas, originaire de Lyon je peux vous dire qu'il n'y a pas photo et que la vie à Genève est vraiment sûre et ô combien paisible.

Écrit par : Lyonnais du 69 | 13/04/2010

Tout le problème est là, vous vous attaquez aux prolos de la finance, à Genève, je ne vais pas citer des noms, mais parmi les plus belles villas bord du lac, vous avez un choix de trafiquants d'armes, de cames, de traites des blanches avec des comptes pleins à péter dans nos cher banques locales, alors que vous vous en prenez aux petits vendeurs de boulettes qui envoient 1000 bals par semaine à leurs familles, soyez un tout petit peu sérieux, Messieurs les "justiciers" genre série B.
Parce que si vous voulez des noms de vrais gangsters, ceux qui font peur au Procureur, ceux qui se promènent avec voitures blindées et gardes du corps pour se rendre dans les salons privés de cette calviniste bourgade, y a de quoi faire du boulot, mais s'en prendre à leur petits petits revendeurs des boulevards des quartiers du monde d'en bas, c'est pas très joli. (Reste du commentaire censuré par le responsable du blog, y a des limites à ne pas franchir) !

Écrit par : Corto | 14/04/2010

L'insécurité est un problème de tous les pays du monde. Avec la crise, elle n'a fait qu'empirer et le problème d'effectif des policiers aussi. Le gouvernement qui se succède est connaît très bien le problème, mais les actions pour vaincre ce fléau sont rares et même presque inexistantes. Citoyens, protégez-vous !

Écrit par : externalisation | 16/04/2010

On a tellement d'assurance de serrures blindées et de toutes sortes de conneries soi-disant sécurisantes qu'on en peut plus avec la sécurité, sans être socialo ou quoi que ce soit, il ne s'agit que d'une mauvaise gestion de la planète et des dictateurs qui s'en foutent plein les comptes de leurs banques privées, alors ne nous plaignons pas de ça, nous en vivions, nous vivons en Suisse à 90% du fric pillé dans les pays totalitaires qui génèrent la misère que nous croisons dans nos rues, une fois de plus ce sont les banques qui encaissent et les impôts qui sont rançonnés, l'argent public ! ! !

Écrit par : Corto | 16/04/2010

L'insecurite a Geneve est desesperante. Il faut se rappeler qu'avant 1992 il y avait tres peu de criminalite a Geneve (et en Suisse) et on pouvait meme rentrer seule, comme femme, apres minuit sans aucune crainte. En plus, les enfants et jeunes etaient polis et non-violents. Alors il faut analyser qu'est-ce qui s'est passe depuis. Comme la Tribune a enfin revele en 2008 ce que nous avons vu depuis longtemps: la plupart des criminels et delinquants sont originaires d'Afrique, des pays arabes et des Balkans. La seule solution est de renvoyer les etrangers qui commettent de crimes, meme petits, avec leurs familles. Geneve a le plus de criminalite en Suisse mais renvoie le moins de criminels ce qui est incomprehensible. Par ailleur, Schengen est un desastre et il faut controler les frontieres de nouveau. Il nous faut une personne courageuse comme etait Rudolph Giuliani, qui a introduit la Tolerance Zero a New York et ainsi a cree une ville ou il fait bon de vivre.

Écrit par : Livia Varju | 17/04/2010

Livia Varju, ce sont des personnes comme vous qui créent de l'insécurité, pourquoi n'émigrez-vous pas dans un autre canton ou dans un pays dirigé par un dictateur comme ceux qui cachent leurs fortunes à Genève ?

Écrit par : Sabourjian | 17/04/2010

Sabourjian dans le canton où j'habite les étrangers sont polis, travailleurs et des gens aimables quelque que soit leur origine.
Il est vrai que ce canton est éloigné de la frontière française.
Les seules racailles que la police et la gendarmerie arrêtent sont des crapules venues de Genève en particulier.

Le jour où les autorités genevoises auront compris que la meilleure méthode à utiliser contre ces criminels est celle du pied au cul sans se soucier des cris de la gauche et des défenseurs des droits de l'homme alors Genève pourra respirer.

Écrit par : Oulala | 18/04/2010

TdG: Pourquoi mon nom etait publie puisque j'ai un URL?

Écrit par : Livia Varju | 18/04/2010

Tribune de Geneve:
Pourquoi avez-vous publie mon nom quand j'ai un URL? J'ai relu mon texte et je vois que j'ai mentionne l'origine des criminels. Maintenant je me sens en grand danger d'etre aggresse. Je vivais deja dans la peur comme on a aggresse 4300 femmes de plus de 65 ans a Geneve l'annee passee selon la Tribune.
D'ailleurs, pourquoi publiez-vous des commentaires comme celle contre moi en haut. Ca n'est pas sur le sujet en discussion, c'est simplement une insulte. Elle ne contribue pas a un debat democratique et raisonnable. Quand on participe a un debat a la BBC, il refusent de commentaires insultantes.

Écrit par : Livia Varju | 18/04/2010

Auteur et Sujet pertinents.

Bravo pour le courage
Bravo pour la pertinence des propos
Bravo pour la lucidité de votre constat.

Mon fils s'est presque engagé dans votre corporation. Le destin s'y mêlant et devant la situation et les faits, je suis donc l'heureuse mère d'un fiston ayant choisi une voie plus constructive.

La solution et les problèmes échappant à ce niveau,
tels la surpopulation
la situation de zone frontalière décalée et l'immigration clandestine
les décisions des politiques ou leur dérisoires, l'absence de fermeté politique et judiciaire,
l'argent de nouveaux immigrés millionaires type ex-UDSSR venant se racheter une image ou une plage genevoise,
faisant de Genève une place d'absence de droit suisse, ou non suisse, ou un espace de non droit s'il ne s'achète,

Nous ne pouvons que vous souhaiter bon courage
Une lectrice suisse, d'origine et de souche, née à Genève

Écrit par : na...ya! | 18/04/2010

Tant que les banques genevoise abriterons les centaines de milliards des dictatures africaines, l'Europe sera envahie de réfugiés, il faut vraiment que l'Europe fasse quelque chose ! et Vite !!!

Écrit par : Sabourjian | 18/04/2010

Je suis d'accord avec l'analyse de corto. On s'attaque aux petits voleurs et on laisse les grands bonnets tranquilles (au moins, jusqu'à ce qu'ils fassent une grosse boulette impossible à cacher et où il sera difficile d'échapper à la justice!) car ils ont le bras long et plein d'amis haut placé! La décadence, l'injustice et le vol prennent leurs racines en premiers lieu chez les nantis sans moralité, ensuite seulement, ces féaux atteignent le reste de la société! La solution : s'attaquer aux racines du mal!

Écrit par : zakia | 18/04/2010

@Sabourjian

avant de tenter l'option des banques genevoises et des dictatures africaines,

Pouvez-vous vous décaler, juste pour vous rendre compte de votre position

Ex
Que feriez-vous,
si vous étiez l'un de ces héritiers de milliards vivant à GE,

y vivant grâce à votre père, qui, élu par coup d'état d'un état africain, ou d'une dictature ou de tout autre régime corrompu, y avait amassé de l'argent à blanchir, et

Tandis que votre père vous aurait envoyé dans des lycées suisses privés très chers, vous laissant vivre cool jusqu'à ce que le droit suisse vous donne le droit de faire la demande et d'obtenir un pass suisse parce que vous y avez été élève sur plus de 7 ans, du simple fait de vos années de collège-lycée payées par votre tyran de père exploitant votre pays d'origine à mort?


Sabourhian,
N'avez-vous pas de collègues heureux de toucher leur salaire dans ces banques ou compagnies d'assurances ou autres stés annexes,

et que dites-vous du projet de Genève-Plage de l'un de ces héritiers en attente d'un pass suisse,
qui veut utiliser son fric venu de ce type d'héritage, pour s'approprier un reste de parcelles disponibles au domaine public suisse au bord du lac ?

Souci de suisses d'origine et du coin, dont bien des maisons et terrains de famille ont déjà été ex-appropriés comme à Châtelaine, Chambésy et Vesenaz.

Écrit par : na...ya! | 18/04/2010

Comme les kapo dans les camps, je n'aurais jamais fait souffrir les autres pour me mettre à l'abri, na..ya vous ne adressez pas à un lâche ou un hypocrite, allez poser vos questions odieuses à vos proches !
L'Europe doit intervenir rapidement auprès de la Suisse pour qu'elle arrête de provoquer toute cette misère dans le monde afin de stopper ces vagues d'immigrations de victimes des amis des banquiers qui se font dérouler des tapis rouge tant à l'aéroport que dans les bordels de luxe de cette ville devenue un vaste bouge à dictateurs !

Écrit par : Sabourjian | 18/04/2010

Sabourjian, malgré votre méconnaissance évidente des kapos & de leurs statut:

Mes proches sont comme moi, des suisses envahis et dépossédés de leur culture, du droit à leur vie de suisse à Genève avec histoires familiales: nous ne sommes plus suisses, ne sommes plus chez nous, dans notre pays, à Genève.
Nous sommes dépossédés de notre culture et traditions, nous sommes envahis et submergés par ces 196 ou plus nationalités nouvelles arrivantes revendiquant tous égards non discriminatoires, attentions et privilèges depuis avant 2004, et pour lesquelles il faut faire gaffe et apporter tout support d'intégration, au détriment des suisses de souche.

Maintenant, cherchez bien et compter le nombre de vrais suisses restant à Genève (de nationalité d'origine, de souche, et non secundos ou autres issus de réfugiés 'égyptiens' ou autres, saisonnier ou riche héritier résident genevois), encore salariés à Genève.

Maintenant, il se peut que les fondements propres au tissu social genevois ne vous intéressent pas plus que ça.

Mais alors, il il y là vos propres frontières, celles de vos allégations.

Écrit par : na...ya! | 18/04/2010

Vous ne souhaitez pas parler de la culture suisse des banques et de leurs clientèles générant des réfugiés, c'est aussi ça la culture suisse ?
toujours éviter les questions qui dérangent ? ? ?

Écrit par : Sabourjian | 18/04/2010

Sabourjian

ce sont vos amis &/ou ceux de vos amis à qui vous aimez rendre visite et sourire devant leurs succès, et vous joindre à leurs invitations et amis,
qui participent à tout ça dans leurs jobs. Cependant, vous aimez leurs salaires, succès, réussites & trains de vie.

L'autre question était concrète: que feriez-vous si, etc.

Seul un petit bout des rives du lac à Genève est encore accessible au public -

que pensez-vous de l'accaparation de cet espace public pour dans les 150 mio CHF par un riche héritier russe,

voulant par ailleurs obtenir son passport suisse suite à années de lycée-collège suisse privé,

de ce dernier espace public des rives du bout du lac ?

Pas cher hein? se faire une image suisse & acheter du pouvoir à Genève avec quelques 150 Mio de CHF hérité de l'ex UDSSR,
en achetant des terrains genevois-plage devant lui rapporter plus qu'une image de proprio genevois avec hotels-complexes de sports et accès plage aménagée payants.

Ce ne sont pas les banques, mais les politiques, les élus qui décideront.

Écrit par : na...ya! | 18/04/2010

Corto, Sabo..

Je ne suis pas souvent d'accord avec vous, mais je trouve votre raisonnement cette fois-ci logique et tombe sous le sens .

Écrit par : Fatima | 18/04/2010

Sabourjian,
Bon soir. Vous avez raison sur les banques et l'argent sale. C'est honteux et bien sur ca produit des refugies. Il faut davantage de controle du secret bancaire. Cependant,l'arrachage des sacs a main n'est pas si anodin car souvent les femmes sont jetes par terre, se blessant et cassant des os. D'ailleurs, beaucoup de criminels vendent des drogues, c'est a dire, ils vendent la mort. Egrik

Écrit par : Livia Varju | 18/04/2010

Sabourjian et Corto,

Vos échanges sont intéressants mais la population genevoise n'a que faire de votre débat sur l'argent sale, le blanchiment et les délits financiers, hors propos sur cet article.

L'argent demeure le mobile de bien des délits, mais ceux que vous évoquez n'ont pas de retombées directes sur notre population, et si peu pénalement sur notre système bancaire.

Revenez donc au débat régional, soyez proche de nos concitoyens, répondez donc aux questions posées, sinon je vous invite à poursuivre votre débat qui devient stérile sur un autre blog.

Minet.

Écrit par : Minet | 18/04/2010

Sabourjian on n'a rien à cirer de tes propos déplacés; faudrait voir pour te faire interner et soigner au Chemin du Petit-Bel-Air à Chêne-Bourg.

Écrit par : Oulala | 19/04/2010

Une grande partie du trafic de drogue est aux mains des mafias italiennes (par la filière nigériane) qui gèrent 155 milliards donc c'est un Etat dans les Etats. Elles blanchissent leur argent dans les banques suisses et ont infiltrées le tissu social partout en Europe mais aussi aux USA, Australie. Elles achètent dans l'immobilier, des entreprises et font dans tous les trafics.La police n'attrapera que les petits revendeurs et c'est déjà beaucoup mais hélas, ce ne sont pas les petites mains qui manquent et elles seront vite remplacées.

Écrit par : demain | 19/04/2010

Chers amis SVP SVP SVP descendez tous de vos petits nuages, il n'y a que très peu d'insécurité à Genève, c'est tout mignon à Genève ...essayez donc d'envoyer un Eric Stauffer faire sa propagande dans des quartiers français, italiens ou espagnols comme il l'a fait aux Pâquis vous verrez le résultat...Si ce monsieur peut se promener aux Pâquis, caméra au poing et provoquer et insulter tous les dealers qu'il croise c'est bien qu'il n'y a pas temps d'insécurité que ça alors arrêtons un peu avec ce terme : INSECURITE ... Il ne rime pas avec Genève

Écrit par : Lyonnais du 69 | 19/04/2010

Lyonnais, le problème c'est que les populistes utilisent ce prétexte pour faire monter le prix de la dope, aux ordres de leurs chefs mafieux, je rappelais juste l'époque Louis Demartin, à Minet, il semble avoir oublié !

Écrit par : Sabourjian | 19/04/2010

Ên tout cas Sabourjian, contrairement à ce que disent tes détracteurs, c'est toi qui est le plus au coeur du sujet et eux complétement hors-sujet...mais bon comment en vouloir à des gens qui sortent jamais de chez eux...;-) Livia Varju arrêtez un peu de croire tout ce qu'on vous dit à la télé et vous aussi sortez un peu de chez vous, vous verrez que vous ne vous ferez pas agresser à chaque coin de rue haha

Écrit par : Lyonnais du 69 | 19/04/2010

Ên tout cas Sabourjian, contrairement à ce que disent tes détracteurs, c'est toi qui est le plus au coeur du sujet et eux complétement hors-sujet...mais bon comment en vouloir à des gens qui sortent jamais de chez eux...;-) Livia Varju arrêtez un peu de croire tout ce qu'on vous dit à la télé et vous aussi sortez un peu de chez vous, vous verrez que vous ne vous ferez pas agresser à chaque coin de rue haha

Écrit par : Lyonnais du 69 | 19/04/2010

L'auteur Sabourjian déposant ses idées anti-capitalistes et anti-flics sur ce blog, sous prétexte du blanchiment d'argent, dans un article qui se veut de parler de l'insécurité et de la sécurité des genevois, je me vois, pour la première fois de bannir de ce blog ce personnage qui garde une vision fermée d'un débat que je souhaite ouvert.

W.S.

Écrit par : Minet | 19/04/2010

Les commentaires sont fermés.