25/08/2009

Interview de Muammar KADHAFI ....

A relire la presse quotidienne, à suivre les débats des médias, je me demande pour quelles raisons, ni François MAUDOU (Le Temps), ni Arthur GROSJEAN ( La Tribune de Genève), ni Fabian MUHIEDDINE (Le Matin), ni Pascal DECAILLET (Genève à Chaud), ni Darius ROCHEBIN (TSR), ou bien d’autres d'outre-Sarine ne se sont rendus à Tripoli pour enfin obtenir la vérité sur ce fameux accord, mais vu sous l’angle des autorités libyennes. Car depuis 8 jours, nous n’avons qu’une version, celle de la Confédération. 

 

Se contenter de commenter le déplacement de M. MERZ, puis l’accord signé et son contenu, d’entretenir des positions antagonistes pour créer la polémique, s’est un peu simpliste comme investigation.

 

Merz.jpg

 

C’est boire le verre d’eau que l’on vous tend, à moitié vide ou à moitié plein, c’est selon.

 

Une interview du monstre libyen aurait été un acte civique courageux, un fait journalistique reconnu, et probablement un

éclaircissement nécessaire sur l’avenir de cet accord, surtout pour connaître le sort des deux otages retenus.

img-495-480x270.jpg

 

 

Le journalisme helvétique compte des gens de qualité, mais ne s’improvise pas qui veut « Grand Reporter ».  

 

J’ose croire qu’étant jeunes, ces journalistes avait cette envie de découvrir le monde, de franchir les frontières et de brûler la politesse à certains, juste pour se nourrir du mot le plus important de leur profession, que je nomme « information ».

 

images.jpg

Commentaires

SCOOP !
Aujourd’hui, le « bon » journaliste est celui qui reprend et répand les vérités officielles.
Exemples : la fumée passive est létale, la grippe porcine (Grippe Machin1Truc1) est bonne pour résoudre la crise.
A noter que le « bon » journaliste cafouille la moindre quand les vérités officielles ne sont pas très claires.
Exemples : le retour des bonus et des parachutes dorés, l’affaire Kadhafi.
Le « bon » journaliste est inquiet pour son avenir, parce que les consommatrices et les consommateurs vont désormais chercher la véridique vérité vraie ailleurs.

:o)

Écrit par : Blondesen | 25/08/2009

Réflexiion très pertinente! Merci!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 25/08/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Walter,

vous trouverez une réponse dans le "Tripoli Post" du 23 avril.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 25/08/2009

Excellente question.
Cela étant, il n'est pas certain que Kadhafi aurait répondu. Il préfère généralement les femmes intervieweuses et les fait dormir en son Palais, histoire de surgir dans leur chambre, en pleine forme, à l'heure du coucher... Quand bien même il aurait accordé l'interview, il n'aurait pas forcément été éclairant sur ses intentions réelles, le mystère de son attitude restant l'un de ses atouts Maîtres.
Mais cela aurait été de toute manière un super scoop.
Alors c'est vrai que nos journalistes (et nos rédactions) sont timorés, et surtout manquent de moyens. Le marché Romand est minuscule et morcelé. En plus, comme le dit Blondesen, ils ont pris depuis fort longtemps l'habitude de s'abreuver à la source des conférences de presse.
Dans le cas présent, il s'est ajouté un facteur, qui a volé en éclats aujourd'hui, c'est que beaucoup d'entre eux, y compris à la tête des rédactions, pensaient qu'il était préférable de ne pas trop parler des otages. Que de ne pas leur accorder trop d'importance réduisait leur valeur marchande et d'une certaine manière augmentait leurs chances de sortir plus tôt.
Le calcul inverse de celui de mes amis Stéphane, Blondie et Homme Libre. Je dois dire que je me suis posé cette question à plusieurs reprises et n'y est toujours pas su répondre.
Le seul vrai argument en faveur du soutien affiché et public, c'est qu'il réconfortait les otages et leurs familles. Heureux de savoir qu'on ne les oubliaient pas. Pour le reste, je crois effectivement que toute publicité faite autour de cette affaire était contreproductive. Et qu'on en voit aujourd'hui les conséquences, un beau petchi.
Cela étant, fondamentalement, je pense que la vérité est bonne à dire et que plus on s'en approche, mieux c'est. Les lecteurs et les électeurs vous en sont gré, généralement, et ils savent reconnaître le vrai courage politique.

Écrit par : Philippe Souaille | 25/08/2009

*Philippe, peut-être Esther (Mamarbachi) aurait réussi à charmer le rois des rois!? Quant aux Genevois, ils n'ont toujours pas compris que l'honneur du clan Kadhafi a été souillé par l'intervention super-soft de notre Police. C'était tout de même pas Mésrine qu'ils allaient arrêter. Et me dire que la Police est sous-dotée! Mon oeuil. Attendons donc le 1er septembre 2009. Le reste, c'est du pipeau! Avec véhémence, Mr Hiller défend ses semblables, mais peut-être Mr Merz sait-il plus sur ce qui c'est réellement passé!?
Passons à des choses plus importantes et ayons une bonne pensée pour les 2 otages, affaire qui, selon Tripoli, n'aurait rien à voir avec celle de Genève!!! Mouammar doit se frotter les mains, ayant joué un bon tour aux petits Suisses arrogants, ce qui doit fortement augmenter son égo (si plus est encore possible), en se disant "honni soit, qui mal y pense; in'chalah"
Bonne journée et bien à vous BM

Écrit par : Etoile de Neige | 25/08/2009

*Minet, il n'y pas eu d'interview avec le Colonel, mais SEULEMENT avec le premier-ministre. On verra ce que vaut sa parole ou mieux, sa signature dans quelques jours. Alors interroger qui? La presse muselée?
Mr Hiller, si Mr Merz doit sauter, Mr Moutinot aussi ! C'est quand-même par Genève que le scandale est arrivé et elle aurait eu tout le loisir pour éteindre l'incendie ! A bon entendeur

Écrit par : Etoile de Neige | 25/08/2009

*Minet, mettre en doute la parole d'un Appenzellois, c'est déjà honteux, mais celle de notre Président de la Confédération ...

Écrit par : Etoile de Neige | 25/08/2009

*Philippe, c'est tellement vrai :
"Le seul vrai argument en faveur du soutien affiché et public, c'est qu'il réconfortait les otages et leurs familles. Heureux de savoir qu'on ne les oubliaient pas. Pour le reste, je crois effectivement que toute publicité faite autour de cette affaire était contreproductive. Et qu'on en voit aujourd'hui les conséquences, un beau petchi".
Maintenant, je vais me taire, car le petit déj est en train de se refroidir !

Écrit par : Etoile de Neige | 25/08/2009

Je ne vois pas en quoi un journaliste, aussi intéressant et puissant qu'il soit, aurait obtenu du Colonel, à part beaucoup de publicité pour sa manière de voir les choses. Le Guide s'exprime déjà si haut et fort que l'on connaît loin à la ronde son mépris pour le mode de vie à l'Occidental. Ce qui aurait été bien plus intéressant, c'est qu'un journaliste aille vivre dans le désert avec les bédouins aussi longtemps que nos otages restaient détenus en Libye, et qu'il commente chaque soir au journal sa journée. Avec la bénédiction des Kadhafi, les moyens financiers de notre télévision, un peu de malice et beaucoup d'humour, un (j'espère ne pas égratigner son prénom) Pierre-Olivier Pain, notre célèbre guide scientifique du journal du matin sur RSR1) aurait été parfait. L'imagination fait parfois défaut à notre riche TSR qui a plus d'argent pour le sport que pour des aventures humaines extraordinaires.

Écrit par : pachakmac | 25/08/2009

Longtemps la Suisse a été administrée et cela lui convenait, depuis une vingtaine d'année les membres du CF ont décidé de gérer eux-mêmes les dossiers et l'ont voit les résultats : les Fonds en déshérence, l'affaire Swissair, celle d'UBS, la crise avec l'OCDE sur le secret bancaire et maintenant l'affaire Khadafi, que des camouflets politiques car le politique suisse n'a pas le don de l'anticipation. Tous ces dossiers ont été menés dans la précipitation car il n'existe aucun Think Tank politique à Berne qui puisse entrevoir et prévoir les futurs dossiers "chauds". A Washington, il existe des dizaines de Think Tank de divers bords politiques qui aide à la gouvernance. Donc, un changement de gouvernance demande un changements de comportements et d'institutions.

Écrit par : demain | 25/08/2009

Au centre de toute cette affaire, ce qui chagrine le plus et fait enrager la majorité des Suisses, c'est, en matière d'image, le déclin spectaculaire de notre pays, son affaiblissement notable sur la scène internationale, et l'absence de "vision" de la plupart de ses dirigeants.
Le drapeau suisse est en passe de devenir un gadget réversible, avec une calculette au verso, munie d'un voyant lumineux pour la recharge périodique d'une batterie qui menace à tout moment de se vider complètement.

Écrit par : Santo | 25/08/2009

*Minet, pourquoi ce nomade à l'eau bénite (pétrole) a de si grands yeux? Pour mieux te voir, mon petit! Et pourquoi de si grandes oreilles? Pour mieux entendre ce qu'il veut entendre! Et si vous voulez entendre davantage, allez sur mon blog ... etoiledeneige ...

Écrit par : Etoile de Neige | 31/08/2009

Les commentaires sont fermés.