11/11/2009

Élection du Conseil d'Etat .... Triste campagne des candidats. Et si, de ce fait, nous avions droit à un deuxième tour ?

Les jeux ne sont pas faits, rien ne va plus !

Au repos forcé, je regarde la campagne électorale de loin, et bien malin celui qui osera un pronostique sur les résultats de dimanche prochain. Même les citoyens ou journalistes gouailleurs ne se frottent pas à cet exercice. La campagne est si moribonde que Pascal Descaillet en vient même à pousser ses invités dans leurs derniers retranchements. Il est vrai que la consensualité est de rigueur entres les candidats. Peu d'attaques, pas de grande promesse, pas de doctrine de vote mutualiste, pas d'alliance sur notre gauche dans les débats et une entente fragile sur notre droite, ajoutons quelques trublions mais aucune certitude.

Si nous pouvons supposer que MM Hiler et Unger vont passer la rampe, haut la main je le pense, rien n'est moins sûr pour les autres candidats sortants.

La liste de l'Entente devrait passer, mais la candidature d'Isabel Rochat n'est pas le maillon fort de celle-ci. Elle pourrait se retrouver biffée plus d'une fois. Un Mark Muller, un brin prétentieux et un François Longchamp un chouia précieux, pourraient eux aussi se voir bottés en touche par quelque déçus d'une droite qui perd ses identités historiques et son caractère.

La liste de la gauche genevoise bénéficiera du bon résultat des Verts et de l'image de David Hiler. Là aussi, Michèle Künzler se devrait de prendre la place de Robert Cramer, siège vacant depuis de nombreux mois du fait de ses nombreux mandats, mais l'image un soupçon désuète de cette candidate devrait faire qu'elle se verra biffée à plusieurs reprise. Elle bénéficiera énormément de l'effet aspirateur produit pas David Hiler.

Pour Charles Beer, sa seule chance est que personne ne veut son département, rongé par les réformes et sans cesse en transition. Son image de seul étendard, d'un parti socialiste en difficulté, devrait aussi lui servir, car sa colistière n'a pas été la mieux élue dans les viennent ensuite au Grand Conseil. Véronique Pürro devrait jouer les troubles faits depuis qu'elle revendique clairement le département Solidarité et Emploi, qui est à sa mesure pour autant qu'elle s'engage à trouver des solutions pour faire baisser le taux de chômage à Genève, ce qui n'est pas le cas actuellement dans sa campagne. François Longchamp ne risque donc pas de jouer son élection sur ce programme et Mme Pürro pourrait se retrouver avec le département des Institutions sur les bras.

Reste le MCG avec ses deux candidats et Yves Nidegger pour l'UDC. Si je vois mal une réelle surprise du candidat isolé de l'UDC, la surprise tant attendue, ou crainte par certain, pourrait venir du vociférant Eric Stauffer et/ou dû charismatique Mauro Poggia. Ils pourraient bénéficier de l'inertie des autres candidats et du manque d'ambition de certains.

Bien de mes amis, de gauche ou de droite, n'ont pas voté pour sept noms, mais pour trois ou quatre candidats/es.

Entre les déçus de la législature écoulée, les animosités partisanes, le manque d'engagement des candidats/tes, et la consensualité des partis, j'imagine assez bien que nous nous retrouvions avec seulement six élus/es dimanche soir, nécessitant un deuxième tour pour désigner le septième sage.

Mais si cela devait arriver, nous pourrions interpréter ce fait comme un déni d'intérêt de de confiance auprès du monde politique genevois.

urne1.jpg

La Constituante devrait alors aussi réfléchir à un mode nouveau d'élection au travers d'une réorganisation historique des trois pouvoirs.

 

 

 

Commentaires

Bonsoir "Minet" , désolé de jouer aux "troubles faits" (sic),


1° Le taux de participation doit nécessairement être interprété.
Deux phénomènes peuvent se conjuger :

a) Des abstentionnistes habituels peuvent être mobilisés par la possibilité d'un changement par rapport à "la pensée unique" de la Nomenklatura au pouvoir.

b) L'électorat de la Gauche non socialiste n'est pas motivé pour soutenir un PS qui, selon Pierre VANEK, dans "ce gouvernement à majorité «de gauche», le premier depuis Léon Nicole dans les années trente, a mené une politique sociale franchement régressive.
Il porte ainsi une responsabilité évidente dans le désarroi de la population, ainsi que le succès du MCG et de son populisme de droite."



2° J'ai voté MCG sans éprouver la crainte de l'épouvantable épouvantail en éventail :
- xénophobie ;
- racisme ;
- nationalisme ;
- populisme ;
- simplisme ;
- égoïsme,
- et autres procédés de stigmatisation,…


3° Je ne suis pas d'accord avec le classement du MCG à droite,
puisque les députés MCG 2005-2009 ont voté légèrement plus souvent avec la gauche qu'avec la droite.


4° Le MCG défend les plus faibles, ceux qui n'ont aucun appui de la part de la gauche-caviar (ne me dites pas qu'elle n'existe pas) ni de la gauche anti-capitaliste dont le programme ne précise pas ses moyens d’une mise en oeuvre démocratique.


5° Le MCG défend aussi, il est vrai, des petits patrons et peut-être aussi des petits proprios :
cela ne permet pas de le réduire à une résurgence du "poujadisme".

L'UDC défend au contraire les mêmes milieux que l'Entente, à l'exception de l'internationale capitaliste.


6° La seule réserve à faire porte sur les effets médiatiques d'une grande gueule comme Eric STAUFFER, et sur le parcours de ce "leader".
J'avais les mêmes réserves avant l'élection de MITTERAND en 1981.
Ce sont les médias qui favorisent la politique-spectacle.


7° Le seul moyen de sortir le PS du Château où il s'abrite, en oubliant celles et ceux qui sont pas protégés, c'est de le sortir du Conseil d'Etat.

Et le seul moyen de sortir le PS du Conseil d'Etat, c'est d'élire les candidats MCG.


8° D'autre part, le seul moyen de se débarrasser de l’hypothèque d'un prétendu "populisme de droite", c'est de le mettre à l'épreuve du Pouvoir !

En votant MCG, on ne joue pas avec le feu.
Il n'est pas réaliste de se faire du cinéma en agitant les fantômes du fascisme voire du nazisme.

C'est même honteux d'oser se comparer à celles et ceux qui ont eu à résister à la montée en puissance de ces forces dans l'entre-deux-guerres.


9° En conclusion, les abstentionnistes auront tort, car il n'auront rien fait pour empêcher la continuation du blocage actuel.

Votez et faites voter MCG : C'est le seul vote utile !


10° Il est plus probable que seuls 5 candidats obtiennent les 33% de suffrages nécessaires pour être élus dès le 1er tour.

Ce serait déjà un beau succès.
Resteront à observer désistements et appels à l'unité...


CQFD

genevoisrien
je n'en sais pas plus

J'ai voté PS du temps de Willy DONZÉ et André CHAVANNE, et jusqu'à Christian GROBET.
(et même Bernard ZIEGLER qui avait su nous faire oublier SCHMIDT-la-Matraque)

Après, arrivèrent les opportunistes carriéristes et arrivistes.

Écrit par : genevois rien | 11/11/2009

Finalement....c'est un beau désastre que tout ça !!!!!!...........................
Pauvre République ! Comment voir l'avenir dans de telles circonstances ???????? et comment avoir encore confiance ????????.................
Mais que fait le PEUPLE !!!!!!!....................... :o(((

Écrit par : coucou | 11/11/2009

La suffisance affichée par les représentants de l'Entente, Unger, Longchamp et Muller plus particulièrement, est un affront aux inquiétudes manifestées par voie électorale par le peuple genevois. Aucun de ces trois messieurs ne mériteraient d'être reconduits.

1. La crise du logement perdure parce que les priorités sont toujours inversées. La droite libérale favorise la construction de locaux commerciaux au détriment du logement, poussant à l'exode ou à l'exil en terres voisines des familles entières.

2. Les coûts de la santé ne sont toujours pas maîtrisés et la folie des grandeurs des HUG se fait toujours sentir, alors que les HUG et le CHUV peuvent réaliser des projets en commun.

3. Quant au point crucial, le chômage, Longchamp n'a fait que 'customizer' la loi cantonale sur le chômage (J 2 20) en répondant aux exigences du seco concernant les emplois temporaires, sous peine de subir le non remboursement par Berne des prestations versées à certains chômeurs qui auraient bénéficié d'un deuxième délai cadre d'indemnisation grâce aux emplois temporaires. Quant à dire que le taux de croissance du chômage est plus bas à Genève qu'en Suisse, ce n'est que l'expression de la mauvaise foi du député radical. Le niveau de référence de base est tellement élevé par rapport aux autres cantons que l'évolution du chômage exprimée en % est forcément plus faible. Mais en termes d'unités, l'évolution des chômeurs dans le canton est parmi les plus fortes de Suisse: près de 3'200 chômeurs de plus en un an!
.
La gestion des EMS à Genève n'est pas résolue, ce qui est d'autant plus vrai quand on voit l'évolution non contrôlée de la FSASD, qui regroupe aujourd'hui plus de 1'700 collaborateurs pour une somme tout simplement faramineuse.

Écrit par : Clean | 12/11/2009

La suffisance affichée par les représentants de l'Entente, Unger, Longchamp et Muller plus particulièrement, est un affront aux inquiétudes manifestées par voie électorale par le peuple genevois. Aucun de ces trois messieurs ne mériterait d'être reconduit.

1. La crise du logement perdure parce que les priorités sont toujours inversées. La droite libérale favorise la construction de locaux commerciaux au détriment du logement, poussant à l'exode ou à l'exil en terres voisines des familles entières.

2. Les coûts de la santé ne sont toujours pas maîtrisés et la folie des grandeurs des HUG se fait toujours sentir, alors que les HUG et le CHUV peuvent réaliser des projets en commun.

3. Quant au point crucial, le chômage, Longchamp n'a fait que 'customizer' la loi cantonale sur le chômage (J 2 20) en répondant aux exigences du seco concernant les emplois temporaires, sous peine de subir le non remboursement par Berne des prestations versées à certains chômeurs qui auraient bénéficié d'un deuxième délai cadre d'indemnisation grâce aux emplois temporaires. Quant à dire que le taux de croissance du chômage est plus bas à Genève qu'en Suisse, ce n'est que l'expression de la mauvaise foi du député radical. Le niveau de référence de base est tellement élevé par rapport aux autres cantons que l'évolution du chômage exprimée en % est forcément plus faible. Mais en termes d'unités, l'évolution des chômeurs dans le canton est parmi les plus fortes de Suisse: près de 3'200 chômeurs de plus en un an!
.
La gestion des EMS à Genève n'est pas résolue, ce qui est d'autant plus vrai quand on voit l'évolution non contrôlée de la FSASD, qui regroupe aujourd'hui plus de 1'700 collaborateurs pour une somme tout simplement faramineuse.

Écrit par : Clean | 12/11/2009

Pour une Genève forte et parce que les partis politiques ne respectent pas les électeurs, le Citoyen Electeur Souverain se souvient que le conseil d'Etat se compose de 7 élus. Aucun parti n'est assez fort, ou courageux, pour en proposer plus de quatre. Chacun travaille pour soi, pour son petit pré carré, son strapontin clérical, communal, voire cantonal ou fédéral. Alors, nous ferons savoir aux guignols de l'info, aux grimpions de la Tour Baudet que tu en as assez et que tu montes à la vieille ville des basses rues, de la place Saint Gervais, de la place du Molard, avec l’arme du jour : ton bulletin de vote. Si les partis n'ont plus la capacité de désigner 7 personnalités fortes pour gérer le Canton, sûr que toi, Prince, tu y arriveras. Moi, je voulais voter Cramer, son parti lui a interdit plus de trois mandats. Je voulais de plus voter Tornare, son parti lui a préféré une inconnue. Il y en avait d’autres à gauche et à droite, mais leurs partis n’en ont pas voulus. Alors je compose avec ceux qui ont le courage et la générosité de se proposer et j'en trouve tout de même 7 qui par leur complémentarité et leur expérience me donnent satisfaction et espoir en l'avenir, l'un d'eux étant nécessairement le tisonnier fou du roi (trouvez-le): Monsieur Hilaire Monsieur Longchamp Monsieur Muller Monsieur Nydegger Monsieur Poggia Madame Rochat Monsieur Unger.

Écrit par : Catherine | 12/11/2009

Je vois Catherine que vous aimez la peinture... Le conseiller d'Etat actuel se nomme Hiler et non Hilaire, peintre au demeurant fort apprécié. Mais de grâce, notez bien Hiler sur votre bulletin de vote! Pour les autres, Long Chant, Muhle Air, Un Jaire, suivez votre instinct...

Écrit par : Clean | 13/11/2009

Les commentaires sont fermés.