28/09/2009

Élections cantonales TSR2 ou le débat des guignols de la République.

L'émission spéciale sur les élections cantonales genevoises vient de se terminer sur la TSR2, et moi j'ai honte de devoir voter pour ces candidats à la députation. Incapables d'ouvrir un débat, de venir avec des idées nouvelles, ces postulants/es n'ont fait que ressasser les idées désuètes de leur parti et les "grands projets" qui traînent depuis 20 ans à Genève.

L'échec de cette législature est le résultat du manque de collégialité au Grand Conseil et au Conseil d'Etat, entre les partis, juste pour ne pas laisser à l'autre le droit d'avoir eu une bonne idée, le bon projet, la solution, à trop vouloir défendre des positions qui ne font plus avancer Genève.

Le Parti Radical, qui a été incapable de s'imposer au Parlement vient ce soir donner une leçon sur l'avenir, ridicule Gabriel BARRILLIER.

Le Parti Libéral, à trop vouloir défendre Mark MULLER, en oublie sa ligne de conduite pour annoncer une doctrine nouvelle sur la sécurité.

Le Parti de l'UDC, avec sa section genevoise qui n'avance plus et Yves NYDEGGER qui ose ce soir fustiger les syndicats de police.

Le Parti du MCG, avec un Éric STAUFFER aussi rustre qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine.

Le Parti des Verts, avec de jeunes députées FLAMAND et CAPTYN aux idées passéistes figées dans les belles illusions.

Le Parti Socialiste, avec une Véronique PURRO aux idées Moutiniènes, qui ne sont qu'un constat d'échec, le DI n'est pas un service social.

Le Parti PDC, entre la poire et le fromage depuis 4 ans, qui sort du bois alors que l'on dessert la table, dommage pour Guy METTAN.

Le Parti SolidaritéS, avec une Jocelyne HALLER qui part à la pêche en reprenant des idées de droite.

Honte à vous Mesdames et Messieurs, la population genevoise n'avait plus confiance en ses politiques, ce soir elle peut avoir peur pour son avenir.

Par contre, un très grand bravo à Mme Judith MAYENCOURT, qui a su tenir les débats, ce qui est rare à la TSR.

Je propose de refaire ce même débat, mais avec comme invités des professionnels de la construction, du monde agricole, de la police, de la justice, des ingénieurs en génie civil, des architectes, des APM, des TPG, des CFF, de l'office de la mobilité, de la migration, de la prison, mais pas des chefs de service sclérosés par les politiques, non, des hommes et des femmes qui veulent simplement trouver des solutions pour que Genève avance, sans faire passer des intérêts partisans avant ceux de notre canton.

On a pas fini de rire le dimanche soir sur Léman Bleu ...

 

 

 

 

Commentaires

Cher Minet,

Assez d'accord : nos partis tendent à se ressembler tous de plus en plus.

Dans le débat, on pourrait inviter quelques enseignants, aussi.

Écrit par : yves scheller | 28/09/2009

Cher Minet, on a les hommes politiques que l'on mérite. Dans notre désert, qu'attendre? On doit laisser la chose à ceux qui le méritent - et ils méritent peu.

Écrit par : caton | 28/09/2009

Je ne vois pas pourquoi vous fustigez Stauffer.

Il a pris la défense des droits des policiers, pour leurs avantages sociaux, qui doivent continuer à être contraires au droit fédéral qui s'applique à 7'000'000 d'habitants de ce pays. Les privilèges des policiers, à en croire Stauffer, doivent persister, alors qu'il sont déjà mieux payés que des médecins.

Qu'il se soit montré un peu rustre correspond à s clientèle, qui n'est visiblement composé que de policiers. Cette histoire de frontaliers qu'il sort à tout bout de champ, c'est pour arriver à obtenir pour les policiers l'autorisation de résider en Frnce.

Écrit par : Paul Caveng | 29/09/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Walter,

la section genevoise travaille ses dossiers dans le silence. Loin des lumières car la politique n'est pas spectacle. Elle doit répondre aux réalités de nos concitoyens. Vos raccourcis sur notre section démontrent votre manque d'information.

Je le regrette et quelque part vos considérations me dérangent car avec mes collègues, nous consacrons des heures de travail sur les problématiques genevoises.

Nous travaillons, nous avançons, mais évidemment nous le faisons en silence. Servir ses concitioyens n'est pas toujours une opération marketing.

Bien à vous Walter,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 29/09/2009

Comment se fait-il que M. Stauffer n'ait pas déposé sa candidature au Musée d'Art et d'Histoire de Genève ?

En effet le nouveau Directeur Général de notre Musée, nous arrive tout droit de la ville de Caen en France...serait-ce un frontalier de plus ?

Ce Monsieur va encore nous sortir qu'étant donné que le Directeur est Français, il ne va engager que des Français ! Mais pourquoi les pro-MCG ne se sont-ils pas proposé pour ce poste ?

Écrit par : Café | 29/09/2009

Personnellement, j’ai craqué plusieurs fois en zappant sur « les 20 ans du zapping » sur Canal +.
Ce qui est certain, c’est qu’il n’y en avait, en effet, pas un pour rattraper l’autre. Du coup, si je sais quels « amis, connaissances et relations » je vais ajouter sur ma liste, mon problème c’est de savoir laquelle prendre. Car si avant le débat je pensais « tout plutôt que le MCG » aujourd’hui, si je suis plus que jamais convaincu que Stauffer et sa bande représentent le stade ultime, le degré zéro de ce que peut être un parti politique, j’ai bien peur qu’à son contact, un véritable nivellement par le bas, se soit effectué.
Un dernier mot sur l’attitude prétentieuse et arrogante d’Yves Nydegger qui semble convaincu d’être au dessus de la mêlée. Comment un tel personnage peut-il en aspirer à siéger dans un collège exécutif ? Un tel manque de modestie et d’ouverture par rapport aux autres me semble tout à fait incompatible avec un mandat de conseiller d’état.

Écrit par : Vincent | 29/09/2009

Cher Stéphane,

Je pense bien qu'au niveau communal tous les partis font leur travail, il est plus simple d'y siéger car la collégialité y est souvent présente.

Au niveau genevois, je n'ai pas entendu le discours de l'UDC sur la problématique des délinquants étrangers multirécidivistes, je n'ai pas entendu l'UDC sur la détention administrative, telle que pratiquée en Valais, je n'ai pas entendu l'UDC pour que la police reprenne possession des rues de Genève, je n'ai pas entendu l'UDC pour refuser l'engagement d'étrangers, sans naturalisation obligatoire, dans la police etc.

Dernière proposition de l'UDC, engager des policier jusqu'à l'âge de 50 ans .. super ... On pourra bientôt faire passer le test d'entrée pour la condition physique dans le jardin d'un EMS ..

Mais bon, la politique genevoise c'est "je critique les idées de mon ennemi et j'attends que ce dernier critique les miennes, après on verra" ...

Des idées fortes, un discours clair, une vision d'avenir valorisante pour Genève, en trouvant aussi des solution aux problèmes d'aujourd'hui, voilà ce qu'il manque à Genève.

Bonne journée à toi.

Écrit par : Minet | 29/09/2009

Comme j'ai été un peu dur hier soir, je vais aussi proposer une solution pour chaque parti, sans prétention, juste comme ça :

Le Parti Radical doit devenir un véritable parti du centre avec une grande ouverture à droite sur le PDC et à gauche avec les Verts.

Le Parti Libéral doit briser son image de "gens de la Haute", redevenir humain et enfin tenir un discours de droite clair et précis, affirmer sa force sur les valeurs historiques genevoises.

Le Parti de l'UDC doit oser garder la ligne de conduite de son organe faitier, sans rougir, et défendre la population suisse, la sécurité, les banques mais aussi ses paysans.

Le Parti du MCG doit continuer de défendre la population genevoise et dénoncer les problèmes, c'est nécessaire mais il doit aussi venir avec des solutions, et cesser de fustiger les frontaliers.

Le Parti des Verts doit garder sa place de centre gauche, défendre les idées fortes de l'écologie, du transport, de l'aménagement du territoire, mais en chassant de vieux démons en ayant une vision moderne.

Le Parti Socialiste doit faire peau neuve et donner la parole à des jeunes qui ne sont pas encore tombés dans la gauche caviar, pour défendre le social, les employés, la population, la qualité de vie de Genève.

Le Parti PDC doit s'affirmer comme une force politique, trop timide, alors que dans d'autres cantons il est une force, avec la famille, la santé, la sécurité, le logement, pour le bien de la population qu'il représente normalement massivement.

Le Parti SolidaritéS doit tenir sa place à gauche, avec des revendications et devenir le garde-fou d'une économie de marché qui ne maîtrise plus les véritables valeurs de l'argent, au détriment du travailleur et des conventions collectives.

Après ...

Écrit par : Minet | 29/09/2009

Débat de la TSR, la sécurité, mes réponses à vos questions sont les suivantes :

•Pourquoi n'a-t-on pas engagé la construction de Champ-Dollon 2 il y a quatre ans?

- Laurent Moutinot a été incapable de lancer un projet lucide en 4 ans, il tente de finir en beauté, mais dans la confusion des idées. De plus, le projet "Curabillis" date de 20 ans, donc Champ-Dollon 2 va attendre encore un peu malheureusement, et sans argent pas de travaux !

•Frédéric Hohl a souligné sous les sarcasmes que le thème de la sécurité n'était pas électoraliste au parti radical. Tous les partis semblaient en effet d'accord hier soir pour enfermer les criminels des rues (que Sarkozy a pu appeler racaille pour ses éléments les plus délinquants), on se demandait donc légitimement pourquoi le projet de construction n'est sorti des tiroirs que ces derniers jours ?

- En valais, notamment, la détention administrative fonctionne, elle est dissuasive. Sur ce thème, Genève doit suivre très vite mais le véritable débat est national.

• Pourquoi les juges relâchent-ils ces délinquants?

- Les jours-amendes sont une catastrophe, il faut changer le CPP.

• Champ-Dollon est-elle trop pleine?

- Champ-Dollon explose à Genève car les procédures sont trop longues, il faut donner des moyens à la justice !

• Peut-être, surtout il ne peuvent guère prononcer des peines plus lourdes sans violer le code pénal compte tenue des faits qui le sont reprochés ?

- La Suisse doit revoir le CPP, alors même que le NCPP n'est pas encore entré en vigueur et qu'il présente d'énormes contradictions pour faire avancer la justice de notre pays. La répression pénale doit aussi passer par la dissuasion, avec des peines encourues plus lourdes.

•Pourquoi n'a-t-on pas accéléré l'engagement de gendarmes permis C, puisque seul le MCG déclare la proposition non négociable? On a juste appris d'Olivier Jornot qui semblait connaître ses dossiers que le Grand Conseil avait voté une telle possibilité et que donc le débat était sans objet. En fait, les députés n'ont ouvert qu'une petite porte permettant l'accès des permis C à l'école de police, le temps pour eux de se naturaliser.

- Cette porte est suffisante. Il n'est pas normal que l'application des lois soit effectuée par des étrangers, ils doivent dans un premier temps pouvoir voter pour ces même lois. De plus, ni en France, ni en Belgique et bien d'autres pays d'Europe on n’engage pas des étrangers dans la police. Engageons des Suisses confédérés, le véritable vivier est là (Vaud - Fribourg - Neuchâtel et Valais).

D'autres questions ?

Bonne lecture.

Walter SCHLECHTEN

Écrit par : Minet | 29/09/2009

Le plus gros problème que je vois dans la politique locale actuelle est l'absurdité de voir des forces de l'ordre prêter serment au gouvernement et se lancer ventre à terre dans la politique parlementaire. Vous n'y voyez pas un problème de fidélité? à moins bien entendu de vous asseoir sur vos responsabilités.

Si minet trouve les politiques affligeants, qu'il se rassure. Les genevois trouvent les forces de l'ordre tout aussi affligeantes. Comment, monsieur le syndicaliste, un policier peut cumuler les fonctions de député, conseiller administratif de la deuxième commune du canton et continuer son activité de policier?

Serez-vous capable un jour d'écrire un papier positif sur la politique genevoise? A force de cracher son venin, les forces de l'ordre ne servent vraiment pas le canton. De moins en moins

Écrit par : libre-penseur | 29/09/2009

Libre-penseur, la différence entre vous et nous moi c'est que je garde une grande ouverture d'esprit sur les droits démocratiques.

Hier soir, je me suis rendu à un débat du PDC, à Athenaz. J'y ai passé une excellente soirée et les thèmes abordés l'ont été avec discernement. Les idées du PDC sont bonnes, lucides et devraient toucher la population genevoise par leur qualité.

Vous voyez, quand l'on me donne du bon pain, je sais partager ma convivialité.

Écrit par : Minet | 30/09/2009

Les commentaires sont fermés.