10/02/2009

Policiers genevois : et après, la guerre ou la paix ?

Suite au mouvement social des policiers genevois, les choses ont enfin évolué. Alors que le Conseil d'Etat a "proposé" une indemnité 2008 pour le personnel du DI, une reconnaissance tardive ayant comme but premier de sortir de la crise instaurée par les revendications légitimes des syndicats de police, alors que la Commission des Finances a accepté le paiement de cette indemnité, retrouvant ainsi une pudique lucidité, alors que des négociations sur les grilles des salaires des policiers et gardiens de prison ont rapidement débuté, démontrant la nécessité économique d’ajuster celles-ci, alors que les rapports Annoni et de la Cour des comptes vont être rendus, je me pose une question.

Sous ce calme apparent, je me demande simplement ce qui va se passer d'ici fin mars ?

Nous allons nous retrouver, il me semble, devant deux possibilités :

1)

Les rapports attendus ne font pas apparaître les opacités dénoncées par certains, tout au plus une ou deux indemnités caduques, reconnues par les syndicats, prouvant ainsi que les policiers ne s'enrichissent pas sur le dos des contribuables, mais que le système mis en place est simplement le résultat politique d'un puzzle historiquement créé par des gens qui n'ont pas su, à l'époque où de grandes décisions auraient pu déplaire à une certaine classe, prendre leurs responsabilités d'employeur. 

Les pièces de ce puzzle devront donc être simplement triées, associées et collées, pour ne former qu’un tableau clair et lisible de la rémunération d’un policier.

2)

Les rapports attendus avec impatience par certains font apparaître des « dysfonctionnements importants à travers des explications compliquées » pour obtenir des conclusions incompréhensibles. La parité et l’égalité de traitement seraient les fils rouges de ces documents, sans qu’on y trouve une analyse précise du métier, ni de son évolution lors de 3 dernières décennies. Une réflexion qui n’irait que dans un sens, ne décrivant que les avantages et pas les inconvénients, démontrant en primauté une volonté d’atteindre la police et non pas d’analyser avec clairvoyance un métier, son statut et sa rémunération.  

Si je m’exprime ainsi, c’est que depuis deux semaines, alors que personne n’est censé avoir accès aux travaux des deux audits, je perçois dans les propos de divers élus une pointe de catastrophisme pour la police, le même ton qui avait précédé le « fameux rapport » de Bernard Ziegler, torchon écrit par un  « nègre » d’un Conseiller d’Etat qui n’avait que pour but de faire tomber une tête, afin d’asseoir un peu plus le nouveau « chef ».

Si ces deux rapports venaient à accuser et à critiquer la police genevoise, ce que je peux vous dire avec certitude c’est que se ne sont certainement pas les policiers qui paieront les pots cassés. Ils refuseront de subir les retombées de rapports dictés par une volonté politique, qui serait d'abolir un système de rémunération sans en avoir à  assumer les coûts, soit pour affaiblir une profession, soit pour lui nuire, comme pour célébrer une victoire et terminer sur un feu d’artifices politique.

La rémunération des policiers genevois, ainsi que leur statut ont un historique. Le tracé de celui-ci a été politiquement écrit par des élus du peuple. Une modification importante de ces deux éléments, si elle était effectuée au détriment des gens d’armes de la République, verrait la police en son entier entrer en guerre contre le Conseil d’Etat et le Grand Conseil, sans distinction, ceci à quelques semaines des élections. Ce n’est pas une menace, c’est une promesse.

La loyauté a un prix, le serment d’un homme aussi.

 

Commentaires

"La loyauté à un prix" ...

Et en plus vous trouvez votre comportement loyal quand vous menacez à longueur d'année votre employeur ?

Vous pouvez utilisez une foule d'adjectif, comme "courageux", "disciplinés" ... mais pas "loyal" ... soyons sérieux !

Écrit par : Djinius | 10/02/2009

Par son manque de stabilité politique, économique, sociale, sans aucune vision d'avenir pour notre métier et la sécurité du canton, c'est nos élus qui menacent notre profession depuis plusieurs mois. Ils vont par exemple nommer les ASM "Police Municipale", un énorme mensonge que l'on fait à nos citoyens, un de plus, car ces gens ne sont pas policiers. Il y a déjà trois corps de police à Genève, et c'est trop ..

Nous nous tirons simplement le signal d'alarme .. Et notre loyauté n'est pas un vain mot, car tous les jours, en travail de rue, nous sommes prêts à mettre notre vie au service des autres .. ABE (et je ne me l'à joue pas, je sais de quoi je parle après 18 ans de rue).

Écrit par : SCHLECHTEN | 10/02/2009

POUR LECTURE : Policiers genevois : Schlechten-le-pyromane
Walter Schlechten, président du syndicat des gendarmes genevois, allume sur son blog le Conseil d’Etat et la commission des finances. Ceux-là mêmes qui viennent pourtant de faire un pas dans sa direction. Un pas-citoyen de 1,7 millions de francs sous forme de prime. Pour calmer le jeu entre autorités politiques et syndicat.

Même pas assez ! pourrait comprendre à la lecture de son texte incendiaire. Et déjà de pointer un doigt rageur sur deux rapports très attendus pour ces prochaines semaines. L’un a été demandé par le département des Institutions et porte sur le système de rémunération et de comptabilisation des heures de travail de la police genevoise. Il s’agit du rapport Annoni. L’autre a été demandé par la commission des finances au sujet de la gestion et de la rémunération des heures supplémentaires de la police genevoise. C’est la Cour des comptes qui s’en est chargée.

Si les deux rapports demandés sont jugés défavorables, le patron du syndicat de la police annonce que la police entrera « en guerre » contre le Conseil d’Etat et le Grand Conseil. Pour des fonctionnaires, assermentés, armés, voilà qui dépasse le cadre d’une simple menace.

Alors de deux choses l’une. Soit le numéro 1 du syndicat des gendarmes genevois ne contrôle pas ses propos (ce qui est déjà grave) et il faut qu’il s’excuse rapidement ou alors ce ne sont pas des paroles en l’air et nous ne sommes plus dans un rapport de force comprenant des partenaires sociaux mais devant une bande de révoltés armés.

Quelque soit la réponse, M. Schlechten n’est décidément pas la bonne personne pour résoudre les problèmes de la gendarmerie. Personne ne souhaite de conflits sociaux. Il est allé trop loin. Le syndicat de la police doit pouvoir compter sur un négociateur et non pas sur un boutefeu !

09:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Trackbacks (0) | Envoyer cette note


Trackbacks
Voici l'URL pour faire un trackback sur cette note : http://riton.blog.tdg.ch/trackback/25238

Commentaires
Quel plaisir de vous lire M. BERTINAT.
C'est bien à vous que j'avais pris le temps d'expliquer la teneur de la prime de CHF 700.- de juin 2008, qui n'était pas une première prime comme déclaré par la commission des finances, mais un forfait d'indemnités réelles.
C'est bien vous qui nous aviez annoncé, sur un ton "menaçant", que la retraite des policiers, c'était bientôt fini, sans nous proposer la moindre solution de transition.
C'est bien votre parti qui a déposé un ridicule projet de loi demandant d'engager des policiers jusqu'à l'âge de 50 ans, afin de combler le manque d'effectifs. Projet ridicule, oui, car si loin des réalités du terrain et du métier. Enfin, j'ai simplement déclaré que nous voulions recevoir des rapports neutres, mot que vous connaissez bien pourtant, car certains audits ont déjà été dirigés politiquement .. ABE (entrer en guerre, fam. entrer en conflit avec son employeur)

Ecrit par : SCHLECHTEN | 11.02.2009

Au fait, je cherche un remplaçant depuis deux mois mais sachez déjà qu'actuellement la seule personne qui pourrait me remplacer est bien plus "guerrière" que ma petite personne,ce qui ne serait pas une plus value dans le cadre des négociations en cours, auxquelles vous ne participez pas. Ce choix de caractère serait un tournant dans la détermination de notre syndicat.

Enfin, comme je ne suis pas la bonne personne pour résoudre les problèmes de la gendarmerie, mon terrible bilan en est la preuve, sachez qu'il n'y a pas que moi qui ne suis pas "la bonne personne".

Pour mes excuses, il vous faudra attendre d'être réélu, c'est certain ..

Écrit par : Minet | 11/02/2009

Vous avez raison M. Schlechten, il y a trop de polices à Genève.

Les ASM doivent être incorporés dans la police cantonale et utilisés dans des tâches de police de proximité, je suis d'accord avec vous, sous les ordres des autorités communales masi sous une formation unique et une hiérarchie cantonales.

Écrit par : j.nizard | 11/02/2009

Pour J.Nizard, merci de votre participation à ce blog, mais mes propos n'allaient pas dans le sens que vous entendiez.

Si, personnellement, je suis pour une école unique de police (Gend-PSI-PJ), je n'ai pas encore la volonté d'accepter de dire que les ASM genevois sont des policiers. La nomenclature cantonale de ces agents, leur statut, leur formation, leur profil, ne répond pas aux critères que l'on peut retrouver dans d'autres cantons suisses. Je l'ai souvent dit, ASM est un métier à part entière et reconnu, où l'îlotage et la prévention sont les plus grandes forces. Le travail de police, l'usage de la contrainte, le bras armé de l'Etat, doit rester au personnel policier cantonal.

Écrit par : Minet | 12/02/2009

Bonjour,

Les détracteurs de M. Schlechten sont, pour certains, de bonne foi. D'autres ne savent tout simplement pas de quoi ils parlent et devraient, pour commencer, lire l'excellent premier billet "Cris du coeur". En peu de mots, on comprend à quel point les policiers font ce que personne ne veut faire, ce que personne ne sait faire et ce que personne n'ose faire. Son cri du coeur m'a ému et, je vous le dis en toute simplicité, relégué aux oubliettes de la politique de caniveau les débats stériles ayant trait aux heures supplémentaires ou aux indemnités.
Merci à la police.
Tout simplement.

Écrit par : persifleur | 12/02/2009

Pas touche à notre président M. BERTINAT.
Est-il guerrier?
Oui, c'est ce qu'on lui demande et pour ça que nous le soutenons.

Est-il la bonne personne pour résoudre ce conflit?
Oui, car notre syndicat à bien trop souvent fait confiance à nos politiques dans le passé, confiance trahie à maintes reprises.

Un orateur de talent, un homme de convictions et d'honneur, soutenu par sa base et apprécié de sa hiérarchie...Je vous le répète M. BERTINAT ne vous attaquez pas à notre président, réjouissez-vous plutôt d'avoir un interlocuteur d'une telle qualité. La majorité des collègues seraient bien plus radicaux si ça ne tenaient qu'à eux. Plutôt que chercher un coupable au conflit dans les rangs des hommes en bleu, attaquez-vous aux problèmes réels.

Écrit par : UPCPiste | 12/02/2009

Monsieur le président du syndicat,
J'ai aussi été choqué par vos derniers propos. Notamment en ce qui concerne la mise en cause à priori du rapport de la Cour des Comptes. Il s'agit de magistrats élus par le peuple qui ont pleine légitimité d'exprimer, en toute indépendance, les conclusions de leurs travaux (qui n'ont aucun caractère contraignants). Je n'ai eu qu'à me féliciter des rapports qu'ils ont déposés ; ils sont bien utiles à l'humble parlementaire de milice que que je suis.
Le système de rémunération des corps de police doit être revu. Plus précisément il doit entre autre être plus attractif financièrement pour celles et ceux qui s'engagent dans ce difficile métier ; cela peut passer par une réévaluation de fonction ce qui aurait des répercussions positives sur le récurrent problème du recrutement et du manque d'effectfs.
Vous avez exprimé la satisfaction d'avoir un interlocuteur crédible en la personne du président du Conseil d'Etat et de la délégation du CE sur la probématique qui vous préoccupe. Je me permets courtoisement de vous engager à persister dans la voie de la négociation qui s'est engagée.
En ce qui concerne les ASM, je n'ai pas d'opinion arrêtée sur leur future dénomination. Il s'agit effectivement d'un métier différent du vôtre ; le projet de loi est le fruit d'une large et pesée concertation avec les communes...mais il se trouve qu'il a été trop "tripoté" par certains partis de droite en commission pour passer la rampe en l'état. ce n'est pas par hasard que sa discussion a été reportée lors de la dernière session du Grand Conseil. A trop vouloir confier des tâches de police aux ASM ....on dérive mécaniquement vers l'appellation "police municipale"..... à suivre.
voili
pierre losio
député
Les Verts

Écrit par : pierre losio | 12/02/2009

M. Losio, merci pour votre franchise et bravo pour votre sens de l'analyse. Comme je l'ai expliqué, la confiance se mérite, et il est très difficile de donner la notre à nos institutions, les récents échecs de diverses votations en sont la preuve. La porte est ouverte et elle le restera. Je voulais simplement attiré l'attention de certain sur le fait qu'un rapport, même dans notre démocratie, peut être commandé, dirigé, ciblé, sans la neutralité nécessaire à sa crédibilité. Le document rendu sur les violences à Champ-Dollon, dans lequel il y était indiqué que 30 % des détenus avait été victimes de violences policière en est un exemple. Celui rendu par Bernard Ziegler en est un autre. Mais j'ose croire en l'objectivité de nos observateurs. Le signal d'alarme que je tirais a été entendu. J'en suis satisfait. Pour les ASM vous avez raison. M. MOUTINOT est contre le nom de Police Municipale, tout comme le Cdt de la gendarmerie. Au plaisir de vous revoir.

Écrit par : MinetSCHLECHTEN | 12/02/2009

Si certains élus ne s'exprimaient pas comme si la peau de l'ours avait été vendue avant de l'avoir tué dans le cadre des ces deux rapports, votre serviteur ne serait pas aussi méfiant, ni virulent !

Pour moi cette affaire est classée, l'avenir nous apportera les réponses à nos doutes et à nos questions.

Minet.

Écrit par : MinetSCHLECHTEN | 12/02/2009

M. Bertinat, en sa qualité d'élu, a parfaitement le droit de s'exprimer sur la chose publique, mais je lui retire tout droit de demander la tête d'un représentant syndical pour des motifs purement personnels. Que ce représentant régional de l'UDC fasse plutôt le ménage dans ses propres rangs et laisse aux policiers le choix de leurs élus. M. Schlechten s'exprime avec courage et sincérité, précisément ce qui manque le plus à certains députés genevois. Je constate que ce sont principalement les députés qui s'expriment contre M. Schlechten. Faut-il y voir là des vérités difficilement encaissables sous la forme d'impuissance à résoudre les maux de la police ? La réalité est dans la rue, dans les foyers et partout où l'élu du peuple ferme les yeux par peur d'avoir à affronter la réalité. Une bien triste réalité que M. Schlechten connaît très bien pour la pratiquer au quotidien.

Écrit par : pal | 12/02/2009

Merci à Persifleur, UPCPiste et Pal pour vos mots.

J'aime les différences d'opinions dans ces échanges, mais j'aime surtout la lucidité de certains face à notre société, économique, politique, criminogène et médiatique !
"se taire, c'est accepter l'opinion de l'autre ; s'exprimer, c'est ouvrir la porte au débat démocratique."

Écrit par : Minet | 12/02/2009

Bonjour.
La guerre des Polices sur le canton de Genève continue.
Pour qu'un jour ça se calme il faudrait que nos Gendarmes acceptent qu'ils sont Gendarme et qu'ils doivent porter ce nom. Dans tous les cantons et autres pays les Gendarmes se nomment Gendarme et sur les véhicules on lit Gendarmerie et non Police.
D'où vient le nom de Gendarme ?
Le mot gendarme vient de l'ancien français « gens d'armes », les hommes d'armes. Historiquement, de la fin du Moyen Âge au début de l'époque moderne, le terme désigne des cavaliers fortement armés. L'expression a acquis une connotation nouvelle après la Révolution française, lorsque la maréchaussée de l'ancien régime, qui exerçait les missions de police a été rebaptisée « gendarmerie » en 1791.
Et maintenant le nom Policier :
Un policier ou agent de police est un membre de la police qui porte l'uniforme et dont la fonction est de faire respecter la loi, de maintenir l'ordre et d'assurer la sécurité publique.Dans la plupart des cantons ou pays, les policiers (peuvent) porter une arme pendant leur service. Ils sont représentants de l'autorité publique ; à ce titre la loi peut alourdir les peines de certains délits (outrage à agent, insultes, etc.) lorsqu'ils visent un policier.
Et le nom ASM : hé bien ça c'est typiquement Genevois, il en existe à nul part ailleurs ou peut être dans les sécurités privées, quoique?

Écrit par : Dom | 13/02/2009

Policiers genevois : Schlechten-le-pyromane
Walter Schlechten, président du syndicat des gendarmes genevois, allume sur son blog le Conseil d’Etat et la commission des finances. Ceux-là mêmes qui viennent pourtant de faire un pas dans sa direction. Un pas-citoyen de 1,7 millions de francs sous forme de prime. Pour calmer le jeu entre autorités politiques et syndicat.

Même pas assez ! pourrait comprendre à la lecture de son texte incendiaire. Et déjà de pointer un doigt rageur sur deux rapports très attendus pour ces prochaines semaines. L’un a été demandé par le département des Institutions et porte sur le système de rémunération et de comptabilisation des heures de travail de la police genevoise. Il s’agit du rapport Annoni. L’autre a été demandé par la commission des finances au sujet de la gestion et de la rémunération des heures supplémentaires de la police genevoise. C’est la Cour des comptes qui s’en est chargée.

Si les deux rapports demandés sont jugés défavorables, le patron du syndicat de la police annonce que la police entrera « en guerre » contre le Conseil d’Etat et le Grand Conseil. Pour des fonctionnaires, assermentés, armés, voilà qui dépasse le cadre d’une simple menace.

Alors de deux choses l’une. Soit le numéro 1 du syndicat des gendarmes genevois ne contrôle pas ses propos (ce qui est déjà grave) et il faut qu’il s’excuse rapidement ou alors ce ne sont pas des paroles en l’air et nous ne sommes plus dans un rapport de force comprenant des partenaires sociaux mais devant une bande de révoltés armés.

Quelque soit la réponse, M. Schlechten n’est décidément pas la bonne personne pour résoudre les problèmes de la gendarmerie. Personne ne souhaite de conflits sociaux. Il est allé trop loin. Le syndicat de la police doit pouvoir compter sur un négociateur et non pas sur un boutefeu !

09:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Trackbacks (0) | Envoyer cette note


Trackbacks
Voici l'URL pour faire un trackback sur cette note : http://riton.blog.tdg.ch/trackback/25238

Commentaires
Quel plaisir de vous lire M. BERTINAT.
C'est bien à vous que j'avais pris le temps d'expliquer la teneur de la prime de CHF 700.- de juin 2008, qui n'était pas une première prime comme déclaré par la commission des finances, mais un forfait d'indemnités réelles.
C'est bien vous qui nous aviez annoncé, sur un ton "menaçant", que la retraite des policiers, c'était bientôt fini, sans nous proposer la moindre solution de transition.
C'est bien votre parti qui a déposé un ridicule projet de loi demandant d'engager des policiers jusqu'à l'âge de 50 ans, afin de combler le manque d'effectifs. Projet ridicule, oui, car si loin des réalités du terrain et du métier. Enfin, j'ai simplement déclaré que nous voulions recevoir des rapports neutres, mot que vous connaissez bien pourtant, car certains audits ont déjà été dirigés politiquement .. ABE (entrer en guerre, fam. entrer en conflit avec son employeur)

Ecrit par : SCHLECHTEN | 11.02.2009

Au fait, je cherche un remplaçant depuis deux mois mais sachez déjà qu'actuellement la seule personne qui pourrait me remplacer est bien plus "guerrière" que ma petite personne,ce qui ne serait pas une plus value dans le cadre des négociations en cours, auxquelles vous ne participez pas. Ce choix de caractère serait un tournant dans la détermination de notre syndicat.

Enfin, comme je ne suis pas la bonne personne pour résoudre les problèmes de la gendarmerie, mon terrible bilan en est la preuve, sachez qu'il n'y a pas que moi qui ne suis pas "la bonne personne".

Pour mes excuses, il vous faudra attendre d'être réélu, c'est certain ..

Écrit par : Minet | 13/02/2009

nous on vous aimes la police:
salut a vous:http://videobeta.aol.co.uk/video-detail/on-baise/630181429

Écrit par : MUR | 13/02/2009

Je ne comprends pas vraiment les raisons de cette agressivité envers l'auteur de ce blog qui détient une légitimité syndicale aussi respectable que celle dont se prévalent les élus qui semblent vouloir régler des comptes avec la police. Selon une méthodologie désormais rodée, des micro fuites laisseraient entendre que des rapports d'experts ou de la Cour des comptes allaient, une fois de plus, épingler la police.

Croyez-vous vraiment que l'essentiel est de savoir comment telle ou telle indemnité est calculée ou de quelle façon les heures supplémentaires sont calculées ?

Pensons-nous que nous allons arriver à améliorer le bien-être de nos concitoyens et la sécurité de notre canton en humiliant sans cesse la police comme certains esprits s'échinent à le faire depuis si longtemps ?

Au risque de me répéter, les policiers se retrouvent désormais bien seuls pour exercer des tâches aussi ingrates, exposées et prenantes qu'inconnues du public et des élus, ces derniers étant plus prompts à ergoter sur des pouilleries qu'à simplement remercier et soutenir ceux qui garantissent le fonctionnement normal d'une société organisée telle que la nôtre.

Écrit par : persifleur | 13/02/2009

En préambule, j’aimerais saluer le courage et l’abnégation avec lesquels notre Président défend notre profession qui est attaquée de toute part par des ignorants en mal de scoops ou à la recherche d’électeurs. C’est surtout dû à ses talents d’analyste, de temporisateur et de négociateur que nos chers politiciens n’ont pas vu notre mécontentement se traduire en un cortège dans la rue ! Ce qui fait et fera toujours de notre Président actuel, la personne de la situation qui est à même de comprendre et de résoudre les problèmes, que cela n’en déplaise à M. Bertinat. Bien sûr, pour une bonne négociation, il faut en face de bons interlocuteurs et pas des personnes de la trempe de M. Bertinat !

Concernant les écrits tenus par le démagogue et ignorant Bertinat, je les trouve simplement injurieux et insultants vis-à-vis de notre respectable et respectée, en tout cas par la majorité de la population, profession.

Il y a quelques années de cela, lors d’un discours, un politicien avait utilisé le terme de « voirie sociale », comme métaphore pour définir notre profession. Je pense qu’aujourd’hui, notre profession a évolué et nous sommes devenus des pompiers éteignant les feux sociaux de la société qu’auraient sûrement pu être évités si certains politiciens avaient débroussaillé le terrain pour que le feu ne se propage !

En établissant des rapports d’audit, c’est dilapider l’argent du contribuable et surtout témoigner un manque de confiance envers les policiers. En effet, cela fait plusieurs années que ces mêmes fonctionnaires, assermentés et armés, par l’entremise de leurs syndicats, requéraient auprès des autorités, une mise à plat et une évaluation de leur traitement ! Mais bien sûr, comme il est de coutume dans notre société, si l’idée vient de la base et non du chef ou de ses penseurs, elle n’est pas bonne !!!

Enfin pour terminer, je ne tiendrais pas rigueur à M. Bertinat de ses écrits lorsqu’il nous qualifie de « bande de révoltés armés ». Je l’excuse dû à son ignorance de notre métier et de la société et de ses pensées venues d’un autre temps, mais pas si lointain tout de même !!!

Écrit par : gribouille007 | 14/02/2009

Tout commence par le respect.

Le corps de la gendarmerie a, plus souvent qu'à son tour, montré qu'il est respectueux de l'ordre et entend bien assurer son maintien.

Il ne failli jamais dans son action et je crois, pour avoir pas mal voyagé, que nous avons une gendarmerie fidèle, proche et respectueuse des citoyens. En un mot elle respecte le serment que lui fait prêter l'Exécutif.

Ce dernier ne peut certainement pas en dire autant.

Ce n'est pas la première fois que le magistrat qui en a la responsabilité ne respect ni ses engagements, ni le corps auquel il fait des promesses.

Dans ces conditions, et quand bien même selon Charles Poncet "un flic ça exécute les ordres et ça ferme sa gueule" (on voit-là la finesse du raisonnement et la profondeur du jugement), il ne faut pas s'attendre à ce que puisse naître ce rapport de confiance INDISPENSABLE entre le corps et celui qui donne des ordres.

Pour moi, comme pour beaucoup de Genevois, le changement de nom de ce département a sonné le début de la dérive.

Les événements qui ont suivi, dans tous les registres, n'ont fait que confirmer ce dérapage de moins en moins contrôlé vers une défiance intolérable, tant pour le corps lui-même que pour nous citoyens ordinaires qui devons pouvoir compter sur une réelle politique "intérieure" qui d'une part assure le maintien de l'ordre et d'autre part n'expose pas les celles et ceux qui en ont la charge à des incertitudes de fonctionnement.

Par son sang-froid, la police nous a montré que nous, citoyens, pouvons avoir confiance en elle et qu'elle est bien là, présente, lorsque le grain du désordre s'annonce.

Par sa légèreté et son dilettentisme, le pouvoir politique nous a montré que non seulement il ne respecte pas comme il se devrait les femmes et les hommes qui s'investissent à fond pour notre sécurité, mais encore il ne respecte pas sa propre parole ce qui, tant sur le plan politique que sur celui de l'éthique gouvernementale n'est pas acceptable.

Il ne reste plus qu'à souhaiter que la majorité des Citoyens sauront se souvenir à l'automne prochain de quels partis ont provoqué ces perturbations et ses risques, qui pouvaient être évités, tout simplement en respectant la parole et en vouant à nos "forces de l'ordre" le respect qu'elles méritent.

Sur ce plan les forces syndicales de police ont fait leur boulot et je pense bien que si cette situation s'était présentée aux policiers français/italiens/espagnols... etc, la réponse snydicale aurait été autrement plus dure.

Pour ce qui est de la formation et de l'incorporation, je ne suis pas compétent pour en parler. Du point de vue "citoyen", je dirais que nous devrions avoir un système moins complexe et donc plus identifiable, notamment pour nos hôtes étrangers qui ne doivent pas vraiment s'y retrouver. Mais nous sommes là dans une question qui doit manifestement être résolue par les professionnels et non pas, comme maintenant, par des amateurs, qui plus est, pas très éclairés!

La future Constitution devra manifestement rectifier les marges de manoeuvres du politique dans ce domaine afin que les forces de l'ordre ne soient pas les chameaux qui servent à traverser le désert des idées et de la gouvernance.

Patrick Dimier
Constituant

Écrit par : Patrick Dimier | 15/02/2009

houlala....
voilà le MCG qui veux se faire le représentant du corp de police genevois...
Hé bien, la crise sociale n'est pas prête de s'appaiser...
Si les policiers sont tenus par le MCG ce sera la guerre....nous les jeunes n'accépteront pas qu'ils deviennent les petits bras armés du DUCE stauffer...
D'ailleur, nous sommes actuellement dans la réfléxion suivante: Est-ce bien sain que notre policice soit guidée par un partis politique?

Écrit par : MUR | 15/02/2009

Mur .. Je ne le dirai qu'une fois ...

L'UPCP n'est guidée par aucun parti politique, AUCUN ...

ABE

"Dans le verger de la Grande Maison, il y a plusieurs arbres fruitiers. Chacun a sa particularité, avec ses fruits, petits ou gros, abîmés de la vie ou jeunes pousses, mûrs ou en devenir, mais dans tout le verger, sur chaque arbre, on y trouve des vers malheureusement. C'est pour cette raison que nous choisissons avec quels fruits nous garnissons notre corbeille, toujours dans la diversité, et pour le plaisir du goût, rien d'autre."

Écrit par : Minet | 15/02/2009

La confiance entre la police et les citoyens doit et ne peut être que totale, complète et sans retenue. Elle doit transcender les appartenances politiques et ne jamais, mais vraiment jamais, céder aux sirènes de tous bords. C'est ainsi que la motivation de ceux qui servent la République sera entretenue et que celle de ceux qui poursuivent cet idéal sera développée. Dans chaque parti, vous trouverez des ignorants et des sots qui jouent avec les corps constitués comme la police, inventent des problèmes où nul n'en voit et utilisent la portée médiatique égo flatteuse qui en résulte. Ceux-ci n'ont rien à faire sur les bancs d'un parlement ou dans un fauteuil de ministre.
Le président du syndicat des policiers exprime avec courage et retenue des valeurs dont certains élus se sont éloignés, pour peu qu'ils les aient une fois connues.

Écrit par : persifleur | 15/02/2009

MUR et M. DIMIER, JE VOUS INVITE A TERMINER VOS ECHANGES EN DEHORS DE CE BLOG, NOUS NE SOMMES PAS LA POUR REGLER DES PROBLEMES DE PERSONNES, VOIRE DE PARTIS .. MERCI DE RESPECTER CETTE DEMANDE ..

AVIS AU MODERATEUR, PRIERE D'EN TENIR COMPTE !

Écrit par : Minet | 15/02/2009

@minet
désolé...mais enfin, il y avait matière à souligner la démarche de M Dimier, représentant du MCG, qui était à l'affut...
pour conclure, nous avons réagit car vos propos concernant cette votation portaient à confusion...(cf. m. Souille). Vous semblez soutenir la ligne des partis d'extrême-droite, en nous signalant votre mécontentement sur le choix du peuple suisse de voter OUI... on était en droit de s'interroger sur les influences politiques de votre personne. voilà tout...
mais à la suite de votre réponse avec cette jolie prose sur les vers...on vous a très bien compris...
bien à vous !

Écrit par : MUR | 15/02/2009

oups...mais je vois que l'excellent M.Souille a été censuré...dommage Philippe...votre analyse...percutante !!!!!
;-))))

Écrit par : MUR | 16/02/2009

Cher Minet, le modérateur ne tiendra pas compte de votre appel car, le Comité Alerte alias MUR appelle ouvertement au meurtre des militants UDC et MCG et pourtant n'est pas bani des blogs. Vous voyez, il y a ceux que JFM soutient et les autres...

Écrit par : Stéphane | 16/02/2009

Pour terminer sur ces derniers échanges partisans, je vous précise que ma remarque sur "Les Votations" ne concernait pas la dernière votation fédérale, mais bien les votations cantonales, qui n'ont pas toutes été, comme le relève ce jour la TDG, des réussites, ni sur la fond, ni sur la forme.

Écrit par : Minet | 16/02/2009

Ben dis donc, faut le caresser dans le sens du poil le minet sinon il griffe...

J'aimerais savoir ce qu'il a le petit chat contre les ASM... Il a pas réussi à rentrer comme chef de poste dans une commune??

Sérieusement, si la police/gendarmerie (rayer la mention inutile) arrivait à faire face à toutes ses obligations, je hurlerais avec lui contre les ASM et je serais le premier à aller manifester pour leur disparition. Mais, force est de reconnaitre que ce n'est pas le cas.
- Combien de personnes attendent encore une patrouille de gendarmerie pour du bruit, du vandalisme etc etc etc.
- Combien de temps doit on attendre des policiers pour un constat d'accident sans blessé?? environs 3/4 heures minimum.
- A part lors des actions "prédire" (grosse fumisterie qui sert à se donner bonne conscience) combien de fois voit-on des flics au abord des écoles pour faire respecter les règles élémentaires de circulation? Jamais!!!
C'est pour ces raisons et bien d'autres encore que je ne peux pas soutenir une personne qui, pour défendre sa profession, ne trouve rien de mieux que d'insulter les représentants d'un autre corps uniformé. Ces gens que vous traitez de résidu de poubelles de parc public , sont des gens qui méritent autant le respect que vous, voir même plus car ils ne crachent pas sur votre métier pour exister. Leurs preuves ils les font tout les jours sur le terrain.
Peut-être que c'est trop demander au cerveau d'un petit félidé??? A voir!!

Écrit par : Petit gris | 18/02/2009

Minet il se remet doucement du seau d'eau glacée qu'il c'est pris dans le museau.
Il est tant que le chaton mette son museau dans la m.....
Aurevoir le minou...qui griffe tous ce qui n'est pas suisse et blanc s'il vous plaîs.
Minou devrait allé taper du manifestant et se prendre quelques bouteilles de vin sur le bec, ça lui fera les pieds.
Il est pas beau l'oiseau...

Écrit par : minet la nouille | 18/02/2009

Je crois rêver au sujet des deux derniers commentaires ..

Pour Petit Gris, oser dire que j'ai insulté les ASM, voire pire en m'attribuant des propos tels que "résidu de poubelles de parc public", c'est juste cracher sur ma personne, mentir, et ne pas me connaître, c'est certain. Je ne cesse de dire que votre métier est très important, qu'il doit décharger la police cantonale de certaines tâches, et surtout obtenir un cahier des charges clair et précis. Par contre, je ne suis en effet pas favorable à la dénomination de "Police municipale", pour de nombreuses raisons que j'ai déjà énoncé sur les différences de nos deux métiers de proximité, tout comme M. MOUTINOT et notre Cdt.
Pour "minet la nouille", 1 je n'ai pas reçu de seau d'eau glacée, 2 j'ai le nez dans la m.... tous les jours, 3 vous m'insultez en me traitant de raciste et de nationaliste, 4 vous êtes une bien petite personne pour écrire de telles insanités.

Écrit par : Minet | 18/02/2009

Minet,

Faut-il que je produise ici la note parue dans le dernier numéro du bulletin de l'UPCP pour prouver votre aversion envers les agents de police municipale ?

En plus, dire que tous les jours tu as le nez dans la m.....c'est bien, mais est-ce la réalité, il ne me semblais pas la BTR s'occupait de vider les fosses sceptiques.

Tu t'es foutu de la gueule d'une corporation une fois de plus. On peut imaginer qu'un jour tu quitteras ton horaire administratif pour retourner dans un poste de quartier. Ce jour, ne t'étonne pas si les agents de police municipal t'ignorent. Heureusement qu'il n'en est pas tenu rigueur à tes collègues sinon ils pourraient se retrouver bien seul au moment de demander une fois de plus de l'aide......

Écrit par : bolou | 21/02/2009

Il y a trop de polices à Genève : c'est connu! Les ASM sont désormais incorporés dans la police car utilisés dans des tâches de police de proximité.
Quide des autorités communales ou du département cantonal pour les commander?

Écrit par : La Pythie | 21/02/2009

Bolou;

Que de haine. De quelle aversion parlez-vous ?

Et pour ce qui est du nez dans la M....., je peux dire qu'après avoir passé 18 ans en rue, en ayant été blessé 5 fois, en ayant sauvé trois vies, en ayant procédé à plus de 800 arrestations, en ayant été maître de stage, je connais l'odeur de cette M..... ! (lisez donc le cri du coeur, c'est juste mon histoire)

Et pour ce qui est de retourner en rue, c'est avec impatience que je le ferai le moment venu.

Au fait, demandez donc à l'un de vos collègues ce que cela fait de voir un gendarme se battre et maîtriser un fou ensanglanté, au bord de la route, en regardant la scène sans intervenir. Je me souviens très bien de ce jour, car j'ai eu une dent cassée, tout en ayant du subir des tests sanguins. A ce jour je ne sais toujours pas pour quelle raison il a lâché cet individu qu'il tenait avec moi en attendant une ambulance. Il m'avait répondu à l'époque qu'il avait eu peur du sang .. Un gendarme n'aurait jamais, jamais abandonné son partenaire....

Deux métiers je vous disais, deux métiers je persiste, et je signe, preuves à l'appui !

Cessez donc de vous sentir attaqués alors que ce ne sont que des réalités actuelles de terrain que nous relevons. Devenir policier ce n'est pas seulement mettre des amendes et procéder à des contrôles d'identité, c'est un tout, car il n'y a pas plusieurs métiers de policier. ABE

Écrit par : Minet | 22/02/2009

Définition du mot police :
"Ensemble d'organes et d'institutions assurant le maintien de l'ordre public et permettant de réprimer les infractions".

Il me semble que les polices municipales ont aussi cette fonction ?!?!

Écrit par : farmer | 23/02/2009

F1 05 - Loi sur la Police, Art. 3 Unité du corps de police – Attributions
1 La police est exercée dans tout le canton par un seul corps de police, qui est chargé :

a) de la police judiciaire, conformément aux dispositions du code de procédure pénale;

b) de veiller à l’observation des lois et règlements de police (police administrative);

c) d’assurer la tranquillité, la sécurité et l’ordre publics, notamment en matière de circulation;

d) de la police rurale;

e) de la police des étrangers, pour autant que celle-ci n’incombe pas au directeur de l’office cantonal de la population.(24)

2 Le corps de police assure en outre l’exécution des décisions prises par les autorités judiciaires et administratives.
3 Le corps de police est également chargé de la coordination des préparatifs et de la conduite en cas de catastrophe et en matière de défense générale

Écrit par : Minet | 23/02/2009

ça c'était avant, et après ... ?!

Écrit par : Minet | 23/02/2009

L'article 3 n'a pas été modifié par le PL.

En revanche je vous invite à méditer le futur code de procédure pénale fédéral, qui entrera prochainement en vigueur :

Art. 12 Autorités de poursuite pénale
Sont des autorités de poursuite pénale:
a. la police;
b. le ministère public;
c. les autorités pénales compétentes en matière de contraventions.

et :

Art. 15 Police
1 En matière de poursuite pénale, les activités de la police, qu’elle soit fédérale,
cantonale ou communale, sont régies par le présent code.

C'est donc dire que les prérogatives respectives des polices cantonale et municipale seront soumises au code de procédure pénale.

Écrit par : j.nizard | 23/02/2009

F1 05 Loi sur la police art.3

Je vous remercie, je connais cet article, mais je pense que celui-ci est passé de date (même de très vieille date) et que les polices municipales devraient se trouver encore renforcée dans le cadre de la nouvelle constituante qui devrait voir le jour pour finalement normaliser ce qui se fait dans tous les cantons suisses, voire dans tous les pays du monde, à savoir des polices nationales, cantonales et municipale/locale qui sont complémentaires. Je pense par ailleurs qu'au lieu de se tirer dans les pattes, la police cantonale et les polices municipales devraient travailler ensemble pour donner à Genève une meilleures sécurité.

Police municipale = proximité, incivilités et petite criminalité
Gendarmerie = petite et moyenne criminalité
Police de sûreté = moyenne et grande criminalité

Quoi que vous en pensiez, nous sommes tous liés d'une façon ou d'une autre.

Quand aux gendarmes qui pensent qu'il n'y a qu'à supprimer les polices municipales et que les ASM postulent à la police pour ceux qui le souhaite, allez demander aux gendarmes vaudois s'ils sont satisfaits de travailler sous contrat avec les communes qui ont supprimé les polices municipales et tout le "petit boulot" qui faisaient et que les gendarmes doivent maintenant faire. Donc, comme vous le dites M. Schlechten, il y a suffisamment de travail pour chacun, un minimum de respect pour tous et l'acceptation d'une corporation en voie de développement.

Bien cordialement.

Écrit par : farmer | 23/02/2009

Ttès juste, mais pas avant 1 janvier 2012, car il y a un moratoire .. Vite fait, mal fait, j'en reste convaincu. L'avenir proche nous le dira.

Écrit par : Minet | 23/02/2009

F1 05, état au 2 septembre 2008.

Pour la Constituante, et la nouvelle Constitution genevoise, il nous faut encore attendre 4 ans ..

Pour le respect, nous vous l'avons toujours donné, ce sont les politiques qui ne développent pas votre corporation avec logique, en refusant de modifier votre cahier des charges et vos statuts, donnant simplement un titre à une profession. Enfin, vous êtes gagnants sur toute la ligne là, le nom d'agent de Police, pas de nouvelles prérogatives, le même cahiers des charges avec des missions que vous pouvez enfin commencer et terminer, quoi que le jour où nos enquêtrices n'auront plus vos rapports de dénonciations comme pièce, nous en serons certains. Bon courage à vous, et à vos Autorités communales, car la facture va devenir salée dans les mois à venir. Ce report de charges financières sécuritaires sur les communes, un joli coup joué par Jornod et sa bande. Nous verrons bien la suite. Bonne fin de semaine à vous.

Écrit par : Minet | 23/02/2009

Bonjour Minet,

j'ai une question qui a son importance, vu les débats, les échanges et propos écrit ces derniers jours..., Pour quel parti politique votez-vous ?

Bien à vous.

Gonzo.

Écrit par : Gonzo | 24/02/2009

Sans problème Gonzo : Les Verts comme parti, mais lors de votations j'écoute mes convictions, et si le sujet est complexe, je regarde les conseils de vote des partis du canton ou du CF pour une votation fédérale. Sinon je déteste les racistes et les extrèmistes, de gauche et de droite ..

En toute franchise, par contre la couleur de mes caleçons ..ça .. c'est privé !

Écrit par : Minet | 24/02/2009

Au fait, si je n'avais pas été à mon poste actuel, je me serais présenté pour la Constituante, car ce travail constitutionnel m'intéresse. Je n'aurais pas été élu, c'est certain, comme bien des petits gens. Pas défaitiste, juste lucide.

De plus, un flics .. Il y avait quatre candidats "policiers", toutes listes confondues, et aucun n'a passé. Lourd à porter ce nom, je vous l'avais dit.

Écrit par : Minet | 24/02/2009

Etonnant ! Mais tout aussi bien ! Avant que la question ne surgisse : mon parti est le radical, car assez juste dans les décisions prisent. Mais cela ne regarde que moi, c'est mon choix.

Dommage que tu ne te sois pas manifesté pour la Constituante, je pense (comme Alain Nicolet) que tu aurais été un bon visionnaire. Pour en finir, effectivement je ne me serais pas permis de te demander le choix des tes caleçons, sauf que maintenant tous le monde sait que tu portes des caleçons... ;-)))

Bien à toi.

Gonzo.

(Voila qui est mieux, la bagarre s'atténue, ENFIN !!!)

Écrit par : Gonzo | 24/02/2009

Juste, je vote verts mais je n'ai aucun parti ( je ne suis pas membre) .. et comme je ne baisse jamais mon futal vous n'auriez effectivement jamais su que je porte .. des caleçons .. ;)

Bon le débat de ce texte touche à sa fin, vivement mon prochain écrit ..

Bonne lecture à vous !

Le Pyromane vert qui met de l'eau dans son vin rouge (métaphore)

Écrit par : Minet | 24/02/2009

Les commentaires sont fermés.