16/12/2009

Police genevoise, engagement de personnels de nationalités étrangères, protection des données et risques de fuites !

L’affaire de la HSBC est révélatrice des risques que représentent l’accès accordé à des personnes étrangères aux données confidentielles, privées, fédérales, étatiques, judiciaires ou personnelles.

Le vol, la fuite, le renseignement au profit d’un pays étranger n’est pas un risque négligeable. Ces agissements peuvent être motivés par infiltrations d’agents de services de renseignements étrangers, mais aussi par l’argent, par intérêt personnel, voire par patriotisme et sens du devoir vis-à-vis de son pays d’origine. Plus rarement suite à un cas de conscience.

Certes, l’acte commis par Hervé Falciani auprès de la HSBC aurait pu être commis par un Suisse, mais dans ce cas le risque de fuite de la personne aurait été fortement diminué de par sa nationalité, ses attaches familiales, son cadre de vie sur notre territoire. Moralement aussi le risque est moindre, du fait de nos valeurs nationales.  

Loin de moi l’idée de fustiger les étrangers, nous sommes tous conscients que Genève, la Suisse, a besoin des connaissances métiers et de cette manne professionnelle, humainement et économiquement.

Néanmoins, l’accès  à des données fédérales, étatiques, sécurisées, confidentielles voire privées ne doit pas être accordé à n’importe quelles conditions. L’une d’elles est de se garantir de ce risque de disparition de données, par le vol, le renseignement, la fuite.

Depuis des mois, nous, syndicats de police, nous opposons à cette idée politique qui germe à Genève, celle d’engager des étrangers dans la police cantonale, voire des policiers étrangers, français notamment.

Le renseignement a toujours été le nerf de la « guerre » entre États, que les données soient économiques, politiques, sociales, religieuses ou personnelles.

Nous devons nous protéger de ce risque, la clause de précaution doit être une primauté dans les réflexions entamées.

Enfin, la pluri culturalité recherchée pas nos élus, à travers cette idée, liée à la globalisation, est déjà réalisée à Genève. Les personnels policiers genevois étant de véritables panels de la population genevoise, reconnue mondialement pour sa diversité culturelle.

Commentaires

Bonjour,
Tout à fait d'accord. Aussi serait-il bon que vous communiquiez vos origines ainsi que les nationalités de vos ancêtres pour les 20 dernières générations (possibilité de résurgence d'un patriotisme douteux). Par ailleurs, le risque de vous voir livrer des informations confidentielles dans le cadre d'une intimité relationnelle est considérable (l'histoire nous le prouve): pourrait-on envisager, dès lors, de demander à toute personne s'engageant dans la police de renoncer à toute activité sexuelle?
Par ailleurs, nombre de policiers se reconvertissent dans le privé à l'heure de la retraite: il est alors probable qu'ils fassent bénéficier l'entreprise qui les embauche des informations recueillies au cours de leurs activités précédentes.
BàV

Écrit par : Zorg | 16/12/2009

Dans ce cas, supprimons la double nationalité.

Écrit par : Johann | 16/12/2009

Défendez-vous, bon sang, Minet ! Rappelez-leur que, par devoir de loyauté envers la République, vous avez choisi une charmante compagne membre du MCG ! A qui je me permets de faire la bise, du reste, n'en ayant pas eu d'autre occasion récemment ! Ce qu'il ne faut pas lire comment c... parmi les commentaires quand on essaie de bloguer un peu sérieusement... Je compatis !

Écrit par : Edward Gobits | 16/12/2009

Certes, Gobits, certes. On peut désormais en parler, car il y a prescription: il y a une vingtaine d'années, je "fréquentais" quelqu'un de la police genevoise, plus particulièrement en charge des dealers et autres trafics de stupéfiants à Genève. Cette personne, bien Genevoise, nous confiais des choses très intéressantes sur la manière dont le fruit des saisies circulait dans la brigade en question. Elle même, d'ailleurs, consommait moult pétards. Mais, rassurez-vous: nous restions entre bons Suisses.

Écrit par : Zorg | 16/12/2009

C'est fou comme certains (Zorg) prennent leur pied à raconter n'importe quoi sur les blogs (et spécialement quand il s'agit de la police genevoise), bien au chaud derrière leur écran...

Écrit par : Bob | 16/12/2009

Zorg,

Comme indiqué dans mon mot, les collaborateurs-trices de la police représentent un panel important des origines, mais tous sont Suisses actuellement.

Dans le cadre de la sphère privée, le policier est aussi tenu au secret de fonction. Les époux-ses ou compagnons-gnes sont aussi conscients de cet état de fait. Vivre avec un flic c'est aussi partager ses valeurs, son serment et bien souvent son engagement dans ce corps de métier.

Enfin, au sujet de nos retraités, ils sont aussi soumis à un secret de fonction durant quelques années en quittant notre corporation.

Le débat n'est pas là, je ne vous ai pas entendu sur le fond du sujet traité, la protection des données contre des fuites à l’étranger

Écrit par : Minet | 16/12/2009

Oh oui Monsieur, nous aimerions bien que vous nous disiez un jour tout simplement ce que pour vous, ou vous autres Policiers d'ailleurs, représente une -prestation de serment ...

Écrit par : ronchons nous ? | 16/12/2009

Minet, sans être nécessairement d'accord avec vous, j'apprécie votre manière d'aborder les sujets et vos méthodes de réflexions. Toutefois, si j'ai pratiqué la dérision sur le thème abordé ici, c'est que j'y perçoit, en filigrane, une forme de méfiance à l'égard de l'"autre". On ne va pas s'engager dans un débat sur l'alterité chère à Lévinas, toutefois il est toujours bon de remettre "l'homme" au centre du débat. L'homme qui, c'est son honneur, se définit au-delà même de sa fonction.
Mon second commentaire - bien mal interprété par Bob - consistait à dire qu'aucune catégorie d'individu n'est à l'abri d'un dérappage, d'un glissement dû aux circonstances ou à une humeur particulière. Je ne pense pas qu'un ressortissant étranger représente un danger particulier: en revanche, je veux bien croire que tel ou tel individu, dès lors qu'il est fragile, puisse en représenter un. C'est aux différents tests, auxquel il est préalablement soumis, et à sa hiérarchie de parer à ce type de risque. Les pires ennemis ne sont pas nécessairement ceux de l'extérieur. La qualité de "français" ne prédispose pas particulièrement à la fuite de données. Ce qui peut prédisposer, en revanche, c'est l'appât du gain, les convictions idéologiques ou éventuellement l'orgueil (le sentiment d'être un sauveur au nom d'une quelconque morale).
Voilà. Pour le reste, il me semble que le "renseignement", comme vous dites, est en péril dans sa confidentialité depuis l'émergence de nouveaux supports technologiques.

Écrit par : Zorg | 16/12/2009

---le policier est aussi tenu au secret de fonction----- l'employé français de HSBC lui aussi avait signé une clause de confidentialité et cela ne l'a pas empêché de prendre la fuite avec des données informatiques pour les monnayer et de trahir sa fonction. L'homme est vénal ce n'est pas nouveau. La police genevoise doit vivre avec la population qui vit sur le territoire et engager des personnes des Balkans, d'Afrique, du Maghreb et d'autres représentants de sa communauté y compris les Français.

Écrit par : demain | 16/12/2009

Demain,

je prends note de votre position, mais alors expliquez moi pour quelles raisons aucun Etat de la CEE n'engage de personnel étranger dans leur police ?

Il y a bien une raison à cela.

La Suisse doit en premier lieu donner le droit de vote aux étrangers avant d'ouvrir les portes des ses polices à ceux-ci. Restons logiques dans les démarches globalilsantes.

Écrit par : Minet | 16/12/2009

"Moralement aussi le risque est moindre, du fait de nos valeurs nationales. "

...

MOUAHAHAHAAHAHAHAHAAHAHAHAHAHAHAHAHA

je vais mettre ça sur le compte de connerie momentanée de votre part et ne tiendrais pas rigueur de votre xénophobie nauséabonde!

Bonnes fêtes quand même!

euh... au fait... il faut remonter à combien de générations pour prouver notre "vraie suissitude" et l'ancrage "des valeurs nationales" (blanchiment d'argent? acceptation de fonds nazis? etc...)

Une suisse... plus très sûre des valeurs de son pays quand elle lit des niaiseries pareilles...

Écrit par : Boo | 16/12/2009

L'article de Minet est révélateur d'une inquiétante dérive ...

L'affaire du vol des donées bancaires à la HSBC et la fuite en France de l'auteur, M. Hervé Falciani est révélatrice des risques encourus dans les domaines sensibles que sont le monde bancaire, les secteurs économiques stratégiques, ainsi que les tâches régaliennes de l'Etat telles que la police, la justice, l'armée, etc.

Pour ma part, je trouve très inquiétant que certains politiciens banalisent le problème. C'est ainsi que M. René Longet, président du PS genevois, que j'avais interpellé sur son blog de la TDG ("Le blog de René Longet") avant les élections, défendait l'idée d'ouvrir l'embauche de policiers étrangers, frontaliers notamment, au sein de la police genevoise. Il comparait la situation à celle de secteurs économiques tels les grandes surfaces, les TPG, les HUG, etc. Une telle approche de la situation est totalement irresponsable.

A moins de vouloir supprimer l'Etat de droit, les tâches régaliennes de l'Etat doivent impérativement être occupées par des ressortissants nationaux. C'est la règle dans tous les pays, ou presque.

Pour en revenir au secteur bancaire, on peut être favorable ou opposé au secret bancaire, mais pour l'heure force est de constater qu'il n'a pas été abrogé. Il est inscrit dans la loi fédérale sur les banques et sa transgression relève d'un délit pénal. Or le vol des données bancaires c/o HSBC est révélateur d'une situation très préoccupante : le secteur bancaire ne se donne pas tous les moyens de ses ambitions. Si l'auteur du vol était de nationalité suisse - je ne parle pas des double nationaux - il risquerait fort d'être extradé, d'être jugé, condamné et purgerait une peine. Or l'auteur Hervé Falciani est de nationalité française, réfugié en France, il ne risque pas d'en être extradé.

Pour en rester au secteur bancaire, la FINMA elle-même, autorité suisse de surveillance des marchés financiers, occupe plusieurs ressortissants étrangers parmi son effectif de 350 personnes. Un ressortisssant britannique M. Mark Branson vient même d'être nommé à la direction de l'établissement et commencera ses activités le 1er janvier prochain en tant que responsable de la "division Banques". Voir ici :

http://www.finma.ch/f/aktuell/Pages/mm-mark-branson-20091027.aspx

Je pense qu'il est temps que nos responsables politiques se préoccupent du problème, à défaut de risquer d'autres vols de données et autant de nuisances à la place financière suisse, ainsi qu'à l'Etat de droit.

Cessons donc de faire dans l'angélisme et le bricolage !

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 16/12/2009

Ne vous faites aucun souci, quand une banque suisse engage un Français, c'est qu'elle ne peut vraiment pas faire autrement. En l'occurence, il s'agissait d'un cadre informatique, et ce n'est pas la faute de la France s'il n'en existe pas de concurrentiels en Suisse. La meilleure protection pour une profession, c'est le niveau de qualification de ses membres...

Écrit par : ORSINI Magali | 16/12/2009

Je rappelle ici, aux ignorants que la banque HSBC n'est pas une banque suisse et que le 80% de son personnel est étranger, surtout des Anglais !

Rien à voir avec la Police !

Écrit par : Jean-Pierre | 16/12/2009

Minet, ce qui me dérange dans tous tes discours moralisateurs, c'est que tu parles au nom de la "police" en général créant un flou artistique. J'aimerai bien qu'à l'avenir tu parles au nom de ta corporation, soit les gendarmes (UPCP), et n'ont au nom des trois corps. Si les gendarmes t'ont élu, ce n'est pas le cas du reste de la police. Merci d'en tenir compte à l'avenir...

Écrit par : Mike | 16/12/2009

Attention Mike, tu risques de te faire exclure du blog, M. MINET n'aimant pas les gens qui ne partagent pas ses idées. Par contre, je trouve que tu soulèves une question pertinante s'agissant des prérogatives d'un président de syndicat. Peut-il en effet parler au nom de tous les policiers alors qu'il ne représente que le corps des gendarmes.

S'agissant du fond du débat, je trouve que Minet à raison sur le fond même s'il n'est pas possible pour l'heure de trouver une solution au problème de sous effectif. Piocher dans le vivié des étrangers c'est tout simplement opter pour la solution de facilité. Il faut un débat de fond pour savoir pour quelles raisons la police souffre d'un manque d'effectif. Je n'ai rien contre les étrangers étant moi-même un immigré de deuxième génération.

Écrit par : Davide | 16/12/2009

Lorsque l'on voit le taux de chômage qui ne cesse d'augmenter en Suisse, pourquoi vouloir chercher à tout prix des policiers ailleurs ?????????????????
C'est ridicule !
Si d'autres suisses ne veulent pas forcément s'engager dans la police à Genève, c'est que la "Genève" à un vrai problème !!!!!!!!!............ (art de vivre, vie chère, logements inaccessibles, canton-ville, atmosphère pesante, politiques... (tût)....etc etc...) et c'est peut-être par là que la "Genève" devrait commencer à réfléchir et oeuvrer...........

Écrit par : coucou | 16/12/2009

La Genève multi-culturelle est un fantasme d'intellos en mal de vertige intellectuel!

C'est les mêmes milieux qui veulent donner le droit d'éligibilité aux étrangers.

Ces rêveurs ne voient pas que la Suisse en général et Genève en particulier sont des cibles de choix pour tous ceux qui veulent les piller et détruire le pays et Genève.

Il n'y a que les naïfs qui prétendent gouverner ce pays qui ne comprennent pas que nous sommes en guerre et que celle-ci est bien plus impitoyable que les autres, précisément parce qu'on ne voit pas de sang couler.

Vous qui êtes proche du MCG, vous ne pourriez pas y mettre quelqu'un de plus crédible à la tête car tout ce que dénonce le MCG est juste. Ce qui ne va pas c'est celui qui le préside!

PS: merci et respect à la police genevoise qui est enfin débarrassée d'un chef de département indigne d'elle!

Écrit par : Longeole | 16/12/2009

@ Edward Gobits,
Je suis la compagne de Minet depuis bien plus longtemps que je ne fais partie du MCG, qui est un engagement récent. Il ne m'a dont pas choisie pour cette appartenance mais bien pour d'autres raisons qui nous sont personnelles. J'ai choisi de m'engager en politique pour défendre les intérêts de notre police, des personnes âgées, de nos enfants et de ma commune. Je compte me présenter en 2011 en attendant je travail aux intérêts de celle-ci.
Je soutien de mon mieux mon homme dans sa tâche et son métier et dans quelque parti que je sois, ma loyauté ira toujours à notre police dont je partage les valeurs morales depuis toujours.
Au plaisir de te revoir.

@ Mike,

Je trouve que tu as raison, les policiers de la PJ et de la PSI, n'ont pas grand chose à voire avec la gendarmerie. Ils n'ont pas les mêmes contraintes de travail, ni les mêmes horaires, ni les mêmes risques.
Dans son coeur, dans sa tête et dans sa façon d'appréhender son métier un gendarme n'a pas la même vision des choses.
Les valeurs qu'il met dans le serment qu'il prête à l'état, sont celles qui le guident chaque jour dans son travail. Quand il faut annuler ses congés parce qu'il est repris, quand il n'est pas avec sa famille durant les fêtes, quand il va sur un lieu d'accident et qu'il ne sait pas ce qu'il va trouver, quand il rentre dans l'appartement d'une personne décédée depuis plusieurs jours, quand il voit un de ses collègues prendre une balle sous ses yeux, quand il apprend que l'un d'eux s'est suicidé parce que trop c'est trop, quand il n'arrive plus à dormir la nuit à cause des atrocités qu'il a vu, quand il perd son meilleur ami son compagnon de toujours son chien, quand tout ceci (qui n'est que le haut de l'iceberg) arrive, alors là le gendarme va encore de l'avant car les valeurs qui le guident sont de celles que peu de personnes peuvent comprendre, même dans la police.
Dans 4 mois Minet va quitter sa fonction de président et la place est libre alors postulez messieurs.

@ Zorg,

Prescription ou pas la loyauté en vers la corporation, selon moi, n'a pas d'échéance. Bien que vous puissiez avoir certaines rancoeurs, rappelez vous ce qu'un jour force et honneur ont pu signifier pour vous....

@ tous,

Les étrangers dans la police, oui à condition qu'ils se fassent naturaliser avant la fin de l'école, avant leur assermentation.
Comment penser partager des données gouvernementales et sécuritaires avec des gens qui peuvent allégrement les partager avec son pays ainsi que l'UE.

Pour les autres commentaires ou "cassage de sucre ", le débat n'était pas là mais situé bien plus haut...!

Écrit par : feline | 16/12/2009

Mike,

Mon argumentaire utilisé dans ce mot est aussi celui du SPJ, sans parler des commission rogatoires, le secret de l'instruction, etc. Si je dépose un mot ainsi en parlant de la police, et non pas de la gendarmerie, c'est que le sujet a été traité, et que les avis des trois présidents sont unanimes, dont acte. Cessez de me prendre pour un âne ou un persifleur. Lisez mes mots et cessez de critiquer l'auteur.

Pour Davide, merci de me donner enfin raison sur le fond, pour une fois. Par contre, il nous faut utiliser le vivier Romand, et à Genève nous avons trop de jeunes qui cherchent du travail. Une année préparatoire à l'école de police serait une solution pour eux. L'engagement d'étrangers se doit d'être le dernier recours possible, car d'autre possibilités existent.

Dans l'attente, le protocole d'accord signé ce jour est une très bonne chose, nous avons bien fait de négocier durant un an de plus pour arriver à un document qui ne péjore pas la police, ni la gendarmerie qui était la plus touchée dans cette réorganisation. C'est aussi elle qui travaille le plus de nuit et en reprise sur des congés.

Merci.

Écrit par : Minet | 16/12/2009

Un état doit assurer sa sécurité par ses propres moyens et non pas aller chercher ailleurs ce qu'elle dispose sur Suisse. l'état doit s'en donner les moyens, ce qu'il ne fait toujours pas à ce jour, rien ne change et rien ne changera.

J'imagine le portugais moyens dans la rue qui se fait interpeller, calmement, ou de manière musclée par un zurichois.. j'imagine la réaction dans les rues le jour même.. Il faut être sérieux si Genève, car hélas Genève république pathétique engage des étranger non suisse pour jouer le policier dans nos rues clair que je quitte cette ville, et activités avec..

Avec ou sans je vais le faire ;-)

@Minet... crois tu encore que les choses vont changer depuis tout ce temps ? rappelle toi le jour ou tu a voulu devenir gendarme et regarde aujourd'hui.. Désolé mais le combat est perdu d'avance.

quand aux renseignements le débat est trop complexe.. les banques, comme les cabinets privés sont infiltrés depuis des années ont a beau en parler personne peut croire que la Suisse soit touchée.. rendez vous compte... la SUISSE ! mais il faudra encore des années pour que les gens réalisent, puis des années pour analyser l'impact, et quelques décennies pour se demander ; que faire alors maintenant? et comment ? au final pour conclure que les entreprises comme l'état n'est pas compétent en ce domaine tout simplement..

Am

Écrit par : Luppin | 17/12/2009

Quand vous avez au sein d'une police un chef état major qui est convaincu qu'il maitrise le renseignement qu'il est à lui seul l'expert du canton ou de la ville pour ne pas dire parfois la galaxie et que ce même individu est même pas capable d'attraper un rhume comment voulez vous qu'il attrape une information... la culture de la sureté de l'information ou du patrimoine n'existe pas elle est un leurre et depuis des années. La seule faculté de ce pays est d'avoir laissé croire que tout cela existait..

Écrit par : Luppin | 17/12/2009

Je veux dire par engager des étrangers dans les forces de police : des secundo nés et éduqués en Suisse, qui ont la nationalité suisse, qui partagent nos valeurs et font allégeance à leur pays.

Écrit par : demain | 17/12/2009

L'allégeance à notre pays, on peut la constater de plusieurs manières:
- Des ancêtres qui payé la mise en place des infrastructures actuelles: Réseau d'égout, réseau d'eau, chemins de fer, routes cantonales et communales.
- Des ancêtres qui ont contribué à la mise en place des assurances sociales, depuis le début de la mise en place de ces assurances.
- Des ancêtres qui n'ont pas payé leur Droit de cité moins cher que les prestations que la société d'accueil leur a octroyées.
- Des ancêtres qui ont défendu la Suisse pendant la 2e guerre mondiale.
- Des ancêtres, et tous leurs descendants, qui ont respecté les lois, n'ont pas commis de déprédation sur le Patrimoine d'autres Citoyens.
- Des ancêtres, et tous leurs descendants, qui ont respecté les lois, n'ont pas commis d'atteinte à l'intégrité physique d'autres Citoyens.
'
Il faut noter que, même parmi les Citoyens, il y a des personnes qui violent les lois. Ces personnes ne sont pas engagées dans la Police.
'
Il faut aussi noter qu'il y a eu et qu'il y a des mouvement de pensée qui prônent allégeance envers l'étranger: Le Communisme, le Nazisme et le Fascisme en sont des exemples historiques.
Actuellement, la peste brune est en train de revenir et la peste rouge est en train de virer au vert.
'
Il va aussi de soi que de tels personnages n'ont rien à faire dans la Force Publique.

Écrit par : Pourinfo | 17/12/2009

Protection des données... J'aimerais connaitre la politique de la police en matière de protection des données et leurs diffusion à des fin personnelles ou fraternelles ;-) maçonniques et scientologue en particulier. Je sais je vais sourire et rire durant de longues années encore..

Écrit par : Luppin | 17/12/2009

Vous êtes quand même incroyables... Vous semblez oublier que l'immense majorité des jeunes étrangers qui souhaiteraient s'engager à la police sont des "permis C" nés ici, parfois de parents déjà nés ici. Leur pays c'est donc la Suisse.

Évidemment, vous allez me dire que s'ils sont nés ici, que leur pays c'est la Suisse, et bien ce ne serait qu'une formalité de se faire Suisse. Oui, peut-être bien. Mais libre à chacun de faire comme il le souhaite. Rien ne différencie ces jeunes étrangers nés ici des jeunes Suisses, si ce n'est un simple bout de papier.

Bref, c'est vraiment faire de bien grosses généralités en sous-entendant que tous les étrangers représentent un risque de fuite. S'il y a effectivement un risque d'avoir d'autres Hervé Falciani, comme d'autres l'ont dit, ce n'est pas lié à la nationalité mais à d'autres aspects. Principalement financiers. Mais faut pas croire que le cadre de vie, les relations familiales ou les valeurs nationales empêcheront les Suisses de céder à la tentation de l'argent.

Le problème en fait c'est peut-être qu'en Suisse on a énormément de mal à intégrer et accepter les étrangers. Même ceux nés ici, même ceux demandant la nationalité. Peut-être que c'est là-dessus qu'il faudrait réagir et pas sur le faible risque de vol que pourrait représenter l'autorisation des permis C à la police. A titre de comparaison, puisqu'on a évoqué le cas de l'Europe, en France, où il y a le droit du sol, quelqu'un né là bas est Français et peux accéder à de telles fonctions. En Suisse, ça reste un étranger pour lequel on lui refuse le droit de vote au niveau cantonal et l'accès à certains postes. Bref, en tous cas je n'ai jamais entendu de cas d'espionnages ou autres en France. Alors pourquoi ce serait le cas ici ?

Écrit par : David | 17/12/2009

@ Boo;

Dans la répartition de la connerie, il faudra faire une étude approfondie, dont la conclusion est déjà perceptible, la gagnante ayant un pseudo commençant par la lettre B et terminant par la lettre O.
Mais en ce qui concerne la crédibilité et le respect de ses interlocuteurs, vous conviendrez qu'il vous faut repasser dans quelques temps, histoire de vous améliorer.

Bisous Boo.

Écrit par : Bob | 17/12/2009

Du tout du tout... je n'étais pas venu dans l'idée de débattre... j'ai lu un texte et une phrase m'a interpellée... j'ai retranscris mot pour mot mon premier réflexe... Je suis venue, j'ai lu, et dit ce que j'avais à dire vu le niveau du texte dans sa globalité j'estime que c'est bien suffisant :)
Si je repasse sur le blog du personnage qui a tendance à m'irriter au plus haut point, et que par malheur une de ses phrases suscite le même genre d'émotion que ci-dessus... j'aurais probablement la même réaction :)

En tout cas merci pour vos conseils avisés! ;)

Écrit par : Boo | 17/12/2009

Je suis née ici, mes enfants aussi, je ne suis pas suisse, eux non plus. Pourquoi ? Le comm. de @David y répond.

"Le problème en fait c'est peut-être qu'en Suisse on a énormément de mal à intégrer et accepter les étrangers. Même ceux nés ici "

Sans vouloir que la Suisse applique le droit du sol comme en France, il me semble que pour quelqu'un né ici, il se sentirait intégré/accepté si lorsqu'il atteind sa majorité, un courrier lui était envoyé pour l'informer que sa naturalisation était, réellement, acceptée et facilitée. Ce qui n'est pas trop le cas encore aujourd'hui, oû après avoir "quémandé" la naturalisation, une enquête, assez fouillée, est menée ! Mais, je reconnais qu'il y a un progrès. Les jeunes étrangers qui atteignent leurs majorités sont aussi convoqués aux soirées citoyennes. Ce qui n'étaient pas le cas avant.

Écrit par : Volvina | 17/12/2009

Mike,

Juste pour écouter, surtout les dernières minutes des propos de Yan, Président du SPJ. ABE

http://www.radiocite.ch/menu-227-39-12h13h-%3A-le-12-a-13.html

Écrit par : Minet | 17/12/2009

Tiens donc:
On connait parfaitement bien la raison pour laquelle les invités de longue date assimilés ne demandent pas la naturalisation:
Quelqu'un qui a le permis C a exactement les mêmes Droits que le Citoyen, sans en avoir les Devoirs.
'
Le service militaire est la raison principale pour laquelle les garçons ne demandent pas la naturalisation.
'
Il n'y a aucune raison pour "faciliter" la naturalisation, car elle est très facile pour quelqu'un dont les parents ont fait toutes les écoles en Suisse et qui a lui-même grandi en Suisse, pour autant qu'ils ne se soient pas enfermés dans l'illusion communautariste.
'
Il n'y a aucune raison qui pourrait justifier que le demandeur soit refusé, lorsqu'il respecte les lois, est assimilé et démontre que les liens avec la Suisse sont plus importants que ceux avec le pays d'origine.
'
C'est justement ce genre d'enquête qui permet de débusquer ceux qui n'ont pas franchi le pas, par exemple ceux qui ont importé un conjoint et pratiqué l'endogamie.
Ceux-là doivent attendre que les enfants aient démontré que l'intégration n'a pas fait un bond en arrière d'une génération.
'
Il est d'ailleurs paradoxal de constater que ce sont ceux qui sont le moins assimilés qui demandent avec le plus d'insistance "les papiers".
En Suisse, "les papiers" suivent l'assimilation et ne la précèdent pas, sauf à Genève, qui est une passoire.
'
Je connais plein d'Italiens, Espagnols etc qui disent pourquoi ils ne demandent pas la naturalisation: Parce qu'ils n'en ont pas besoin, parce qu'ils ne subissent aucune discrimination par rapport aux citoyens.

Écrit par : gdf | 17/12/2009

"Je connais plein d'Italiens, Espagnols etc qui disent pourquoi ils ne demandent pas la naturalisation: Parce qu'ils n'en ont pas besoin, parce qu'ils ne subissent aucune discrimination par rapport aux citoyens"

Il est plus "facile" de dire, que c'est pour les raisons que vous mentionnez qu'ils ne la demande pas, plutôt que de vous dire qu'ils n'ont pas envie de "prouver" leur intégration, car né ici, ni envie par la suite, d'être traité en citoyen de deuxième catégorie !! Tant qu'à faire ils préfèrent être considéré et traité en "étrangers".

Écrit par : Volvina | 17/12/2009

Pour INFO :

Je suis italien d'origine et Gendarme ! De nombreux collègues viennent d'horizons divers : Slovénie, Maroc, Tunisie, Espagne, Portugal, France et j'en passe. Nous sommes tous très bien intégrés (à Genève et dans la Police), des naturalisés et fier de l'être ! Alors si d'autres veulent nous suivrent dans la police, la démarche est simple : NATURALISATION.
La Police, ce n'est pas un supermarché... Pas n'importe qui peut y entrer. Toutefois, la porte est grande ouverte...

A bon entendeur...

Écrit par : Gégé | 17/12/2009

Pas n'importe qui peut y entrer... c'est un avis heureusement et par la réalité ;-)

Écrit par : Luppin | 18/12/2009

Encore un troll ...

Écrit par : dsr | 18/12/2009

Les commentaires sont fermés.