12/11/2009

Réponse d'un lecteur au courrier des lecteurs de M. MEYNET Léon.

Courrier des lecteurs | 11.11.2009 | 00:00

Fierté mal placée

Chêne-Bougeries, 1er novembre.Celles et ceux qui ont été victimes de violence policière à Genève peuvent en témoigner, nos pandores ne font pas dans la dentelle et ce n’est pas le tact qui les étouffe. Donc même si l’on ne porte pas les Kadhafi dans son cœur, reconnaissons que ça n’a pas été la meilleure méthode que de débouler à vingt casqués et bardés dans un cinq-étoiles pour enfoncer la porte de la suite du fils d’un colonel président d’un lointain désert. A 20 pour un homme et une femme qui ont maltraité un couple de domestiques! Imaginez, cette horde dans son harnachement du 3e type qui se précipite, à la Rambo, sur un agresseur présumé devant les yeux hagards de sa femme enceinte de huit mois et de son fils âgé de 3 ans. De quoi les traumatiser à vie. Et, comme ce n’est pas le courage qui les anime, ils ont dû être au moins trois pour terrasser et menotter l’indélicat personnage. Ça fait presque rire tant c’est ridicule! Après ce coup fumeux, notre conseiller d’Etat aux Institutions et ses subordonnés à la justice en ont remis une couche en arguant de la légitimité de leur action au nom de la loi et de l’égalité de traitement. Un excès de zèle qui coûte cherà des otages boucs émissaires, à notre diplomatie, à notre économie et donne de Genève une image d’inflexibilité caractérielle. Fallait-il vraiment que M. Moutinot nous lègue cette patate chaude en guise d’héritage de fin de son mandat?
Léon Meynet

Monsieur,

A la lecture de votre courrier des lecteurs, mon sang n’a fait qu’un tour. Je me pose encore la question comment la rédaction de la TDG a pu produire un texte pareil. A vous lire, la police genevoise est coutumière de violences illégitimes, les victimes étant nombreuses selon vos dires, puisque ceux et celles qui en ont été victimes peuvent en témoigner.

Cette première affirmation est scandaleuse et je vous invite à prendre langue avec la Direction de la police, ou le Commissaire à la déontologie, afin de connaître les chiffres exacte des exactions policières sur notre canton.  Comme de nombreuses personnes, vous semblez confondre usage de la contrainte et violence policière. Une intervention des forces de l’ordre peut paraître violente à travers l'usage de la force, mais celui-ci est le plus souvent légitimé par les circonstances et le comportement irascible, voire dangereux de l’interpellé.

Deuxièmement, je ne me prononcerai pas sur l’affaire Kadhafi, mais je vous invite à revoir vos sources M. Meynet, car la scène que vous nous décrivez sort tout droit d’un roman, voire de votre imagination débordante de préjugés.  Vous ne pouvez vous permettre de prétendre que les faits  se sont produits comme vous les décrivez, vous portez ainsi atteinte à l'ensemble du corps de police.

Troisièmement, en ce qui concerne le courage des policiers genevois, que vous reniez,  je vous invite simplement à découvrir notre profession au plus vite, afin que vous cessiez vos élucubrations publiques, que la rédaction de la TDG a scandaleusement imprimées.

Je ne sais même pas pourquoi cela ne m’étonne pas. Une attaque de plus contre le corps de police, qui était par le passé l’adage du journal Le Matin, est visiblement devenu le gagne pain de notre quotidien genevois 

 

               Walter  Schlechten                                                                                                                                                                   Lecteur de la presse romande.

               Président de l'UPCP

Commentaires

M.Walter Schlechten, nous sommes dans un pays dans lequel la liberté d'expression doit pouvoir être revendiquée et mise en avant dans la presse et autres supports.
Vous semblez êtres favorables aux MCG qui en la personne de son président Eric Stauffer traficotte et réinvente des statisqtiques et des chiffres à sa guise, alors ne soyez pas si arbitraire avec l'écrivain qui remet en cause les actions de la police, car c'est son droit en qualité de citoyen de partager son point de vu.
Si le Monsieur qui est à l'origine du texte paru dans le courrier des lecteurs tdg lit ce commentaire, nous lui conseillons d'évitez de contacter M.Brandt du service de la Police car lui aussi gène pas pour raconter des choses qui sont loins d'être la réalité.
Coordialement...;O)

Écrit par : M.U.R | 12/11/2009

Les commentaires sont fermés.