13/10/2009

Le blog de M. Pierre Weiss étant très modéré, ouvrons le dialogue !

C'est étonnant, mais je vais en arriver à reprocher à M. Pierre WEISS, le "petit-blanc sec" de Soral, d'être trop modéré.

portrait weiss.jpg

Trois commentaires déposés, soit sur son blog, soit sur son adresse pierre.weiss@gc.ge.ch et suite à sa modération, aucune publication.

Voiçi donc mon écrit, sans prétention, mais qui n'a pas reçu l'aval d'un homme qui parle de rigueur et d'humanité :

http://pierreweiss.blog.tdg.ch/

 

Monsieur,

Je me réjouis de savoir que vous allez continuer de mener une politique de rigueur. A travers la période de crise que nous traversons, nul doute que vous saurez ne pas encourager l’augmentation de la dette de la dette, en n’affranchissant pas des projets onéreux pour les finances de notre canton. Je vous parle là du CEVA, de la traversée de la rade, de lignes de tramway supplémentaires, du projet du PAV.

Comme vous ne faite pas de la politique pour être aimé, cette précision sera garante que les prises de positions partisanes n’auront pas place dans la justesse de votre ligne de conduite, encouragée par la force d’une conviction que nous connaissons tous aujourd’hui et qui vous colle à la peau, à savoir ne pas négliger les coûts et l’efficience.

Ces dérapages n’auront donc pas lieu et la dette de notre canton pourra partiellement être remboursée grâce à vous et la rigueur de votre jugement.  

Sinon, j’espère enfin voir ce soupçon d’humanité à travers vos décisions dans cette société qui change, et dans laquelle les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres. Cette même rigueur devrait donc permettre de rétablir un équilibre, par solidarité, en renforçant une classe moyenne genevoise sur le déclin.

Par contre, cette note d’encouragement est malheureusement assombrie par les propos suivants que vous tenez :

« Quant aux compromis nécessaires, parfois, pour faire une majorité, ils ne pourront se faire que sur la base de positions de départ claires et après discussions sans compromissions. Comme dans n'importe quelle négociation entre partenaires sociaux. Car on ne peut plus négocier ce que l'on a déjà abandonné comme position de départ. » 

Gageons, avec une position aussi fermée, qu'il pourrait y avoir du sport, dès le départ comme vous l'annoncez, car certains n’abandonneront jamais face à une rigueur excessive, dictée par l'idée d'un seul homme, et en aucun cas de l'électorat qui l'a confrimé dans sa fonction !    

 post.jpg

Walter SCHLECHTEN

Lecteur de la TDG

Président de l'UPCP

Meilleurs messages

Commentaires

Vos commentaires ont été publiés ce jour. Le délai mis à le faire s'explique par le fait que certains dans cette République donnent la priorité à leur travail, alors que d'autres ont apparemment plus de loisir.

Écrit par : Pierre Weiss | 14/10/2009

il parle à la troisième personne du pluriel? Ben dis donc...

Écrit par : MDR | 14/10/2009

Bravo pour cette ouverture d'esprit M. WEISS.

Par contre si vous étiez un peu attentif, vous auriez constaté que je suis sur le net la nuit, et que je travaille la journée, soit à la police, soit en nos locaux de l'UPCP, pour trouver des solutions aux problèmes soulevés ou relevés par votre serviteur dans le PL 10541 qui nous occupe.

Enfin, depuis quelques semaines, je souffre d'insomnies, du fait de quelques rapports pompeux et politiquement dirigés, ainsi que du travail bâclé d'un Conseiller d'Etat sur le départ. Au fait, les problèmes de sécurité publique ne se sont pas améliorés.

Je vous propose que nous allions manger un jour, afin de mettre toutes nos cartes sur table, en toute franchise et sans ces regards en chien de faïence.

Vous savez où me trouver pour répondre à mon invitation.

WS

Écrit par : Minet | 14/10/2009

Monsieur,

Je vous lis depuis un certain temps, et je comprends très bien que vous ne supportiez plus l'acharnement que beaucoup de personnes ont contre la police.
Permettez moi quelques lignes pour dénoncer une négligence grave d'un de vos collègues, inspecteur à la PJ déplacé depuis un certain temps, il m'a reçu au début 2006 dans les locaux vétustes de la Jonction, suite à une plainte que j'avais déposée contre mon ex-associée et son fils.
Alors que je lui montrai un document corrigé à la main par une fiduciaire connue devant la Justice (le chiffre d'affaire avait été diminuée de frs 470'000.-) me dit: qu'est ce que c'est frs 470'000.- on en a marre du football et de Me X, vous aurez plus de chance au civil !
Depuis le mois de mars 2009, grâce au travail de la Chambre d'accusation, Madame et son fils sont inculpés pour faux témoignages.
Si cet inspecteur avait fait son travail, et au minimum, convoquer pour entendre les deux personnes accusées avec preuves à l'appui dans ma plainte, ce dossier serait depuis longtemps terminé et j'aurai ainsi pu éviter de devoir me battre pendant plus de 49 mois, pour être enfin reconnu comme associé et copropriétaire.
Je voulais profiter de remercier l'ombudsman qui pendant des mois m'a soutenu et donné confiance par ses paroles et par le temps qu'il a sacrifié pour m'encourager à ne pas faire de conneries. Un homme juste et intègre, oui cela existe.

Cet inspecteur a toujours son travail, malgré qu'il m'a pourri plus de 4 ans de ma vie, et moi, je dois continuer de lutter pour que justice me soit rendue, à ce jour j'ai tout perdu.

Même les journalistes locaux n'ont pas souhaité parler de cette affaire crasse et machiavélique, cela doit cacher quelque chose qui ne sent pas très bon.

" Dieu a fait la raison pour apercevoir la vérité comme il a fait l'oeil pour voir et l'oreille pour entendre".

Bien sûr que j'ai toutes les preuves de ce que j'écris.

Mes meilleures salutations.

Écrit par : Respect | 13/11/2009

Les commentaires sont fermés.