08/10/2009

PL 10541, le premier virage se présente à nous, en étant plus unis que jamais !

Ce matin, nous avons été reçus au DI pour procéder à la troisième et dernière relecture du PL 10541 et de ses règlements.

 

En premier lieu, il nous a été précisé que M. MOUTINOT avait enfin été concerté suite à nos multiples remarques et qu'il avait décidé, à travers des amendements, de demander auprès de la députation quelques modifications.

 

Certaines sont simplement des erreurs d'écriture, pudiquement nommées ainsi par le DI, ou des incohérences évidentes que nous avions relevées (syndicats et hiérarchie) et qui se devaient d'être modifiées. Malheureusement, pour les points importants aucune entrée en matière ou modification de grande portée n'ont été acceptées.

 

Ceci nous permet de savoir où nous en sommes avec le DI, voire le Conseil d'Etat, et d'aborder notre audition du 15 octobre auprès de la Commission judiciaire et de la police en toute franchise, avec nos arguments de poids.

 

Le fait le plus important de ce matin est que le président du DI refuse de retirer l'article 28 de ce projet de loi, portant l'intitulé "Age de la retraite et limite d'âge", pour logiquement le reporter à une discussion ultérieure, en concertation avec les syndicats, la Caisse de Pension, le DF et la hiérarchie. Le Conseil d'Etat avait bien annoncé que ce thème était non négociable, nous en prenons acte aujourd'hui et nous prendrons les décisions adéquates à ce refus.

 

Il a alors été exigé, par la hiérarchie et les syndicats, que l'alinéa 2 de l'article 28 soit supprimé. Il fait mention à la limite d'âge maximum pour les fonctionnaires de police, ce qui est n'est pas acceptable dans l'optique d'une négociation future sur le pont retraite (rdv le 26 octobre au DF) et la fusion des deux corps uniformés. C'est également un refus qui nous a été opposé, tout en nous précisant que cela pourrait être discuté après l'acceptation de la présente loi .. Mais oui !

 

Nous avons alors hésité à quitter la table de cette séance, mais par respect pour la hiérarchie présente et envers les deux délégués du DI nous sommes restés.  

 

Nous avons ainsi pu apprendre que la majoration des HS en liberté/samedi ou en repos/dimanche allait être de 50 %, et non plus de 25 % comme le voulait le DI. Nous avons pris acte de cette nouvelle, mais avons rappelé au Secrétaire général adjoint que suite à l'irrespect du travail en congé qui avait été accordé aux policiers dans la proposition initiale, nous exigions, par équité de traitement avec tous les fonctionnaires de l'Etat, de bénéficier du MIOPE en ces circonstances. A noter encore, que nos jours de vacances seront également inscrits dans la loi, enfin.

 

Sinon, aucun accord n'a été trouvé sur le forfait pour débours, l'indemnité pour risques inhérents à la fonction, l'indemnité pour responsabilité spéciale. Nous avons réitéré notre refus de voir, dans le nouveau système, un solde d'heures supplémentaires disparaître en fin d'année en cas de non reprise et/ou de non paiement. C'est juste inadmissible, cela annulerait  d'office la compensation horaire accordée au long de l'année lors de HS. En ce qui concerne le solde actuel de nos HS, il demeure acquis, comme une dette de l'Etat envers ses policiers, mais personne ne sait comment vont être rendues ses heures (paiement, compte séparé pour reprise en HR, reprise en fin de carrière juste avant de partir à la retraite qui est une idée du DI).

 

Relevons enfin que Madame la Cheffe de la Police était également présente ce matin. Tout comme le Chef de la Police adjoint la semaine dernière, qui s'était opposé à une fusion des corps uniformés, la Cheffe a tenu un discours lucide sur les incohérences de ce projet de loi, sur les délais impartis et sur la délégation des tâches qui lui ont été énoncées par le DI. On ne fait pas en trois mois un projet de loi et le dessin d'une réorganisation de la police, qui devaient prendre 2 ans, avec un NCPP qui arrive à grands pas.

 

Nous avons salué la prise de position très ferme et déterminée de Mme la Cheffe de la Police.

 

Nous nous retrouvons donc, à la fin de cette relecture, avec très peu de modifications, aucune certitude et énormément d'interrogations sur l'organisationnel, l'opérationnel, l'avenir de notre profession. De trop nombreuses questions restent sans réponse, nous espérons qu'elles seront posées aux Conseil d'Etat, aux représentants du DI et à son Président par le Parlement.  

 

Les auditions auprès de la Commission judiciaire et de la police s'annoncent percutantes et tumultueuses. En espérant que nos députés sauront entendre nos arguments, ceux des Chefs de service et de la hiérarchie, il en va de l'avenir de la police genevoise.  

 

Car ce qu'il faut retenir de ces cinq derniers mois, c'est qu'un front uni se présente face au Conseil d'Etat, au PL 10541 et ses règlements. Il est composé des syndicats de police, de la hiérachie et de la Direction de la police, soit tous les professionnels du métier. Doit-on alors encore se demander qui a raison ?

 

                                     Camaraderie - Mutualité - Force - Honneur

 

Pour le Comité de l'UPCP - Walter SCHLECHTEN - Président de l'UPCP

 

post.jpg

Commentaires

Enfin une prise de position de Mme la Cheffe?????

Cela ne suffira pas pour compenser des mois et des mois de mutisme total!!!!

Écrit par : merlin | 10/10/2009

Les commentaires sont fermés.