08/12/2009

Discours de Saint-Pierre, sécurité, police, justice, avenir !

Toujours au repos, j'ai pu suivre, comme tous citoyens, la cérémonie de prestation de serment de nos sept sages sur Léman Bleu.

Attentif à l'allocution de Guy Mettan, Président du Grand Conseil, qui nous a gratifié d'une dépose de jalons pour visiblement démontrer que la séparation des trois pouvoirs sera le leitmotiv de la législature nouvelle, j'attendais le Discours de Saint-Pierre avec curiosité.

François Longchamps, Président du Conseil d'Etat, s'est honorablement soumis à cet exercice pluriel, car nourri de de multiples thèmes.

Vu ma position, je ne retiendrai que la partie intitulée Garantir la sécurité publique, à travers les engagements pris in corpore par le Conseil d'Etat ;  

"Poser des repères pour avancer, c’est aussi rappeler que la première de nos libertés s’appelle la sécurité. Les États ont originellement été constitués pour la garantir. Les premières victimes de l’insécurité sont toujours les personnes modestes ou vulnérables qui attendent de l’État un appui ou une protection. Genève doit retrouver, en la matière, quiétude et sérénité.

Nous nous engageons donc à former et à recruter des policiers supplémentaires afin de garantir que l’autorité de l’État soit mieux respectée dans chaque quartier. Ces effectifs supplémentaires devront être l’occasion de repenser l’organisation même de la police, son rôle, les valeurs qui l’animent, sa manière d’être commandée, le fonctionnement de son état-major et son sens des priorités. Le corps de police doit être valorisé dans sa mission d’autorité. Sa présence doit être visible, dans la rue mais aussi dans les postes de quartier. Nous devrons aussi garantir une meilleure coordination avec les polices municipales. La nouvelle loi qui entrera en vigueur dans quelques jours y contribuera.

Il s’agira aussi de rappeler que les criminels doivent aller en prison, et non purger des peines symboliques. Tout ne dépend pas seulement de nous : des réformes fédérales sont attendues et la justice doit, dans le cadre des prérogatives qui sont les siennes, jouer son rôle et assumer ses responsabilités. L’État de Genève doit, pour sa part, mener rapidement à son terme la construction de places de prison supplémentaires et créer un centre de détention administrative pour les délinquants sous le coup d’une décision de renvoi, qui sont indésirables dans notre cité."

Victimes - Protection - Quiétude - Sérénité - Former - Recruter - Garantir le respect de l'Autorité de l'Etat - Repenser - Organisation - Rôle - Valeurs - Fonctionnement - Etat-major - Priorité - Valorisé - Visible - Coordination - Polices municipales - Nouvelle loi - Prison - Construction - Détention administrative - Indésirables.

Des mots très forts pour démontrer que la première de nos liberté s'appelle sécurité. Des mots très forts pour restructurer la police. Des mots très forts pour responsabiliser l'Etat et probablement rassurer la justice et la population. Des mots très forts auxquels je trouve écho, ils m'interpellent, ils me surprennent, ils m'encouragent à continuer le travail d'information et de crédibilisation entrepris auprès de nos politiques , de nos médias,  de nos citoyens depuis des mois.

Ces mêmes mots me laissent avec une grande incertitude, à laquelle seule notre Présidente de Département aura une réponse adéquate. Je reste donc, avec mon comité, en attente de cet échange, de cette rencontre inévitable et souhaitable pour tous, pour les bien de l'Etat, de la sécurité, de notre corporation et de l'avenir de Genève.

Dans un autre registre de l'analyse, je remarque que le Procureur Général de la République n'a pas pris la parole cette année. La séparation des trois pouvoirs est donc affirmée, respectée. Elle devrait donc aussi ressortir logiquement des travaux de la Constituante.

Enfin, je remarque que le "hasard" des actualités se rejoint en ce grand jour. Alors que le nouveau Conseil d'Etat prête serment, qu'une direction assez ferme et décidée est édictée, Yves Patrick Delachaux et Frédéric Maillard publient un essai intitulé "Police, état de crise ? Une réforme nécessaire".

J'ai bien évidemment commandé ce recueil dont j'attends livraison. Je vais le lire avec attention. L'on devine à travers les quelques extraits parus que les mots son durs, la critique acerbe, l'analyse franche. Mais je n'arrive pas encore à y deviner une impartialité totale. Donc je vais me plonger dans cette lecture pour mieux comprendre, mieux deviner, mieux identifier, mieux agir et réagir.

Ce qui est certain, c'est que tel ouvrage va blesser s'il est mal écrit, va heurter s'il est trop bien écrit, va être rejeté s'il est ma décrit. Sans tout prendre pour argent comptant, cet essai ne devrait pas devenir la bible de la police genevoise, je pense qu'il faudra en retirer des éléments, car il est trop rare que la liberté d'expression puisse aller aussi loin dans la critique d'une institution.

De grandes lectures nous attendent donc ces prochains jours, eux, vous et moi. Alors, tournons la page !

 

 

Commentaires

Encore du blabla pour ne rien dire...

Écrit par : Davide | 08/12/2009

Davide, votre vie doit être triste, sans lecture, sans éditorial, sans média, sans information, sans échange, sans analyse, sans ouverture d'esprit .. Vous n'êtes pas policier, ça c'est certain, car sinon mes propos vous auraient interpellé un minimum. Et cessez de me lire si mes écrits ne vous apportent rien, car pour moi, vos commentaires sont, en l'état, superflus !

Écrit par : Minet | 08/12/2009

M Minet,

c'est en lisant des choses ennuyeuses que nous pouvons mieux apprécier les choses intéressantes

juste pour savoir vous êtes payer pour nous protéger ou pour faire des blogs, du foot avec la police ou faire le syndicaliste

Écrit par : said | 08/12/2009

Said toi aussi tu ne dois pas être policier, sinon les propos de Minet t'auraient interpellé un minimum. Cette personne aime s'écouter, alors laissons le s'exprimer. Ce qui est dommage c'est qu'il n'apporte rien de constructif. Il doit s'ennuyer à mourir chez lui pour passer autant de temps à rien dire...

Écrit par : Davide | 08/12/2009

Le secret de fonction ne m'autorise pas à .. tout dire ...

Said et Davide, j'échange volontier ma place contre la votre pour les 6 mois qu'il me reste à la tête de l'UPCP .. A bon entendeur ..

Juste une question, c'est moi que vous n'aimez pas ou ma profession, voire les deux ?

Écrit par : Minet | 08/12/2009

Il ne s'agit pas de critiques à ton égard mais sur les sujets que tu abordes. Je pense simplement que tout le monde connaît ta profession et que tu es le président de l'UPCP. Par contre, tu mélanges les genres et on ne sait plus à quel titre tu t'exprimes "libre-penseur" ou "président du syndicat". Dès lors, il t'incombe de bien différencier ces deux aspects lorsque tu donnes ton avis et surtout que cela soit bien compris par les lecteurs. A ce titre, en tant que libre-penseur tu peux dire ce que tu veux.

Par contre, la corporation des gendarmes t'a élu pour les représenter vis-à-vis de leur employeur et non pour que tu fasses part de tes états d'âme à tout va. Tu perds en crédibilité et tu discrédites toute une profession.

A l'avenir pense à différencier les deux et j'arrêterais peut-être mes commentaires dans tes blogs.

Écrit par : davide | 08/12/2009

Davide,

J'ai pris bonne note de votre remarque et je vous apporte deux indications et un mea-culpa ;

1 ) Walter Schlechten, libre-penseur est mon blog personnel.
2 ) Minet est le blog du Président de l'UPCP. Les textes parlent de la police, de la politique, du syndicat ou d'actualité en lien avec notre profession, parfois avec virulence et/ou franchise, d'autres avec un brin d'humour.

Dans ce dernier blog, pour moi, il y a trois texte personnels sur le blog, un erreur d'appréciation, je la reconnais, qui sont ;

- Votez Maïté Kramer, candidate no 24, sur la liste 7

- Il ne lui manquait que 85 voix .. S'engager en politique s'est bien, être élue c'est mieux !!!

- Rapport Goldstone, ou le silence de l'occident face aux vérités d'un organe indépendant !

Maité Kramer, qui est ma compagne, j'ai déposé deux textes pour défendre son engagement personnel car elle allait dans le sens des intérêts de la sécurité des genevois, de la police !

Pour le rapport Goldstone, j'ai été interpellé personnellement par ce rapport indépendant sur un fait de société très important. Ces trois textes dervaient figurer sous mon blog personnel, je le reconnais.

Tous les autres textes, même le menu presque parfait du Conseil d'Etat rédigé avec humour, auraient pu être produits dans le bulletin de l'UPCP. Certains de mes écrits ont été publiés d'ailleurs.

Voilà. Mélange des genres avec ces trois articles, oui, mais sur le fond il n'y en a pas d'autre avec mes 73 articles. Tous vont dans le sens des intétêts de la police, de mes colllaborateur, de l'amélioration du système politique, de la sécurité de genevois.

Bonne lecture.

Écrit par : Minet | 09/12/2009

Les commentaires sont fermés.