27/03/2009

Courriel ouvert à M. WEISS

Suite à la lecture du texte déposé sur votre blog, qui dénigre les policiers, tout en effectuant des comparaisons inéquitables avec d'autres métiers, je vous adresse la réponse suivante cher Monsieur.

Dans un salaire, M. WEISS, il n'y a pas que les études effectuées par l'engagé qui comptent, mais aussi son vécu dans le milieu professionnel dont il vient et ses qualités humaines. Il y a aussi divers considérants qui rentent en ligne de compte selon l'OPE, la pénibilité du métier, la dangerosité de la profession, les responsabilité humaine, les astreintes et les contraintes du métier, l'engagement moral 24 h. sur 24 h. du collaborateur dans sa fonction. De plus, nous ne dépendons pas de la Ltr, qui défend les droits des citoyens, dont le travail de nuit. Tout ceci a un prix.

Et pour les horaires des policiers, vous venez de me prouver que vous n'avez pas lu le corps du rapport de la Cour des Comptes, ce qui est scandaleux avec votre position à la Commission des Finances. On peut y lire que le temps de travaille  des policiers est de 32.5 heure. Ce fait estcréé par l'OS Spoerri, qui remplace les mesures préconisées par la Ltr pour le travail de nuit à plus de 25 reprises, mais il ne concerne que 440 gendarme sur 762, ainsi que quelques agents de la PSI, mais pas les 1278 policiers du canton. Nous travaillons donc aussi 40 heures (2080 heures année). En vous exprimant ainsi, vous trompez les lecteurs et la population.

Dollards1.jpgSuite à mon intervention, la Cour des Compte a reconnu auprès de votre serviteur que son rapport de synthèse n'était pas assez détailé, pas assez précis, tout en indiquant que les "précisions" se trouvent dans le corps du rapport. Malheureusement, le mal est fait et les erreurs diffusées, car le rapport de synthèse a été repris par la presse, pas le contenu de l'analyse.

Enfin, pour quelles raisons le Rapport Annoni et les commentaires des audités de la Cour sont restés bloqués au DI, sachant que les Magistrats de la Cour des Comptes n'ont pas eu accès à ces documents qu'ils attendaient. Il y a une bonne raison, c'est que ce rapport est politiquement dirigé contre les policiers. Les syndicats ont raison de dénoncer ces manquements. Nous allons nous faire entendre dans les prochaines semaines, car ce que recherchent avant tout les policiers, au quotidien, c'est la vérité.

On peut vouloir démontrer le coût total d'un policier, mais il faut le faire dans le respect de l'employé et de cette profession, avec exactitude.

Apportez nous les réponses à ces deux remarques, et après nous vous accorderons une certaine crédibilité.

Walter SCHLECHTEN - Président de l'UPCP

 

Commentaires

Cher Monsieur Weiss,

Je vous ai écouté hier matin sur One FM vous affirmiez que le coût de l'essence est identique d'un canton à l'autre, que les prix sont les mêmes dans toutes les Coop et Migro de la Suisse. Je suis au regret de constater que soit vous ne sortez jamais de genève pour visiter notre beau pays, soit vous voyagez à l'étranger.
Je peux vous certifier que le prix de l'essence n'est pas le même en Valais, ni à Neuchâtel, il y a une différence de 8 à 14 ct le litre et ceci sans changer de marque.
La Coop et la Migro n'affichent pas les mêmes prix qu'a Genève tant dans le libre service qu'aux boucheries et poissonneries.
Pour ce qui est des loyers et des assurances, il n'est pas besoin de se rendre dans les différents cantons pour se procurer les chiffres, internet suffit pour renseigner une personne intéressé.
Pour ex ample, à Monthey un 3 pièces Suisse (4 pièces genevois) se négocie à 345'000.-CHF, sur une base de 885.-CHF de remboursement mensuel, intérêts, amortissement de la dette hypothécaire et assurances.
Il est totalement impossible d'acquérir un bien à ce prix à Genève.
Donc je ne comprends pas comment (et je suis comptable) vous arrivez à calculer que le policier Genevois gagne plus que les autres.
Même si il était prouvé, chiffres à l'appui qu'il gagnait le même salaire, un policier genevois n'aurait de toute façon pas le même pouvoir d'achat qu'un valaisan ou un neuchâtelois.
Si vous vous permettez des affirmations aussi peu fiables sur One FM, je me permet de douter de la fiabilité du rapport de la Cours des Comptes.
La synthèse n'est qu'un amalgame de pourcentages et de ratios, visant à augmenter l'incompréhension du public.
Je suis sure que ces chiffres ne sont en rien comparables aux fiches de paye de nos policiers ni à leurs déclarations d'impôts.
Monsieur Annoni, dans son Rapport, a bien compris le fonctionnement des différents corps de police et en à tenu compte, ses conclusions sont claires et précises et ouvrent le terrain à une optique de réelle réforme pour notre police.
En lisant celui de la Cours des Comptes, je me suis demandée si vous aviez pris les mêmes bases, les mêmes années et les mêmes cotas d'heures.
En ce qui concerne le corps du rapport il est exacte que l'on retrouve plusieurs choses évoquées dans les écrits de Mr Annoni.
Mais je me permets de vous dire que ce rapport et bâclé et mal ficelé. Actuellement il ne sert en aucune manière à l'avancement des choses bien au contraire.
Les journalistes se sont basés sur la synthèse pour écrire leurs papiers, le public ne lit que ce que l'on veut lui faire lire et la police passe pour une enfant capricieuse.
J'espère que Mr Moutinot n'a pas l'intention de nous faire une réforme du genre vite fait mal fait en 9 mois et de partir en laissant un chantier inachevé et bancale derrière lui!
Vous jouez à un jeux dangereux Mr Weiss, à pousser les gens dans leurs derniers retranchements, vous ne savez pas comment ils vont réagir.
Vous avez à faire à une police qui veut une réforme,qui veut être écoutée et respectée, qui travaille aujourd'hui dans des conditions déplorables et qui n'a plus rien à perdre...!
Si vous avez été choqué par la cérémonie du cercueil, si vous trouvez que la récente grève était une pression inutile, alors ne les poussez pas à bout.
Je vous rappelle que l'on apprend dans la police à être solidaires, à se soutenir les uns les autres et à faire bloc. On apprend à faire fi des sentiments et à aller toujours de l'avant...!
Nous avons de bons policiers, qui ont du coeur et de la volonté pour travailler dans une ville qui est devenue difficile à gérer, ils faut une certaine loyauté pour continuer à exercer dans ces conditions.
Aujourd'hui ils n'ont plus grand chose à perdre si ce n'est leur métier et la fierté de le faire, on dit LES FORCES DE POLICES, veillez à ce qu'elles ne se dressent pas pour défendre leurs droits, pour mettre à jour tout ce qui ne va pas dans la Grande Maison.
Ce sont des hommes et des femmes qui ont droit au respect et à la considération, le rapport de la Cours des Comptes les traîne dans la boue et les dénigre.
Si vous ne les considérez pas comment voulez-vous qu'ils se fassent respecter dans la rue...!
Ils veulent une réforme, l'état aussi et les citoyens aussi, alors créez la proprement.
Force et courage, nos policiers en ont mais ils sont fatigués usés désabusés, certains jouent avec leur santé en oscillant entre le burn out ( ou PST ) le manque de sommeil, les pressions psychologiques et des situations familiales difficiles, cela fait beaucoup pour ces hommes et ces femmes ainsi que pour leurs familles.
Si vous désirez plus d'informations sur les conséquences de la vie d'un policier, sur la pénibilité de sa fonction ainsi que les répercutions dans sa vie privée, je me ferai un plaisir de vous renseigner sur ces différents aspects psychologiques (j'ai aussi une formation psy).
Je vous remercie d'avoir pris le temps de me lire jusqu'au bout et j'espère que vous saurez en faire bon usage.
Respectueusement.

PS le blog de MR WEISS est modéré...!

Écrit par : feline | 27/03/2009

@ feline, très beau texte.

@ minet, tu as bien fait de lui répondre à ce fonctionnaire-politicien. Quand lui doit s'augmenter, il est tout a fait d'accord et vote oui au Grand-Conseil.

Écrit par : fab | 27/03/2009

Bravo féline! Cela fait chaud au coeur...

Quant à toi Minet... je te renouvelle mes encouragements pour ta tâche difficile...

Écrit par : L3orme | 27/03/2009

"PS le blog de MR WEISS est modéré...!"

Censuré serait plus exact.

Lorsqu'il enseignait les statistiques, PW nous prouvait déjà qu'il ne comprenait pas grand chose aux chiffres. Ca continue. Mais il fait bien son travail au profit des capitalistes, qui ne veulent laisser que des miettes aux fonctionnaires.

Écrit par : Johann | 28/03/2009

Le pseudo "chevalier blanc" demande au Conseil d'Etat de lui expliquer pourquoi les magistrats libéro-radicaux précédents ont décidé ces dispositions : OS Spoerri et majoration de 40 % du paiement des heures sup. (Ramseyer)
Un magnifique exemple d'hypocrisie !!!

Écrit par : Clyde | 28/03/2009

Bonjour Monsieur,

J’ai toujours défendu la police, car j’estime qu’elle est notre première ligne de défense (sens large) et qu’elle doit donc être en permanence écoutée, aidée, équipée en conséquence, correctement rémunérée et finalement respectée, même si certains dérapages existent (j’en ai connus), car ils peuvent être admis comme étant le propre de toute entité qu’elle soit publique ou privée.

Permettez-moi par contre de vous sensibiliser sur un point important, notamment dans le cadre du traitement du dossier actuel, c’est celui du principe permanent de totale transparence en toutes circonstances.

En effet, il me semblerait indispensable qu’une totale transparence sur tous les aspects financiers liés au corps de police, notamment les rémunérations directes et indirectes, soit désormais de mise et régulièrement connue de tous, car c’est principalement ce manque de transparence pour le commun de la population genevoise qui a certainement fait monter la mayonnaise.

L’important est donc uniquement de connaître ce que nous pourrions appeler une “vérité vraie” et ensuite d’aucuns pourront discuter de tel ou tel problème, voire contester une situation, s’ils le jugent utile, mais cette fois sur une base connue de tous et admise comme étant fiable, donc non contestable.

Lorsque l’on sait, en effet, que les comptes de l’Etat c’est rarement autre chose “qu’un voyage en eaux troubles” pour des raisons généralement de politique politicienne, l’important pour votre corps de police est donc désormais de se démarquer définitivement de ce genre de “voyages en eaux troubles” en présentant régulièrement pour ce qui le concerne des états clairs, transparents et comparables de dépenses/recettes, notamment toutes les dépenses liées à la gestion du personnel de votre corps, et vous verrez qu’ensuite les choses devraient retourner vers une situation normale, car personne de normalement constitué ne peut prétendre que les policiers, dès l’engagement, ne soient pas correctement rémunérés, mais encore faut-il que l’on sache exactement comment et combien.

Écrit par : Claude Marcet | 28/03/2009

Monsieur Marcet,

Vous avez raison en tous points de vue. Par contre, il est faut de dire que l'on peut porter un jugement sur "une base connue de tous et admise comme étant fiable, donc non contestable".

Le rapport de synthèse de la cour des comptes comporte des imprécisions graves, voire des raccourcis dangereux, qui ont déjà été utilisés, alors que cette synthèse comporte de graves erreurs.

J'ai personnellement discuté avec la cour des comptes depuis. Ces gens ont reconnu que le rapport de synthèse n'était pas assez précis, que des généralités ont été faites dans cet écrit, ce qui est grave.

Sur le fond, rien ne me choque que l'on détermine le coût total d'un policier, 160'000 à 170'000 francs, ce qui n'est pas son salaire, comme certains l'ont interprété.

Un rapport précis de la cour des comptes aurait évité tous ces amalgames et nous aurait donné un document de base fiable pour travailler dessus, afin de trouver une juste rémunération pour le policier, et pour l'Etat. Ce qui n'est pas possible avec ce rapport, qui n'est pas faible, et donc contestable. Je vous rencontre volontiers pour vous le démontrer.

Écrit par : Minet | 28/03/2009

Bonjour Monsieur,

Quand j'ai écrit "base connue de tous et admise comme étant fiable, donc non contestable", j'ai inscrit ce propos dans un sens large, c'est-à-dire que tous les éléments présentés sont admis par tous les protagonistes comme étant fiables et non contestables, propos présentement donc non uniquement lié au seul rapport de la CdC.

Je vous rencontre volontiers pour que vous puissiez m'exposer votre position sur les aspects du rapport de la CdC contestés par les policiers .

Écrit par : Claude Marcet | 29/03/2009

Comment se fait-il que les remarques des audités (Mme Bonfanti et.... M. Sanchez je crois) ne figurent pas dans le rapport de la CdC et qu'on ne dispose que des observations du DI ? C'est exactement la question que j'ai posée mercredi dernier à la co/finances du GC.
Vous ne pouvez cher Monsieur rendre la CdC responsable de cela.
Le mandat donné par la co/finances à la CdC concernait précisément les coûts et pas uniquement le salaire.
Le raisonnement de la CdC sur le fait que la police n'est pas en sous-effectif est imparable du point de vue arithmétique....mais moi qui habite à la rue de Berne et les gens du quartier ne sommes pas vraiment sensibles à ce genre de calcul. Quant au mois de septembre il y a eu davantage d'effectifs sur le terrain tout le monde a senti la différence.
Revalorisons la rémunération de la police en début de carrière ce qui devrait permettre d'aller tendanciellement vers le plafond d'effectifs fixé par la loi, revoyons le système de primes et d'indemnités, abolissons l'OS Spoerri.....mais tout ça doit se passer entre l'employeur qui est le Conseil d'Etat et les employés et leurs représentants légitimés. je me refuse en tant que député à me substituer à l'employeur.
avec mes salutations.
p.losio

Écrit par : pierre losio | 01/04/2009

Qu'il est parfois bon de prendre un peu de temps avant d'écrire. Cela évite souvent les sottises. Ne trouvez-vous simplement pas indécent d'ergoter comme certains effarouchés le font en feignant de découvrir le pseudo scandale des rémunérations de la fonction publique ? L'UBS prévoit aujourd'hui un système de bonus dont l'opacité fait passer le système des primes de la police pour une aimable farce et, dans le même temps, une échelle de rémunération où, désormais, l'employé le moins bien payé gagnera 50 fois moins que le mieux loti ? (Note : jusqu'à présent : 1000 (mille) fois moins. Peut faire mieux, non ?). Dans la fonction publique, c'est un facteur 6 tout au plus. Alors avant de gaspiller le temps et l'énergie du lecteur sans parler de l'argent du citoyen, allez simplement vous assurer que les milliards versés par les contribuables (note : nous, donc) ne servent pas à simplement perpétuer le système indécent des rémunérations des cadres bancaires aussi élevé que leur incompétence.

Écrit par : persifleur | 15/04/2009

Les commentaires sont fermés.