12/10/2009

Une surprise qui doit vite faire réfléchir les autres élèves de la classe .. !

Les jeux sont faits, et pour 4 ans nous allons voir fonctionner un parlement qui dispose d'un nouveau visage, qui devra donc apprendre à faire la grimace autrement, en cessant d'exclure un élève de la classe des débats, des alliances, des projets. Tous les élèves vont devoir aussi changer, du premier de classe au dernier.

post.jpg

- Les Socialistes, grands perdants, vont devoir laisser tomber le caviar et les bulles pour reprendre en mains les sujets historiques de gauche, le social, le syndicalisme, les travailleurs, la famille, les prestations sociales.

- Les Verts vont devoir apprendre très vite à travailler avec le centre (PDC et Radicaux, voire MCG), afin de donner corps à leur nouvelle majorité. Une vision moderne de l'écologie et du mieux vivre ensemble serait souhaitable.

- Le PDC doit tirer les conséquences de son manque d'ambition et dessiner l'avenir autrement pour ce parti, être plus moderne, plus agressif tout en gardant ses idées fondamentales.

- Les Radicaux ne peuvent plus se contenter d'être les "petits frères de", ni d'attendre une fusion avec son grand frère. Soit il reste un parti genevois du centre droit en affirmant son identité, soit il va disparaître.

- Les Libéraux gardent un certain pouvoir mais avec une majorité incertaine. A trop regarder les autres comme des gueux, il fallait bien qu'une partie des genevois se retourne contre les "riches" du royaume. Une leçon d'humilité pour l'avenir.

- L'UDC ne doit plus vivre sur le dos de l'organe national, ni sur des affiches et des idées cantonales simplistes, mais bien à travers les valeurs du parti et en défendant les intérêts des genevois, des suisses, de la Suisse, sans avoir honte de ses idées, tout en s'ouvrant vers l'autre.

- Le MCG enfin ne pourra plus se plaindre d'être le mauvais élève de l'hémicycle, que personne n'écoutait et qui faisait trop de bruit pour se faire entendre. Il a été banni durant 4 ans par ses pairs, tel le petit gros de la classe, mais là il vient d'obtenir un certain respect. Au MCG de  prouver qu'il mérite celui-ci, en étant constructif, au centre de la politique genevoise, ni de gauche, ni de droite comme disait son premier slogan, tout en cessant de fustiger les Frontaliers. Un changement de chef de classe ne serait pas de trop pour l'avenir de ce jeune parti.

Et pour le reste, rdv dans un mois pour savoir si le Couseil d'Etat penchera au centre droit, avec un MCG de plus en plus gourmand !

urne.jpg

 

 

Commentaires

Voilà une analyse bien caricaturale. Si le MCG s'est retrouvé pendant 4 ans, à la marge de la classe, il doit en premier s'en prendre à lui-même. Vous pouvez donner 30 sièges à un parti, ce n'est pas la force qui impose le respect, contrairement à ce qu'un policier semble logiquement croire.

Le jour où le MCG montrera qu'il veut travailler avec les autres, ce travail se fera. Hélas, même pas 24 heures après son triomphe, déjà, le vitupérant leader nasillard contestait déjà le nombre de commissaires.

Aucun respect n'est né de ces élections. Il se fera, ou pas, selon la volonté du MCG.

Écrit par : libre-penseur | 13/10/2009

Le MCG n'est pas écouté au parlement parce qu'il est inaudible en raison de son opportunisme ravageur:

"Hé les gars:
on baisse les impôts? OUI
on augmente les allocations en même temps? AUSSI
on veut protéger l'environnement? OUI
on s'oppose en même temps à la loi sur l'énergie? AUSSI
on veut supprimer la fumée? OUI
on autorise en même temps les chaufferettes sur la terrasse, histoire de bien polluer les voisins du dessus avec la fumée et la déperdition de chaleur? AUSSI"

Et ainsi de suite...Tout et son contraire. Le degré zéro de la cohérence.

Mais le plus navrant, ce sont ces policiers élus MCG, dont le métier est en principe de garantir l'exécution des lois. Comment peuvent-ils s'accomoder du comportement du leader, avec ses trois faillites, sa détention préventive, son retrait de permis (dont on dit qu'il le viole), la fausse montre Panerai, le poing sur la gueule du spectateur du Grand Conseil, les invectives à la Présidente du Grand Conseil, le port d'arme au même Conseil, la poursuite par la pègre marseillaise, le passé de barbouze?

Si j'étais policier, j'y réfléchirais à deux fois avant de voter pour ce bonhomme. Déjà les gens disent, à tort peut-être, que le MCG est le parti des policiers. Il y va de la crédibilité de la police.

D'ailleurs vous-même, Monsieur Schlechten, conseillez au MCG de changer de chef. Vous devriez en parler à vos collègues élus de ce parti.

Écrit par : D. Arbus | 15/10/2009

Les commentaires sont fermés.